Séminaire QGIS 2017: Les vidéos sont disponibles

Ca y est, on vous a peaufiné ca pour que ce soit agréable à regarder ! Pour les voir, rien de plus simple, allez sur la page du Programme et cliquez sur le lien Vidéo de chaque présentation.

Pampaas : Des objets connectées pour les éleveurs

Trois solutions connectées Pampaas au service des éleveurs

Après le contrôleur de clôtures électriques VigiFence, la startup française Pampaas propose un capteur de niveau de tonne à eau ainsi qu’un capteur de température des fourrages. Des exemples intéressants d’application des objets connectés pour faciliter la le travail des éleveurs.

Retrouvez l’article complet sur Plein Champ : http://www.pleinchamp.com/machinisme/actualites-machinisme/trois-solutions-connectees-pampaas-au-service-des-eleveurs

7 start-up numériques qui veulent soutenir l’industrie laitière

L’industrie laitière est en difficulté dans la plupart des pays du globe. Certaines start-up numériques souhaitent aider cette industrie en développant de nouveaux produits au service de la filière. Voici 7 d’entre elles :

  • Advanced Animal Diagnostics – USA
  • Diagnostique des maladies du bétail à la ferme en utilisant la réponse du système immunitaire de l’animal pour identifier et déterminer le stade des infections, offrant une alternative à l’administration d’antibiotiques préventifs.

  • Cainthus – Irlande
  • Utilise la vision par ordinateur et l’analyse d’image prédictive pour surveiller la santé et le bien-être du bétail.

  • Connecterra – Pays-Bas
  • Fabrique des dispositifs portables pour les vaches laitières afin de surveiller leur santé en temps réel grâce à l’apprentissage automatique et à la technologie des capteurs.

  • Consumer Physics – Israël
  • Combine un spectromètre et une plateforme d’analyse du fourrage pour obtenir une analyse en temps réel de l’ensilage de maïs et du foin sec.

  • Mastiline – Pays-Bas
  • Fabrique des capteurs et un système de surveillance automatisé pour détecter les signes de mammite à un niveau subclinique avant que les signes visibles de la maladie ne se manifestent.

  • Silent Herdsman – Israël
  • Développe un système de surveillance des problèmes d’oestrus et de santé via un collier équipé de capteurs. Il suit l’activité de la vache, la rumination et les habitudes alimentaires pour aider les agriculteurs à suivre de plus près l’état de chaque vache.

  • StellApps – Inde
  • Collecte et analyse de données à chaque partie de la chaîne d’approvisionnement laitière à l’aide de 26 capteurs dans le but d’améliorer la productivité et la qualité du lait, et de produire des données transparentes pour l’industrie laitière.

Pour plus d’informations, lisez l’article !

Bientôt un robot pour récolter les pommes

Crédit : Pixabay

La société Abundant, après 5 années de recherche et développement s’apprête a lancé son robot cueilleur de pomme. Cette cueillette qui peut paraître simple pour les humains est très compliquée pour les robots, et cela pour deux raisons : les cueilleurs robotisés ont besoin d’une vision par ordinateur très nuancée et d’une animation fine à l’aide de moteurs, qui ont tous deux mis du temps à se développer.

Tout comme les autres robots vus précédemment (robot cueilleur de concombres, de fraises…), ce robot doit être délicat pour ne pas abîmer le fruit mais également reconnaître quand un fruit est mûr. En ce qui concerne le premier point, la particularité de ce robot, est d’utiliser un système d’aspiration du fruit plutôt que des pinces pour la cueillette. Le deuxième point est plus compliqué avec les pommes puisque la nuance de couleur dépend évidemment de la variété (une Gala n’a pas la même couleur qu’une Granny Smith). Ainsi, chaque variété a besoin de son propre processus de reconnaissance informatique.

Pour lire l’article en entier, c’est par ici !

L’intelligence artificielle au secours des éleveurs de cochons chinois

Alibaba, géant chinois du commerce électronique qui investit massivement dans l’intelligence artificielle, a récemment annoncé un accord avec la société d’élevage de porcs Dekon Group et le fabricant d’aliments Tequ Group afin de développer un nouveau système de surveillance.

L’idée est de recourir à la vision par ordinateur pour suivre les cochons via des caméras qui vont lire des numéros d’identification tatoués sur leur corps et d’utiliser des capteurs d’infrarouges pour surveiller leur température corporelle. Ces données croisées permettront d’estimer leur niveau de santé.

Il est également prévu d’utiliser la reconnaissance vocale pour lutter contre la mortalité des porcelets écrasés par leur mère en détectant leurs cris. L’analyse vocale pourrait aussi aider à prévenir la propagation des maladies en surveillant la toux des porcs. Alibaba affirme que le recours à l’IA peut réduire les coûts d’élevage et aider à améliorer la qualité de la viande.

N’hésitez pas à lire l’article complet ici !

Le CNES veut accélérer l’innovation

Dans le foisonnement des nouveaux produits et services qui viennent chaque jour bouleverser les usages dans différents secteurs dont l’agriculture, les technologies et solutions spatiales, combinées au Big Data et à l’IoT, jouent un rôle de plus en plus central. Le CNES contribue à cette dynamique en partageant l’expertise et l’important capital technologique et de données acquis au fil des années.

Dans le cadre de l’initiative CONNECT, le CNES rencontre des startups pour les accompagner dans l’intégration du spatial au sein de leur innovation et pour leur proposer des ateliers ou des master-classes sur des thématiques spécifiques. L’offre de services comprend une information sur les applications des satellites, du conseil technologique, la mise à disposition de données, d’outils et de moyens techniques et va jusqu’à l’aide au montage de projet ou à la recherche de financements.

Lisez l’article complet ici !

La FAO encourage l’utilisation de technologies numériques pour le développement agricole

L’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) et Telefónica, l’une des plus grandes entreprises de télécommunication au monde, ont convenu de travailler ensemble afin d’exploiter au mieux les technologies numériques et œuvrer en faveur du développement agricole, de la sécurité alimentaire et de la nutrition.

Selon la FAO, il s’agit surtout de préparer les agriculteurs à faire face aux phénomènes météorologiques extrêmes induits par le changement climatique. L’accord concerne trois domaines principaux :

  • L’extension de l’Internet à des objets ordinaires relatifs au secteur agricole afin d’améliorer les procédures et l’utilisation efficace des ressources naturelles.
  • L’utilisation de ‘Big Data’ – soit la gestion et l’analyse d’un grand nombre de données sur le changement climatique en vue de mettre en place des systèmes d’alerte précoces
  • L’éducation numérique et le renforcement des capacités : une partie du contenu éducatif de la FAO sera intégré aux plateformes de formation ouverte.

Retrouvez l’article ici pour plus d’informations.

Atos signe un contrat clé avec l’Agence spatiale européenne pour fournir de nouveaux services à partir de données satellite

Atos, leader international de la transformation digitale, a été choisi par l’Agence spatiale européenne (ESA) pour fournir et gérer le service d’accès aux données et informations de Copernicus. Une nouvelle plateforme rendra plus accessibles les données provenant de Sentinel, la constellation de satellites de l’Union européenne, et des fournisseurs de données.
L’agriculture est évidemment un des bénéficiaires de ce partenariat puisqu’ils comptent créer de nouveaux services pour aider les agriculteurs à mieux gérer leurs récoltes et leurs rendements.
La plateforme devrait être disponible à partir de juin 2018.

Pour en savoir plus, retrouvez l’article complet ici.