Blips, les lentilles à 15 euros qui transforment votre smartphone en microscope

bip_smartphone

 

Source : http://www.numerama.com/

Selon l’article de numerama, ces lentilles ont été imaginées par la startup SmartMicroOptics qui a lancé une campagne Kickstarter pour financer son projet. Environ 55 000 euros ont déjà été collectés (au moment où cet article est rédigé), dépassant largement les 15 000 euros souhaités par les inventeurs.  Les Blips sont de très fines lentilles pour téléphone (les plus fines du marché selon leur créateur). Leur épaisseur ne dépassent pas 1,2 millimètre d’épaisseur, elle sont facilement transportables dans un portefeuille.  Les Blips permettent des prises de vue macroscopique et microscopique. Si le produit est essentiellement destinée au grand public, les porteurs du projet estiment qu’il peut également être utilisé dans le domaine scientifique ou pour la restauration d’oeuvre d’art.

Un exemple d’images :

BLIPS – Motion Capture from Atellani on Vimeo.

 

Liste du Groupe d’utilisateur Francophone de QGIS

La liste du Groupe d’utilisateur Francophone de QGIS a été créé.

Cette liste n’est pas une liste d’aide sur le logiciel QGIS mais une liste d’échange pour organiser la communauté autour de QGIS.

Le reste est affaire de tout un chacun, inscrivez vous, présentez vous, lancez des discussions, brainstormer et participer au dynamisme de QGIS dans le monde francophone.

Pour s’inscrire : https://lists.osgeo.org/mailman/listinfo/qgis-fr-user

Google veut commercialiser son smartphone en kit dès 2017

Selon un billet du Monde, débuté il y a trois ans, le projet se faisait attendre. Au dernier jour de sa conférence annuelle pour les développeurs, vendredi 20 mai, le géant américain a annoncé le lancement en 2017 sur le marché grand public de son smartphone en kit, qui a été présenté début 2015 sous le nom de code « projet Ara ».
On pourra visiter le post de blog Ara pour se faire une idée : le téléphone en kit durable, libre et co-créé
Encore au stade de prototype, Ara est un téléphone modulaire de 5,3 pouces, avec une structure de base personnalisable. Comme avec des Lego, l’utilisateur assemble avec des électro-aimants des modules de différentes couleurs et fonctionnalités : appareil grand angle, capteurs, haut-parleur ou même une boîte pour les médicaments.
Une durée de vie potentielle de cinq ans
À terme, Google veut offrir la possibilité aux développeurs de proposer de nouveaux composants, comme par exemple une béquille pour tenir le smartphone.

L’objectif d’Ara est de faire pour les appareils mobiles ce que les applications ont fait pour les logiciels, explique le groupe. L’autre enjeu est la durabilité de ce téléphone sur mesure, qui serait de cinq ans.

Offre d’emploi – CDI – Chef de projet fonctionnel logiciels de gestion agricole (Asape)

 

Asape est une société informatique bordelaise spécialisée dans la réalisation et l’implantation de logiciels de gestion dédiés au suivi d’activité et au pilotage des entreprises.

Au sein de sa structure, ASAPE propose la gamme ASAP’agro, une gamme de logiciels spécialisée dans la gestion de la relation client dédiée aux distributeurs de filières agricoles et agro-alimentaires.

En intégrant le pôle Agro en tant que chef de projet fonctionnel, vous participez à toutes les phases de mise en œuvre des solutions. En lien étroit avec l’ensemble des clients, vos missions sont :

– la définition fonctionnelle des besoins client ;

– la mise en place du logiciel ;

– la formation des utilisateurs ;

– l’accompagnement en phase de démarrage projet ;

– le support fonctionnel des logiciels.

Vous collaborez avec le service développement sur les phases de tests, de validation, de modes opératoires et pour la construction des documentations liées à l’évolution des produits.

Le détail de l’offre est proposé dans le document accessible par le lien ci-dessous :

ASAPE_Chef_projet_logiciels_agricoles

Poste en CDI à pourvoir dès que possible.

 

 

Comment faciliter l’adoption des nouveaux services TIC par les agriculteurs

Les startups du domaine TIC-agro (Agtech en anglais), et leurs investisseurs,  sont parfaitement conscients que la diffusion d’un service ou d’une technologie adoptée et effectivement payée par les agriculteurs est un défi. De nombreuses startups prétendent que leurs technologies sont déployées sur des milliers, voire des millions d’hectares dans le monde entier : ces chiffres cachent en réalité une «adoption douce» où les agriculteurs accèdent aux services à des prix préférentiels voire sont des bêta-testeurs de solutions gratuites.

Le site Agfunder a repris les conclusions d’un livre blanc élaboré par Jonah Kolb, vice president du farm management group Moore & Warner, et Arne Duss, fondadrice et PDG de HighPath Consulting, Ce livre blanc explore les raisons des difficultés à faire adpoter de nouveaux services en agriculture, il permet d’identifier les limites du « systéme start-up » actuel dans le domaine de l’agriculture et propose des pistes d’action permettant d’améliorer les chances de succés auprès des agriculteurs. ce livre blanc est disponible à l’adresse suivante : https://research.agfundernews.com/moorewarner/agtech-beyond-the-hype.pdf

Ces pistes sont évidentes pour un AgroTIC averti, toutefois, ce document a le mérite de les lister et de les formaliser noir sur blanc. Elles sont reprisent ci-après en anglais :

1. Justify the value added by agtech products to cost-conscious customers in a downturn.Proving economic feasibility and ROI are critical, as is providing the price points that make products accessible to the diversity of farmers in the early majority.
 2. Demonstrate efficacy through independent scientific studies that confirm agronomic feasibility and marketed impact. Not enough new technologies consider potential risk-sharing models — if a product works, why not verify and profit-share the benefits to hesitant adopters?
3. Align distribution of agtech products to the way farm inputs are marketed to farmers today: through trusted relationship models. Trying to disintermediate established distribution channels may take a long time.
4. Target a niche market to build initial market share and establish a beach head. As Mooresuggests, “concentrate an overwhelmingly superior force on a highly focused target.” Too many initial, unfocused, and unsupported roll-outs can create significant reputational problems.
5. Emphasize ease of use and systems compatibility. The farm technology purchaser is not only a farmer, but also an equipment mechanic, truck driver, crop marketer, crop scout, drone pilot, and agronomist. Embedded technology and products that are an ecosystem fit will gain traction more quickly with time-strapped farmers.
6. Match business and technology goals to crop seasonality. Product roll-outs need to match farm operations. “Harvest preparation tips” three weeks into harvest reinforces the stereotype of Silicon Valley tech having no idea what’s happening in the field. The rapid innovation of the lean start-up model doesn’t always match an industry where some choices and information only come once a year: being right can sometimes be much more important than being early.

 

Offre d’emploi – Administrateur de données – Observatoire multi-disciplinaire

Bonjour,

Nous diffusons une fiche de poste pour le recrutement d'un ingénieur d'étude pour l'administration de systèmes d'information
et le développement de bases de données scientifiques, dans le cadre des actions du SNO INSU OMIV (Observatoire Multi-disciplinaire
des Instabilités de Versants - omiv.osug.fr).

Le descriptif du poste est disponible ici (https://eost.unistra.fr/)

La date limite pour postuler est fixée au 15 juin 2016.
La date d'embauche prévue est en Septembre 2016.
La durée du contrat est de 12 mois renouvelable.

Le poste est à pourvoir à l'EOST / Université de Strasbourg.

Les candidatures sont à adresser à Jean-Philippe Malet.

Merci de faire circuler cette information autour de vous à des personnes 
potentiellement intéressées.

Cordialement,

Jean-Philippe Malet, EOST / IPGS
Catherine Bertrand, THETA / Chrono-Environnement

L’ACTA propose son référentiel « Produits phytosanitaires » en OpenData

L’ACTA, Association de Coordination Technique Agricole, vient de mettre en ligne un référentiel « Produits Phytosanitaires » comprenant le nom du produit, son code AMM et sa composition en substance active.
Ce référentiel reprend les données compilées pour l’Index Phyto ACTA 2016 et sont mises à disposition de l’écosystème agricole (produits phytosanitaires uniquement, les informations sur les biocides et les macroorganismes ne font pas partie de ce jeu de données). Le jeu de données sera mis à jour de façon annuelle, en octobre – en synchronisation avec la sortie de l’Index Phyto ACTA. Des services complémentaires tels qu’une mise à jour hebdomadaire des produits, des informations plus détaillées sur les produits phytosanitaires, les substances actives ou des indicateurs seront proposés dans les mois à venir – certains services seront accessibles gratuitement et d’autres seront payants.

Cette démarche s’effectue dans la continuité du lancement par les Instituts Techniques Agricoles de la plateforme API-AGRO, plateforme de références de données et de services agricoles. Cette plateforme a pour objectif de centraliser les accès aux ressources (données, fonctions de calcul nécessaires à l’évaluation des systèmes de cultures agricoles..) pour fluidifier les échanges de données, d’informations entre les différents acteurs et faciliter l’Open Innovation, notamment à travers la technologie des web API. Elle permet aux fournisseurs de ressources de diffuser leur expertise avec une gestion fine des droits d’accès, offrant la possibilité de valoriser des données de façon gratuite ou payante.

Pour accéder au jeu de données « Produits phytosanitaires ACTA » : https://plateforme.api-agro.fr/explore/dataset/referentiel-produits-phytosanitaires/
Contact ACTA : alice.baudet@acta.asso.fr

Stage M1 – Données collaboratives pour l’agriculture

Objectif du stage

Le stage proposé est une étude exploratoire et préalable à un projet de recherche. L’objectif de ce projet de recherche est d’étudier l’intérêt que peuvent présenter les données “crowdsourcées” pour compléter ou améliorer les mesures de référence actuellement utilisées en agriculture.

L’objectif du stage est d’explorer une méthode d’analyse de données permettant d’améliorer la méthode actuelle de suivi de la contrainte hydrique en viticulture à partir de données crowdsourcées.

Les travaux réalisés au cours du stage se baseront sur un jeu de données crowdsourcées acquises sur le vignoble de Tavel dans le Gard. Les données concernent le suivi du statut hydrique de la vigne. Les données crowdsourcées (méthode des apex) et les données de référence (potentiel hydrique foliaire) ont été acquises sur 3 saisons.

Consulter l’offre détaillée

Création de la start-up Agroptimize

La société Drone Agricole vient d’annoncer qu’elle s’associait à deux organismes de recherche (le Luxembourg Institute of Science and Technology et l’Université de Liège) pour créer une start-up appelée Agroptimize.

L’ambition de cette société est de développer des outils d’aide à la décision, notamment en agriculture de précision. Le premier d’entre eux, PhytoProTech®, est issu des deux laboratoires de recherche partenaires et est un OAD qui porte sur les maladies fongiques sur blé et orge et sur les ravageurs du colza.

AGROPTIMIZE

Consulter le communiqué de presse complet

Offre de Bourse de thèse : drone et suivi sanitaire des cultures

Sujet : Monitoring within-field variability in crop health with unmanned aerial vehicles.

This project aims to improve the efficiency of UK agriculture, by providing improved spatial information for crop protection. The project focuses on the use of imagery from unmanned aerial vehicles to detect within-field variations in crop biochemical and biophysical variables for use in early identification of crop diseases.

Lieu : université de Newcastle (UK)

Toutes les informations pour candidater : http://www.ncl.ac.uk/media/wwwnclacuk/iafri/files/Gaulton.pdf