[SAVE THE DATE] : Présentation du réseau LoRa – The Things Network le 15 Février

Sans titre-1

Montpellier SupAgro s’équipe d’un réseau LoRa sur son campus !

Une conférence sera organisée le 15 février de 9h30 à 12h pour inaugurer l’antenne. La technologie LoRa sera détaillée ainsi que The Things Network. L’événement est co-organisé par AgroTIC SupAgro, INRA, Labsud.  INSCRIPTION OBLIGATOIRE au lien suivant.

Le tour de France de Be Api: rencontres autour de l’Agriculture de Précision

Depuis le 10 janvier jusq’au 30 juin 2018, les coopératives be Api créent l’événement et organisent les be Apidays : des journées thématiques et de rencontre autour de l’Agricultue de Précision Intra-parcellaire (API).

L’agenda des rencontres ici.

2018-02-16_11h53_03

Série de 4 volumes sur QGIS en Télédétection

En collaboration IRTEA, IGN, CNRSet CESBIO, 4 livres sont sortis sur l’utilisation de QGIS en télédétection , par thématiques:
Volume 1: QGIS et outils génériques
Volume 2: QGIS et applications en agriculture et forêt
Volume 3: QGIS et applications en aménagement du territoire
Volume 4: QGIS et applications en eau et risques

DVbPqwiWAAAe07E

Potentialité des images Sentinel-2 pour estimer la teneur en azote des plantes de café

Un article scientifique publié par des chercheurs de l’université de Chinhoyi (Zimbabwe) et de Pietermaritzburg (South Africa) qui propose l’utilisation des images Sentinel-2 pour estimer la teneur en azote foliaire des plants de café en situation commerciale.  Cette étude a été conduite sur deux sites de production d’une surface totale de 350 hectares. L’objectif était d’identifier les bandes spectrales et/ou les indices de végétation les plus pertinents pour estimer la teneur en azote des feuilles de caféier. 57 poins de mesure ont été réalisés afin de vérifier la relation entre les observations effectuées par satellite et les mesures effectuées sur les feuilles (supposées vraies). Les auteurs montrent la possibilité de proposer une approche combinant indices de végétation et réflectances des bandes spectrales préalablement sélectionnées pour estimer la teneur en azote des feuilles avec une relativement bonne qualité (R²= 0,78, RMSE = 0.23). Les qualités prédictives des bandes spectrales et des indices sélectionnés ont été testées par validation croisée. Ce travail montre les potentialités des images Sentinel-2 pour produire des outils d’aide à la décision (ou au diagnostic) pour l’agriculture. Il mérite d’être mentionné car il met aussi en évidence l’intérêt des images satellites gratuites pour en faciliter l’adoption et l’utilisation de la télédétection largement à l’échelle de la planète avec de multiples applications possibles et pertinentes pour l’agriculture, à moindre coût .

Résumé : Nitrogen (N) is the most limiting factor to coffee development and productivity. Therefore, development of rapid, spatially explicit and temporal remote sensing-based approaches to determine spatial variability of coffee foliar N are imperative for increasing yields, reducing production costs and mitigating environmental impacts associated with excessive N applicatiosns. This study sought to assess the value of Sentinel-2 MSI spectral bands and vegetation indices in empirical estimation of coffee foliar N content at landscape level. Results showed that coffee foliar N is related to Sentinel-2 MSI B4 (R2 = 0.32), B6 (R2 = 0.49), B7 (R2 = 0.42), B8 (R2 = 0.57) and B12 (R2 = 0.24) bands. Vegetation indices were more related to coffee foliar N as shown by the Inverted Red-Edge Chlorophyll Index – IRECI (R2 = 0.66), Relative Normalized Difference Index – RNDVI (R2 = 0.48), CIRE1 (R2 = 0.28), and Normalized Difference Infrared Index – NDII (R2 = 0.37). These variables were also identified by the random forest variable optimisation as the most valuable in coffee foliar N prediction. Modelling coffee foliar N using vegetation indices produced better accuracy (R2 = 0.71 with RMSE = 0.27 for all and R2 = 0.73 with RMSE = 0.25 for optimized variables), compared to using spectral bands (R2 = 0.57 with RMSE = 0.32 for all and R2 = 0.58 with RMSE = 0.32 for optimized variables). Combining optimized bands and vegetation indices produced the best results in coffee foliar N modelling (R2 = 0.78, RMSE = 0.23). All the three best performing models (all vegetation indices, optimized vegetation indices and combining optimal bands and optimal vegetation indices) established that 15.2 ha (4.7%) of the total area under investigation had low foliar N levels (<2.5%). This study demonstrates the value of Sentinel-2 MSI data, particularly vegetation indices in modelling coffee foliar N at landscape scale.

Référence : Chemura, A., Mutanga, O., Odindi, J., & Kutywayo, D. (2018). Mapping spatial variability of foliar nitrogen in coffee (Coffea arabica L.) plantations with multispectral Sentinel-2 MSI data. ISPRS Journal of Photogrammetry and Remote Sensing138, 1-11.

Vers un masque de plongée connecté : AgroTIC mène à tout

Je profite d’un article paru ce jour dans le midi libre qui met en lumière l’entreprise Thalatoo co-créée par Boris Larchevèque (rentré en AgroTIC en 2001). Thalatoo propose un masque de plongé connecté avec un affichage tête haute. Une analyse des besoins associées à une solide connaissance des potentialités techniques des solutions disponibles (et considérablement adaptées) sont à l’origine de cette innovation qui fait parler d’elle. Si comme moi, vous ne faites pas de plongée et que vous vous demandez à quoi peut bien servir un masque connecté avec affichage tête haute, cette vidéo est faite pour vous :

 

Salva Terra recrute un(e) chargé(e) de mission en CDI

MISSION : En pleine phase de croissance, SalvaTerra cherche un(e) chargé(e) de mission, capable d’accompagner le développement de ses activités en France et à l’international : expertise technique (y compris missions sur le terrain), recherche de missions/projets, contribution aux outils de communication. L’ensemble des tâches décrites ci-dessous seront menées en étroite coordination avec les associés de SalvaTerra.

TACHES :

– Expertise technique Expertise sur des thématiques et des pays variés, sur le terrain et à distance, afin de produire, seul ou en équipe pluridisciplinaire, des rapports d’étude (faisabilité de projet, évaluation de projet, appui ponctuel ou perlé, etc.), faciliter des concertations, animer des formations, etc. L’implication sur des thématiques nouvelles pour le/la chargé(e) de mission sera progressive.

– Recherche de missions/projets Identification des appels à manifestation d’intérêt et appels d’offre en lien avec les champs d’expertise et la stratégie de développement de SalvaTerra, puis préparation des réponses : méthodologie adaptée, budget, calendrier, références techniques, documentation administrative. Echanges avec des partenaires ou bailleurs potentiels pour l’identification de missions d’intérêt pour SalvaTerra.

– Communication Valorisation des actions de SalvaTerra : actualisation de nos références d’étude, réalisation de news (article et/ou vidéos), mise à jour du site Internet, participation à des évènements, etc.

Toutes les informations pour en savoir plus et candidater : salvaterra-offre-demploi-charge-e-de-mission (1)

Les capteurs connectés pour caractériser le comportement des ovins au pâturage

Est-il possible de détecter le comportement (repos, rumination, exploration, prélèvement d’herbe, etc.) des moutons, lorsqu’ils sont au pré, avec des accéléromètres connectés ? Si oui, avec quel type de capteurs et quel positionnement sur l’animal ? C’est ce qu’ont exploré des chercheurs australiens de l’université de New England. Les résultats de leur étude viennent juste d’être publiés dans un article scientifique.  Les chercheurs ont testé plusieurs dispositifs au champ et ont mis en évidence que les accéléromètres connectés positionnés au niveau des oreilles permettaient, dans les conditions australiennes, de bien distinguer les moments où l’animal broute, se déplace ou chaume. Pour le moment ces résultats intéressent plutôt les recherches relatives au comportement des animaux. Toutefois, à terme, il serait tout à fait possible d’envisager des troupeaux connectés permettant de mieux comprendre comment les animaux explorent et exploitent le milieu dans lequel ils sont parqués, ce qui pourrait ouvrir la voie vers une meilleure gestion de certains parcours extensifs.

Résumé : An animal’s behaviour can be a useful indicator of their physiological and physical state. As resting, eating, walking and ruminating are the predominant daily activities of ruminant animals, monitoring these behaviours could provide valuable information for management decisions and individual animal health status. Traditional animal monitoring methods have relied on labour intensive, human observation of animals. Accelerometer technology offers the possibility to remotely monitor animal behaviour continuously 24/7. Commercially, an ear worn sensor would be the most suitable for the Australian sheep industry. Therefore, the aim of this current study was to determine the effectiveness of different methods of accelerometer deployment (collar, leg and eartag) to differentiate between three mutually exclusive behaviours in sheep: grazing, standing and walking. A subset of fourteen summary features were subjected to Quadratic Discriminant Analysis (QDA) with 94%, 96% and 99% of grazing, standing and walking events respectively, being correctly predicted from ear acceleration signals. These preliminary results are promising and indicate that an ear deployed accelerometer is capable of identifying basic sheep behaviours. Further research is required to assess the suitability of accelerometers for behaviour detection across different sheep classes, breeds and environments.

référence : Barwick, J., Lamb, D. W., Dobos, R., Welch, M., & Trotter, M. (2018). Categorising sheep activity using a tri-axial accelerometer. Computers and Electronics in Agriculture145, 289-297.

La pulvérisation par drones : tests en Suisse

drone_pulverisation

sources : https://www.helicomicro.com/2017/12/04/dji-agras-mg-1s/

La réglementation suisse en matière de drones et de pulvérisation aérienne est moins contraignante qu’en France. Le modèle de drone dji-Agras-mg-1s, spécialement conçu pour l’agriculture y a été utilisé pour une application phytosanitaire, dans les vignobles de Blonay, en surplomb du lac Léman. Ce type d’application pose naturellement des questions (autonomie, charge embarquée, législation), on pourra consulter le billet publié sur le site agrisalon pour avoir un aperçu des caractéristiques de l’appareil, de ses potentialités et de ses limites.  La solution retenue est une pulvérisation par jets projetés où la pulvérisation est assurée par des buses et les gouttes formées sont transportées par le flux d’air généré par les hélices du drone. Dans l’immédiat, cette solution pourrait constituer une solution d’appoint pour les culture à valeur ajoutée (vigne, arboriculture, etc.) lorsque la configuration des parcelles (terrasses, fortes pentes, etc.) ou que les conditions d’application (sol saturé d’eau) ne permettent pas une pulvérisation classique et/ou entraînent un risque trop élevé pour l’opérateur.

 

Vers la fin des zones blanches ?

Il reste environ 500 villages en France que se situent en zone blanche. Des zones avec pas ou peu d’internet et mobile. Orange, Bouygues, SFR et Free ont passé un accord avec le Secrétaire d’Etat à la Cohésion des Territoires, Julien Denormandie. Cet accord prévoit plus de trois milliards d’euros d’investissement en cinq ans. Dans les mesures prévues, l’installation de 5 000 nouveaux pylônes par opérateur, ainsi que la couverture des 30 000 kilomètres de voies ferrées, lignes TER comprises. L’installation de ces nouveaux équipements sera entièrement financée par les opérateurs. En contrepartie, l’État s’engage à renouveler leurs licences téléphoniques.
Lire l’article complet sur le JDD : http://www.lejdd.fr/economie/accord-historique-entre-les-4-operateurs-telecoms-pour-en-finir-avec-les-zones-blanches-3545135

Malgré le caractère annoncé comme historique de l’accord passé avec les principaux opérateurs, un scepticisme demeure sur certains aspects de cet accord, on pourra lire l’article ci-après pour des détails plus techniques relevés par certaines organisations : https://www.silicon.fr/couverture-mobile-france-scepticisme-mesures-annoncees-197051.html?inf_by=5a6dd280681db84d158b484f 

Alumni Agro Bordeaux organise un atelier thématique Agriculture de Précision

Atelier thématique 4 - Agriculture de précision

 

En ce début d’année, Alumni Agro Bordeaux, l’association des élèves et anciens élèves de Bordeaux Sciences Agro, vous invite à son nouvel atelier thématique qui portera sur l’Agriculture de Précision !

En présence de :

– Gilbert GRENIER qui partagera sa vision du « Pourquoi » de l’Agriculture de précision.
– Lisa Gustafsson Responsable viticulture de précision au Château Calons-Ségur.

Un apéritif clôturera cet évènement convivial.

Etudiants, anciens et simples curieux, vous êtes attendus nombreux jeudi 15 février à 19h au Grand Amphithéâtre de Bordeaux Sciences Agro.

Smart Farm veut créer la ferme du futur

Créer la ferme du futur, telle est l’ambition de l’Université Davis en Californie.

Grâce à la technologie, cette ferme du futur vise à produire plus de nourriture, en limitant les intrants, l’énergie, le travail et le matériel nécessaire. Elle devrait donc utiliser moins d’eau et avoir moins d’impact sur l’environnement.

On entend régulièrement que la technologie fait disparaître les emplois. L’initiative de Smart Farm veut, au contraire, fournir des carrières qualifiées pour une nouvelle génération de travailleurs agricoles.

Ce projet devrait faire en sorte que tout le monde soit gagnant : les agriculteurs, les travailleurs, leurs enfants et les consommateurs. Pour l’instant, il ne s’agit que d’une collection d’idées et de programmes mais c’est une belle initiative qui doit être suivie de près !

Lisez l’article pour en savoir plus !