innovations numériques significatives dans l’industrie de l’élevage en Australie

Le site australien, beef central publie un article de James Nason sur l’état des lieux du numérique pour les exploitations animales australiennes.

Il mentionne des innovations déjà adoptée par les exploitations :
– le systéme de tri et de pesée automatique

– les systémes de suivi du troupeau

– les clôtures virtuelles

Pour consulter l’article : http://www.beefcentral.com/news/big-data-what-is-it-and-what-does-it-mean-for-cattle/

By James Nason, 10 June 2016

Claas propose des remorques auto-chargeuses connectées

CARGOS 9600-9400

source : http://www.claas.fr/produits/recolte-fourragere/cargos-9000

La remorque autochargeuse Claas Cargos, peut contenir jusqu’à 50 m3 de fourrage. Elle est équipée du système d’optimisation du chargement de la benne EFS, mais surtout, elle bénéficie des dernières innovations de Telematics (point 11 sur la photo de ce billet), la solution d’agriculture connectée du constructeur. Elle enregistre ainsi de nombreuses informations que le tonnage d’herbe, le nombre d’heures d’utilisation par jour, la sollicitation de la prise de force, les tonnages transportés… « Des données qui facilitent la facturation ou remplacent le carnet quotidien du chauffeur, mais permettent d’aller encore plus loin ».

Plus d’informations : http://www.web-agri.fr/machinisme-batiment/recolte-distribution/article/embarquez-vers-la-fenaison-connectee-1154-119796.html

Vers une ruche connectée pour la détection de l’essaimage

La détection de l’essaimage d’une ruche, avant le départ de l’essaim, constitue un enjeu important pour les apiculteurs. Des chercheurs de l’université d’agriculture de Lettonie se sont intéressés à l’instrumentation des ruches pour détecter les changements de comportement des abeilles annonciateur du départ d’un essaim. L’approche développée est d’une remarquable simplicité puisqu’elle est basée sur la mesure de la température. L’activité accru des abeilles peu avant l’essaimage entraîne une augmentation de température à l’intérieur de la ruche. A noter que d’autres approches proposent l’utilisation de capteurs acoustiques pour identifier des signatures de vibration (http://www.instructables.com/id/iphone-apidictor-for-acoustal-beehive-swarm-detect/). Les auteurs présentent une approche simple permettant de détecter l’essaimage 10 à 20 minutes avant le départ des abeilles, cette détection est basée sur la détection d’une élévation de la température de 1.5 à 3 °C environ.

Résumé : Precision Beekeeping (or Precision Apiculture) aims to help beekeepers monitor bee colonies remotely and identify different colony states including deviant behaviour. One monitoring target is the remote identification of bee colony swarming since this is one of the factors that can significantly reduce profitability. To identify temperature dynamics and its patterns for swarming detection, ten colonies were constantly monitored for four months from 1 May to 31 August 2015. Nine swarms were observed during experiments. During the warm-up stage, in the last 10–20 min before take-off, a temperature rise by 1.5–3.4 °C from typical range 34–35 °C to range 37–38 °C was registered by a temperature sensor placed above the polyethylene foil covering the upper hive body under the pillow. For all swarming events it was common that a bee colony needs a relatively small amount of time (from 8 to 20 min) to warm up before take-off. It was concluded that a single temperature sensor above the bee nest combined with a proposed decision support algorithm can be used for automatic remote detection of swarming at take-off stage.

référence : Zacepins, A., Kviesis, A., Stalidzans, E., Liepniece, M., & Meitalovs, J. (2016). Remote detection of the swarming of honey bee colonies by single-point temperature monitoring. Biosystems Engineering, 148, 76-80.

CDD : chargé de mission SIG (H/F)

Lieu : Communauté de Communes Causses Aigoual Cévennes – Terres solidaires (CC CAC-TS) est constituée de 16 communes et compte 5700 habitants. www.caussesaigoualcevennes.fr

Missions :

Mettre en conformité les données du diagnostic écologique du DOCOB (habitats et espèces d’intérêt communautaire)
-Mise en conformité des données attributaires avec le cahier des charges DREAL LR -Validation de ces données par la DREAL LR
-Mise à jour de l’atlas cartographique des habitats naturels, d’intérêt communautaire et des espèces d’intérêt communautaire -Création d’un style par défaut pour une utilisation rapide lors de la réalisation de cartes
-Transmission de ces données aux financeurs Finaliser la mise à jour du périmètre du Site Natura 2000
-Réalisation de cartes actualisées avec le nouveau périmètre, à insérer dans l’atlas cartographique mis à jour
-Réalisation de cartes communales avec le nouveau périmètre et les habitats et espèces d’intérêt communautaire
-Transmission de l’atlas cartographique mis à jour à l’ensemble des membres du COPIL (version informatique)
-Transmission d’une version papier des cartes communales à chaque commune correspondante
-Mise en ligne sur le site internet,

pour candidater : 2016-06-14 Offre CDD SIG final

Lancement de l’Agricultural Data Coalition et du Ag Data Transparency Evaluator aux États-Unis

« Début mars, l’American Farm Bureau Federation, des universités américaines et des entreprises du secteur agricole ont formé l’Agricultural Data Coalition, dans le but d’aider les agriculteurs à mieux gérer l’ensemble de leurs données. En effet, l’exploitation des nombreuses informations récoltées par les agriculteurs suscite un certain intérêt et pourrait, par exemple, leur permettre de prendre des décisions économiques plus rapidement, d’identifier les marges d’amélioration sur leur exploitation ou encore de réduire leurs coûts de production. Cependant, la propriété, la confidentialité, la sécurité, la disponibilité, l’utilisation et la diffusion de ces informations, en particulier à des tierces parties (chercheurs, assureurs, gouvernement, fournisseurs d’intrants, etc.) font débat. »

L’article complet dans le bulletin de veilleprospective du CEP, une activité de sélection d’informations extérieures au MAAF à l’adresse suivante : http://veilleagri.hautetfort.com/archive/2016/05/17/lancement-de-l-agricultural-data-coalition-et-du-ag-data-tra-5802925.html

La révolution numérique dans l’élevage des bovins allaitants

reussir_bovin

Source : Reussir,  © GoodLuz/123RF.com

Un article de Réussir Bovin Viande qui dresse un état des lieux du numérique en élevage allaitant. L’offre de capteurs, de robots, d’applications se développe à grande vitesse. Comment s’y retrouver et rester acteur de cette révolution numérique ?

 

GNSS-R: Utiliser les signaux GPS pour mesurer la biomasse?

Un projet européen nommé COREGAL se propose d’utiliser les signaux GNSS (Galileo en l’occurrence) pour mesurer la biomasse.

L’idée est étonnante: il ne s’agit pas d’utiliser les satellites pour en déduire classiquement la position, mais de mesurer l’affaiblissement des signaux reçus après réflexion sur le sol, pour estimer la quantité de biomasse traversée.

En voici une illustration.

Principe de la réflectométrie GNSS

Les membres du consortium envisage donc d’utiliser un récepteur GNSS sur un drone et d’effectuer des mesures de réflectométrie GNSS le long de sa trajectoire et espèrent obtenir une mesure « précise et peu coûteuse » de la biomasse survolée ».

Les premiers tests commencent juste. A suivre donc!

http://www.coregalproject.com/pages/coregal-overview

Atelier de l’étude « Réseaux de capteurs sans fil pour l’agriculture et la surveillance environnementale »

Le CVT AllEnvi organise un atelier de réflexion prospective. Cet atelier s’adresse aux professionnels de l’agriculture et de la surveillance environnementale ainsi qu’aux chercheurs académiques, afin :

  • De stimuler une réflexion entre acteurs académiques et industriels pour l’élaboration de technologies, méthodes, services… pour l’agriculture et la surveillance environnementale.
  • D’identifier, par le croisement des expertises, les axes d’innovation les plus porteurs à l’horizon 2020

 

Programme de la journée :

 

12h30 : Déjeuner

 

14h00 : Début de l’atelier

Contexte de l’étude

Chaîne de valeur et position des acteurs

Panorama de la recherche académique : premiers résultats

 

15h00 : Secteurs économiques

Besoins spécifiques des marchés applicatifs

Discussion

 

16h00 : Essai de prospective : quels axes d’innovation ?

 

17h00 : Fin de l’atelier

 

 

Cet atelier se tiendra :

Le vendredi 1er juillet 2016 De 14h00 à 17h00

CIRAD – 42 rue Scheffer

75016 PARIS
Métro Ligne 6 Trocadéro

Entrée libre. Renseignements et inscription (obligatoire) auprès de aurore.jambazian@paris.inra.fr.

Possibilité de participer au déjeuner à partir de 12h30 (nous le préciser).

Attention, le nombre de places est limité.

 

INSCRIVEZ-VOUS DES AUJOURD’HUI ! auprès de aurore.jambazian@paris.inra.fr

http://www.cvt-allenvi.fr/actualites

Les outils d’agriculture de précision dans les golfs et sur les stades de football

AgleaderSources : Ag Leader

On en parle peu, tout du moins dans ce blog, mais les outils d’agriculture de précision et surtout les systèmes d’aide au guidage ou de guidage automatique sont aussi présents dans le secteur des golf, des terrains de sport, etc. La société Ag Leader, bien connue pour ces équipements dans le monde agricole propose par exemple toute une gamme d’outil d’aide au guidage adapté, en particulier pour aider à l’opération de  tonte.

 

Un plan national pour améliorer la couverture mobile et fixe des zones rurales

Un article de Terre-Net qui fait le point sur les projets de couverture mobile et internet des zones rurales en France pour les années à venir.
« Améliorer rapidement la connectivité de 2,5 millions de logements en zones peu denses, et anticiper de 3 ans notre obligation de couverture 4G de la zone de déploiement prioritaire », c’est l’objectif du plan Orange Territoires Connectés, présenté la semaine dernière par le PDG de l’opérateur historique devant le président de la République.
Orange s’engage à améliorer très significativement la connectivité des foyers et des professionnels en zones rurales en fixe et en mobile afin de permettre aux habitants de ces territoires de bénéficier d’une solution en très haut débit ou haut débit de qualité.
Pour Internet, l’opérateur promet de s’occuper des débits en zone rurale, pour un million de foyers d’ici un an, 2,5 millions d’ici 2019. Cela passera notamment par le rapprochement de la fibre des centres-bourgs, son déploiement dans les foyers, les entreprises et les sites publics en partenariat avec les collectivités locales et par la couverture 4G de foyers dont le débit ADSL ne permet pas une connexion suffisante. »

Lire l’article à l’adresse suivante : http://www.terre-net.fr/actualite-agricole/economie-social/article/un-plan-national-pour-ameliorer-la-couverture-mobile-et-fixe-des-zones-rurales-202-120014.html