Faire « vibrer » les plantes pour mieux les connaitre

Le projet VIBROPHENE réunit deux laboratoires de l’école polytechnique et de l’INRA et propose une méthode innovante pour le phénotypage des plantes.  ( « Le phénotypage non destructif consiste à identifier une caractéristique physique de lots de plantes et de la suivre au cours de leur croissance »).

L’innovation repose sur une étude du comportement vibratoire d’une plante face un brusque courant d’air, déterminant ainsi les déformations provoquées par le vent.  La vidéo qui décrit le dispositif est ici.

 

« La connaissance des fréquences vibratoires permet de construire une signature mécanique de la plante analysée, particulièrement utile pour connaitre, par exemple, le risque de casse au vent ou de déformation en période sèche. »

Le système (breveté) a permis de déterminer de nouveaux phénotypes et de mesurer des caractères qui sont notamment importants pour éviter la verse des plantes face au vent.

Pour plus de détails :

https://www.ladhyx.polytechnique.fr/fr/biomecanique-et-sante/biomecanique-et-biomimetique-vegetale/

https://www.ladhyx.polytechnique.fr/fr/phenotypage/

Challenges Numériques : « Le spatial est dans le pré »

Startups, PME, 2 challenges à relever pour les coopératives agricoles: Clôture de l’appel le 12 juillet 2017 à midi

Et si agriculture rimait avec spatial & numérique ?

 

image001

Améliorer les récoltes, surveiller et prévenir la grippe aviaire, avec le spatial nous disposons d’outils performants pour donner une nouvelle impulsion à nos agriculteurs et nos éleveurs. Coupler le spatial avec le numérique, la robotique et les objets connectés, les pistes de solutions adressant les besoins de la nouvelle génération d’ ‘ageekulteurs’ et d’éleveurs sont multiples et présentent un vrai territoire d’expérimentation pour les PME et startups françaises.

Dans cette optique, Aerospace Valley en partenariat avec Agri Sud-Ouest Innovation et les sponsors applicatifs Arterris, Terres Du Sud, Ovalie Innovation et Vinovalie, ainsi que leurs partenaires technologiques Sigfox et Atos, lancent les Challenges Numériques Agriculture destinés aux startups et aux PME.

L’objectif de ce Challenge est de faire émerger des solutions répondant aux problématiques exprimées par les coopératives agricoles en s’appuyant sur l’usage des données spatiales (Observation de la Terre, Géolocalisation, Télécom) ainsi que les technologies du numérique.

Les 2 Challenges proposés :

  • La connaissance des sols
  • La prévention et la surveillance de la grippe aviaire

Les solutions développées dans le cadre du Challenge Agriculture répondront à un besoin avéré des acteurs agricoles. Elles trouveront des débouchés directs au sein des 5 coopératives agricoles sponsors, permettant d’apporter un service aux agriculteurs membres (potentiel de 43 000 agriculteurs).

Les lauréats disposeront de 8 mois pour mener à terme leur challenge et d’un financement de 45% pour les TPE et de 35% pour les PME, avec un plafond d’aide de 70k.

Les lauréats qui le souhaitent pourront bénéficier d’un accompagnement par les partenaires techniques Atos et Sigfox.

Plus d’information sur la page dédiée sur le site Booster Nova : http://booster-nova.com/les-challenges-numeriques/agriculture/

  • Descriptif des 2 Challenges
  • Vidéos de l’évènement de lancement : présentation, interviews
  • Ressources data et moyens techniques
  • Dossier de candidature

Thèse « Optimisation des ateliers d’engraissement porcins »

Thèse « Optimisation des ateliers d’engraissement porcins »
(Saint-Gilles, 35, France)

PigOptim :

Optimisation économique et environnementale des ateliers d’engraissement porcins face aux incertitudes des prix de marché et de la valeur des aliments.

Directeur de thèse :

Jean-Yves DOURMAD (IR INRA), UMR PEGASE (Physiologie, Environnement et Génétique pour l’Animal et les Systèmes d’Elevage), Domaine de la Prise 35590 Saint-Gilles.

Co-directeurs de thèse :

Eric DARRIGRAND (MC Université Rennes 1) Equipe d’Analyse Numérique, UMR IRMAR (Institut de Recherche Mathématique de Rennes) Campus de Beaulieu, 35042, Rennes.

Alexandre GOHIN (DR INRA), UMR SMART-LERECO (Structures et Marchés Agricoles, ressources et territoires, Laboratoire d’études et de recherche en Economie), 4 allée Adolphe Bobierre – CS 61103 – 35011 Rennes.

Co-encadrants :

Florence GARCIA-LAUNAY (IR INRA), UMR PEGASE, Fabrice MAHE (MC Université Rennes 1), UMR IRMAR.

Contact pour information et/ou candidature

(avant mi-mai 2017 pour prendre contact et avant le 07/06/17 pour
dépôt du dossier de candidature auprès de l’Ecole Doctorale VAS) : florence.garcia-launay@inra.fr (02.23.48.50.87), fabrice.mahe@univ-rennes1.fr (02.23.23.60.48).

Equipe d’accueil et encadrement :

La thèse sera menée au sein de l’équipe SysPorc « Le Porc dans les Systèmes
d’Elevages » de l’UMR 1348 PEGASE (https://www.rennes.inra.fr/pegase), dans l’Ecole Doctorale VAS (http://www.vas.univ-rennes1.fr/).

Résumé :

Les stratégies alimentaires en atelier d’engraissement sont un facteur clé du résultat économique et des impacts environnementaux de la production porcine. Le choix de la stratégie alimentaire doit se faire dans un contexte économique incertain. La thèse devra répondre à la question : Comment optimiser la stratégie alimentaire pour un groupe de porcs à l’engrais sur des critères économiques et environnementaux dans un contexte incertain ?
Le projet de thèse ambitionne, i) de produire un modèle capable d’optimiser la stratégie alimentaire pour un groupe de porcs à l’engrais sur des critères économiques et environnementaux, et ce dans un contexte incertain, et  ii) d’utiliser ce modèle pour établir l’effet des incertitudes de prix et de valeur des aliments sur les stratégies optimales.

Pour cela le modèle propose d’associer un modèle stochastique de croissance des porcs, une évaluation par Analyse du Cycle de Vie des impacts environnementaux de la production de porcs, un formulateur d’aliments pour porcs et une procédure d’optimisation de la stratégie alimentaire.

Mots-clés :

Optimisation multiobjectif, modèle individu-centré, Analyse de Cycle de Vie, langage Python, résolution numérique, incertitude des prix de marché, formulation d’aliments pour porcs.

Compétences recherchées et financement :

Le candidat devra avoir une formation générale et un master (ou l’équivalent) en mathématiques appliquées et/ou calcul scientifique, ou sciences pour l’ingénieur, et présenter un fort intérêt pour les applications en biologie et en agronomie. Des compétences ou expériences complémentaires en optimisation et recherche opérationnelle, ainsi qu’en simulation des systèmes dynamiques seront appréciées. Le candidat présentera ce projet de thèse lors d’une audition devant un jury de sélection de l’Ecole Doctorale VAS (http://www.vas.univ-rennes1.fr/). Le présent projet de thèse bénéficie du financement d’une demi-bourse de thèse par le métaprogramme GloFoods INRA-CIRAD (http://www.glofoods.inra.fr/) et d’une demi-bourse de la région Bretagne.

Introduction :

Les résultats économiques des élevages porcins dépendent du coût des matières premières (céréales et tourteaux en particulier) utilisées pour formuler (préparer) les aliments et des cours du prix du porc. En production porcine, la programmation linéaire est utilisée depuis des décennies pour trouver les taux d’incorporation des
matières premières qui minimisent le prix des aliments pour porcs, en respectant des contraintes de valeurs nutritionnelles des aliments. Aujourd’hui la formulation des aliments à moindre coût ne permet plus de répondre aux enjeux de la production porcine :

  • compétitivité économique en contexte de prix incertain : la stratégie d’alimentation d’une bande de porcs à l’engrais est définie au moins 4 mois avant son abattage, sans connaître les évolutions à venir des prix de marché.
  • réduction des impacts environnementaux (émissions de gaz à effet de serre, de nitrates,…). La contribution de la production de l’aliment représente souvent plus de la moitié de l’impact total du kilo de porc produit.

Raisonner la stratégie d’alimentation des porcs à l’engrais est donc déterminant pour les résultats environnementaux de l’élevage.
Ainsi, aujourd’hui l’enjeu est de pouvoir optimiser la stratégie alimentaire appliquée aux porcs, en maximisant la marge économique et en minimisant les impacts environnementaux.
Des travaux récents ont permis de construire des modèles capables de simuler l’effet de certaines pratiques d’alimentation sur les performances de croissance d’un animal moyen et d’un groupe de porcs à l’engrais (InraPorc®, 2006 ; Vautier et al. 2013). Un projet récent conduit entre l’UMR PEGASE et l’IFIP a ainsi permis d’aboutir à un modèle de l’atelier d’engraissement porcin qui simule les effets de différentes pratiques d’élevage (notamment pratiques d’alimentation) sur les performances des animaux, et calcule le résultat économique et les impacts environnementaux qui en résultent (Cadéro et al. 2016). Disposer d’un tel modèle permet aujourd’hui d’envisager l’optimisation multiobjectif (économie et environnement) des stratégies d’alimentation pour les porcs en engraissement.
Le projet de thèse devra répondre à la question suivante : Comment optimiser la stratégie alimentaire pour une bande de porcs à l’engrais sur des critères économiques et environnementaux dans un contexte incertain ?
Cette question est à la frontière entre mathématiques et informatiques appliquées, zootechnie des systèmes d’élevage, environnement et économie des exploitations d’élevage. Répondre à cette question nécessitera d’étudier la fonction-objectif et son domaine et d’envisager différentes approches / algorithmes d’optimisation : contrôle
robuste, algorithme génétique, programmation dynamique stochastique,…

Programme de recherche :

Le programme de recherches sera organisé selon les étapes suivantes :

  • Tâche 1 : Conception et implémentation du modèle d’engraissement d’un groupe de porcs à partir du modèle de Cadéro et al. (2016).
  • Tâche 2 : Ecriture d’un cahier des charges pour deux procédures d’optimisation : une première procédure capable d’optimiser la stratégie alimentaire en fonction d’un contexte économique donné et avec une performance élevée (temps de calcul bas, capacité à trouver la solution optimale dans tous les scénarios possibles), et une deuxième procédure capable de réaliser l’optimisation de la stratégie alimentaire dans un contexte incertain. Listing des procédures d’optimisation « candidates » et qui apparaissent à la lumière de la recherche bibliographique en accord avec le cahier des charges.
  • Tâche 3 : Implémentation et test des différentes procédures d’optimisation « candidates » dans des contextes économiques variés. Choix des procédures d’optimisation (pour optimisation en contexte incertain et optimisation
    sans prise en compte de l’incertitude du contexte).
  • Tâche 4 : Choix des scénarios économiques pour tester les procédures d’optimisation / Lancement et analyse des résultats des tests.
  • Tâche 5 : Détermination de stratégies optimales sur différents critères (économiques et environnementaux) et dans différents contextes de prix | exploration des compromis et interrelations entre les différents objectifs possibles
    (techniques, économiques, environnementaux)
  • Tâche 6 : Comparaison des performances des stratégies d’alimentation optimales définies avec l’optimisation en contexte incertain et l’optimisation faite sans prise en compte de l’incertitude des prix de marché.

Résultats attendus :

Ce travail original et pluridisciplinaire (mathématiques appliquées, zootechnie des systèmes d’élevage, économie, informatique) fournira un modèle capable d’optimiser les stratégies alimentaires pour l’atelier d’engraissement porcin. Il produira également des connaissances et une démarche méthodologique générique pour raisonner l’optimisation de la conduite des systèmes d’élevages. Une question à laquelle le projet devrait d’ailleurs répondre concerne la possibilité d’intégrer les résultats (sorties) des stratégies optimales d’engraissement (au niveau de l’atelier ou de l’exploitation agricole) vers une échelle territoriale voire nationale.

Références :

Cadero, A., Aubry, A., Brossard, L., Dourmad, J.-Y., Salaün, Y., Garcia-Launay, F. (2016). Modelling fattening pig production systems: use of a dynamic, stochastic, mechanistic model. In: Book of Abstract of the 67th Annual Meeting of the European Federation of Animal (p. 441). Wageningen, NLD : Wageningen Academic

InraPorc® 2006. Un outil pour évaluer des stratégies alimentaires chez le porc. Version 1.0.4.0. INRA-UMR SENAH, www.rennes.inra.fr/inraporc

Vautier, B., Quiniou, N., van Milgen, J., Brossard, L., 2013. Accounting for variability among individual pigs in deterministic growth models. Animal 7, 1265-1273.

Offre de thèse: Aide à la décision par fusion de signaux faibles et d’indicateurs appropriés pour la lutte intégrée en agriculture

Même si la thèse cible un étudiant « Master EEA » un AgroTIC motivé peut tenter sa chance…

Aide à la décision par fusion de signaux faibles et d’indicateurs appropriés pour la lutte intégrée en agriculture.

Type de financement :

Contrat Doctoral (ED 548) – Université de Toulon

Contacts :

  • Frédéric LAFONT (lafont@univ-tln.fr),
  • Nathalie PESSEL (pessel@univ-tln.fr),
  • Jean-François BALMAT (balmat@univ-tln.fr)

Sujet :

La prévention des maladies et attaques d’insectes nuisibles fait depuis toujours partie des préoccupations principales des agriculteurs. Depuis de nombreuses années, des travaux sur les stratégies de protection intégrée ont été réalisés par l’INRA (INRA-PIC Serre 2001/2004, ANR-ADD Ecoserre 2006/2009, INTERREG FIORBIO 2009/2012).
Le but est de proposer des approches systémiques pour optimiser la production (coût/croissance) tout en réduisant l’utilisation des pesticides.
L’objectif de la thèse sera de proposer un système d’aide à la décision qui permette à l’agriculteur de lutter efficacement contre les maladies et les parasites des cultures sous serres. De plus, le microclimat sera géré de façon à favoriser la protection des plantes tout en optimisant leur croissance.
Ce système innovant devra tenir compte:

  • des moyens classiques qui pourront être mis en oeuvre par l’agriculteur dans la lutte intégrée (auxiliaires biologiques et pratique des agriculteurs),
  • de l’environnement des cultures (climat, type de parasites et de maladies, sol),
  • de la connaissance des spécialistes des domaines (agriculteurs, agronomes,…),
  • des données (à définir) permettant d’obtenir les signaux faibles et indicateurs pertinents.

Dans un premier temps nous nous proposons d’étudier des approches hybrides combinant des classifieurs flous à des systèmes à base d’apprentissage de type réseaux de neurones. Pour interpréter la connaissance contenue dans les données, le système hybride sera couplé à un modèle probabiliste de type bayésien.
Un des verrous scientifique résidera dans la capacité de l’algorithme à prendre en compte les signaux faibles (signes avant-coureurs) à partir de la connaissance experte des agriculteurs. Enfin, sachant qu’un système à base de connaissances se complexifie en fonction du nombre d’informations à traiter, il sera nécessaire de proposer un algorithme capable de traiter un grand nombre de données d’entrée avec une architecture permettant de simplifier la conception du système d’aide à la décision. Pour répondre à ces différentes problématiques, nous proposerons une architecture modulaire et hiérarchique. Enfin, un indice de confiance fiable sera associé à l’information proposée à l’utilisateur final.

Les enjeux :

Amélioration de la production et diminution de l’utilisation des pesticides.

Les moyens :

Une serre instrumentée implantée à l’Université de Toulon.

Candidat – Profil recherché :

Le profil souhaité est celui d’un étudiant de Master dans le domaine de l’EEA. Des connaissances dans la conception de systèmes d’aide à la décision, les techniques floues et les réseaux de neurones seront appréciées.

Références :

M. Marquez-Vera, JC. Ramos-Fernandez, LF. Cerecero Natale, F. Lafont, JF. Balmat, Jorge Esparza-Villanueva, »Temperature control in a MISO greenhouse by inverting its fuzzy model » , Computers and Electronics in Agriculture, Vol. 124, pp. 168-174, 2016.
JC. Ramos-Fernandez, M. Marquez-Vera, LF. Cerecero Natale, F. Lafont, JF. Balmat, « Modelado difuso Takagi-Sugeno para sintonizar un controlador por calefaccion en un invernadero », Research in Computing Science, Vol. 92, pp. 69-80, 2015.
Philomine R, Gasenan N., Tauro J M., « A Study of Applications of Fuzzy Logic in Various Domains of Agricultural Sciences », International Journal of Computer Applications (0975 – 8887), 2015.
Lafont F., Balmat JF., Pessel N., Fliess M., « A model-free control strategy for an experimental greenhouse with an application to fault accomodation », Computers and Electronics in Agriculture, Vol. 110, pp. 139-149 (2015), 2014.
Balmat JF., Lafont F., Maifret R., Pessel N., « A decision-making system to maritime risk assessment », Ocean Engineering, Vol. 38 (1), pp. 171-176, 2011.
Balmat JF., Lafont F., Pessel N., « Neural networks for system design to maritime risk assessment », IEEE, 4th International Conference on Intelligent Information Technology Application, 2010.
Ramos-Fernandez JC., Lopez-Morales V., Lafont F., Enea G., Duplaix J., « A Neurofuzzy Structure Modelling Evapotranspiration in a Greenhouse Crop » , Ingeniería Investigación y Tecnología., Vol. XI. Num.2. 2010, pp. 127-139, 2010.
Balmat JF., Lafont F., Maifret R., Pessel N., « Maritime RISk Assessment (MARISA), a fuzzy approach to define an individual ship risk factor », Ocean Engineering, Vol. 36(15-16),1278-1286, 2009.
Rossi V., Caffi T., Salinari F., « Helping farmers face the increasing complexity of decision-making for crop protection », Phytopathologia Mediterranea, 2012.
Lafont F., Balmat JF., « Optimized Fuzzy Control of a Greenhouse » , Fuzzy Sets and Systems, Vol. 128, pp. 47-59, 2002.
Roussel O., Cavelier A., MG Van der Werf H., « Adaptation and use of a fuzzy expert system to assess the environmental effect of pesticides applied to field crops. » Agriculture, ecosystems & environment 80.1 (2000): 143-158, 2000.

Un service de télédétection viticole « chirurgical »

Après Vitidrone, Carbon Bee et Avidor Drone, un nouveau service de télédétection viticole par drone, nommé « Chouette » est annoncé.

L’article du site « Challenge » indique :

« Chouette a développé un logiciel et un drone muni d’une caméra multispectrale qui analysent « de manière chirurgicale » l’état des vignes. Objectifs: épauler au quotidien les viticulteurs et les aider à répandre moins de pesticides grâce à une meilleure connaissance des vignes.  »

L’article complet (avec une vidéo) est disponible à l’adresse suivante.

https://www.challenges.fr/start-up/start-up-chouette-aide-les-viticulteurs-a-soigner-leurs-vignes_464992?xtor=RSS-64

Chouette propose de détecter les symptômes grâce à une caméra multispectrale montée sur un drone autonome et ensuite de guider le viticulteur vers les zones à problème.

Il est important de noter que si certains des services de télédétection évoqués ci-dessus prétendent « détecter les maladies de la vigne », d’autres sont plus prudents et revendiquent plus raisonnablement la détection des symptômes et indiquent travailler encore à la discrimination automatique des maladies.

D’un point de vue scientifique, force est de constater que la discrimination des maladies est un problème très difficile, qui fait encore l’objet de plusieurs thèses de doctorat en cours. Confier la validation de la détection au viticulteur est donc certainement plus prudent.

La startup « Chouette » cherche des fonds: à suivre….

 

 

Un petit tuto sur le guidage laser d’un robot maraicher

Naïo Technologies propose une courte vidéo expliquant le principe du guidage laser de son robot « Oz ».

Une animation montre le principe LiDAR utilisé avec l’interception des rayons laser par les plantes sur les rangs de chaque coté du robot.

 

Numéro spécial « Rural Innovation and Digital Revolution in Agriculture »

Le n°38 de la Watch Letter du CIHEAM(1) vient de sortir.

Il est consacré à la révolution numérique et à ses conséquences sur le monde rural, dans les pays du pourtour méditerranéen.

Au programme, des articles en français ou en anglais issus sur des sujets touchant l’élevage de précision, le Big Data, la formation, l’agriculture intensive (ou pas)….

Il est téléchargeable à l’adresse suivante:

http://www.ciheam.org/en/publications/watch_letter/details?pub=WL_38&id=30

Ce numéro spécial a fait l’objet d’une présentation lors du Salon de l’Agriculture à Paris, sur le stand de l’INRA. La vidéo se trouve ici:

http://mediatheque.inra.fr/media/detail/390335/private

(1) CIHEAM: Centre International de Hautes Etudes Agronomiques Mediterranéennes

Offre de stage Ertus consuling / Process2Wine

Offre de stage

Ertus Group est une société de conseil. Elle édite la solution logicielle Process2Wine. Pour développer son offre de viticulture de précision, elle souhaite la simplifier et la rendre abordable pour des utilisateurs non expérimentés.

Au sein de l’entreprise, plusieurs projets participent à la naissance de cet écosystème de viticulture de précision :

  • Epandage intra-parcellaire de fumures et phytos (projet oiseau) ;
  • Suivi des flottes de tracteurs (gestion fine des itinéraires) ;
  • Développement en partenariat avec l’INRIA[1] d’un outil d’aide à la décision totalement novateur (EXAPTA) destiné aux propriétés viticoles pour leur simplifier l’organisation des travaux ;
  • Relevés d’informations par capteurs localisés (internet des objets)

Le stage proposé vise à imaginer, concevoir et intégrer des outils simples et utiles pour les acteurs de la filière permettant de gérer le niveau intra-parcellaire (cartographie, SIG, relevé automatisé de données) spécialement dédiés aux cultures pérennes. Ecoute des clients, participation à la rédaction du cahier des charges, proposition de réponses concrètes sont les attendus du stage. Les solutions envisagées devront s’adapter aux environnements nomades (smartphone, tablette) et de bureau (SaaS). La thématique directrice pourra être définie suivant l’évolution des projets et les affinités du stagiaire.

Plus d’info :

https://www.process2wine.com/    et    http://www.ertus.fr/

Stage conventionné, basé à Bordeaux.

Contact : olivier.sommier@ertus.fr

[1] Inria est un organisme public de recherche, dédié aux sciences et technologies du numérique.

Concours de recrutement de professeurs de technologies de l’informatique et du multimédia TIM de l’enseignement agricole

L’enseignement agricole dépendant du Ministère en charge de l’Agriculture organisera au cours de l’année 2016-2017, un concours EXTERNE (PCEA) de recrutement de professeurs de technologies de l’informatique et du multimédia de l’enseignement  agricole :

http://www.concours.agriculture.gouv.fr/

Date susceptible d’ouverture du concours : 08/11/2016

Date susceptible de fin des pré-inscriptions : 29/11/2016

Date prévisionnelle des écrits d’admissibilité : 07 et 08 mars 2017

Ateliers admissibilité + délibération : à partir du 10 avril 2017

Epreuves orales admission + délibération : à partir du 15 mai 2017

Le calendrier sera bientôt disponible sur le site des concours.

– Section technologies informatique et multimédia

I – Programmes et niveaux de référence

  • 4ème de l’enseignement agricole : enseignement disciplinaire technologies de l’informatique et du multimédia (TIM),
  • 3ème de l’enseignement agricole : enseignement disciplinaire technologies de l’informatique et du multimédia (TIM),

 

  • CAP agricole – tronc commun : module général MG1 objectif 2.2 technologies de l’informatique et du multimédia,
  • CAP agricole SAPVER : module professionnel MP2 objectif 4 technologies de l’informatique et du multimédia,

 

  • Seconde professionnelle : module EG4, objectif 3 technologies de l’informatique et multimédia,
  • Baccalauréat professionnel – tronc commun – module général MG4 objectif 4 technologies de l’informatique et du multimédia,
  • Baccalauréat professionnel Services Aux Personnes et Aux Territoires (SAPAT) – module professionnel – MP4 objectifs 1, 2, 3 et 4 technologies de l’informatique et du multimédia,

 

  • Baccalauréat technologique « Sciences et technologies de l’agronomie et du vivant » (STAV), module 4 objectif 2 technologies de l’informatique et du multimédia,
  • Baccalauréat technologique « Sciences et technologies de l’agronomie et du vivant » (STAV), activité pluridisciplinaire N°2 du module 6 (utilisation des systèmes d’information géographique),
  • Baccalauréat technologique « Sciences et technologies de l’agronomie et du vivant » (STAV), accompagnement personnalisé, le travail sur les compétences de base : maîtrise et utilisation responsable des technologies de l’information et de la communication,

 

  • Instructions et cadrage des enseignements facultatifs proposés dans les établissements d’enseignement agricole définis par la NOTE DE SERVICE DGER/SDPOFE/N2013-2078 en date du 04 juin 2013, enseignement  facultatif pratiques sociales et culturelles : Technologies de l’informatique et du multimédia (pages 8 à 10).

 

  • Brevet de technicien supérieur agricole (BTSA) – tronc commun – module M42 technologies de l’informatique et du multimédia,
  • Brevet de technicien supérieur agricole (BTSA) « Développement et Animation des Territoires Ruraux » (DATR) – modules professionnels – M53 objectifs 2.3 et 2.4 et M58 objectifs 1.4, 2.1, 2.2 et 2.3,
  • Brevet de technicien supérieur agricole (BTSA) « Aménagements Paysagers » (AP) – modules professionnels – M53 objectifs 1.1 et 1.2 et M55 objectifs 2.2, 3.2, 4.1 et 5.1,

 

  • Connaissance des attestations, brevets et certificats informatiques et Internet et de leurs évolutions,

 

  • Connaissance des modalités d’évaluation des capacités en technologies de l’informatique et du multimédia. (voir les référentiels de certification et les notes de cadrage des évaluations : contrôle certificatif en cours de formation – CCF -).

 

Il est recommandé de consulter les référentiels et les documents d’accompagnement http://www.chlorofil.fr/diplomes-et-referentiels.html.

 

Il est également souhaitable de consulter le référentiel professionnel du professeur de technologies informatiques et multimédia.

http://www.chlorofil.fr/emplois-concours-formation-et-carriere/metiers-de-lea/eplefpa.html

 II – Connaissances disciplinaires

  • Systèmes d’information,
  • Architecture matérielle et logicielle des systèmes informatiques,
  • Réseaux et systèmes de communication : architecture, conception, administration, évolution,
  • Sécurité des réseaux et des systèmes d’information,
  • Services et usages de l’Internet,
  • Gestion de projets de systèmes d’information,
  • Développement d’applications informatiques et génie logiciel,
  • Analyse et conception de systèmes,
  • Maquettage d’applications algorithmique et programmation,
  • Publication multimédia sur le Web.

 

III – Liste des thèmes

  • - Les organisations et dispositifs nécessaires au développement du numérique éducatif et pédagogique,
  • Les composantes des systèmes d’information d’un établissement d’enseignement (infrastructures et données numériques – Big Data -, applications informatiques),
  • La responsabilité de l’enseignant de TIM et de l’ensemble de l’équipe éducative,
  • Les usages des ENT (environnements numériques de travail), du cahier de textes numérique,
  • Les usages des TIC dans l’enseignement (des CLOM -cours libres ouverts et massifs- aux formations à distance et hybrides, de la différenciation pédagogique à l’individualisation de la formation),
  • Les pratiques collaboratives,
  • La formation à un usage responsable de l’Internet, les réseaux sociaux numériques et la présence numérique,
  • La certification des compétences informatiques et Internet,
  • Les logiciels bureautiques (traitement de texte, tableur, PAO, PréAO), bases de données, images numériques,
  • La géomatique (géolocalisation, système d’information géographique),
  • La place des TIC dans le monde du travail en particulier dans le monde agricole et rural,
  • Les enjeux sociétaux du développement du numérique.
  • Les objets connectés, les objets intelligents, les robots et leurs applications notamment agricoles et rurales.

 

Il est souhaitable de consulter le portail des Délégués Régionaux aux Technologies de l’Information et de la Communication DRTIC http://drtic.educagri.fr/, le site ACOUSTICE http://acoustice.educagri.fr/, le site Péd@goTICEA http://www.chlorofil.fr/ressources-et-pratiques-educatives/enseigner-eduquer-et-former/valoriser-les-usages-et-les-ressources-numeriques/pedgoticea.html, le site POLLEN http://pollen.chlorofil.fr/ et le site EDUTER-CNERTA : http://www.cnerta.educagri.fr/

 

Pour en savoir plus sur le métier :

Professeur TIM Note de service DGER/SDACE/N2002-2048 du 03 MAI 2002  : Missions et obligations de service

 

Des éléments complémentaires concernant le fonctionnement de l’enseignement agricole : Classeur TUTAC http://www.chlorofil.fr/emplois-concours-formation-et-carriere/formation-continue-des-personnels/tutac-tutorat-des-agents-contractuels.html

 

Bordeaux Sciences Agro recrute un Ingénieur en Technologies Numériques pour l’Agriculture

Profil de poste – Ingénieur Technologies Numériques pour l’Agriculture Bordeaux Sciences Agro

 

Etablissement : Bordeaux Sciences Agro

Service : Département « Numérique pour l’Agriculture »

Lieu : Gradignan (33)

 

CONTEXTE

Bordeaux Sciences Agro est un établissement public d’enseignement supérieur et de recherche agronomique sous tutelle du Ministère de l’Agriculture, de l’Agroalimentaire et de la Forêt. L’établissement a pour missions la formation, la veille scientifique et technique, l’innovation technologique, le développement ainsi que la diffusion de l’information scientifique et technique.

Le Département Numérique pour l’Agriculture (DNA) regroupe les compétences en matière d’informatique, de statistique et plus généralement, de technologies de l’information pour l’agriculture. Les équipes du DNA souhaitent accompagner la transition numérique qui affecte actuellement l’agriculture, en lien avec le développement des outils et services numériques. Aussi, le DNA s’investit dans 2 projets structurants à l’interface entre formation, recherche et innovation :

  • La chaire d’entreprises « Agriculture Numérique »
  • Un dispositif d’expérimentation et de démonstration grandeur réelle (de type Digi-Lab)

 

La chaire d’entreprises « Agriculture Numérique », lancée en Novembre 2016, est portée conjointement par Montpellier SupAgro, Bordeaux Sciences Agro et IRSTEA et s’appuie fortement sur la spécialisation AgroTIC. La chaire regroupe 23 entreprises mécènes, acteurs du monde agricole et/ou numérique, et porte des actions ayant pour objectif d’accroitre et favoriser la diffusion de la connaissance sur les technologies numériques, leurs usages pour l’agriculture, les niveaux d’adoption de ces outils et services.

Le dispositif d’expérimentation et de démonstration, le Digi-Lab, est un projet complémentaire à la chaire, qui vise à proposer aux industriels et acteurs de la R&D, un réseau de parcelles agricoles et de chais, une infrastructure et des compétences, pour tester des technologies et des services numériques en conditions réelles et démontrer l’intérêt de leur interopérabilité.

Bordeaux Sciences Agro recrute un Ingénieur spécialiste des Technologies Numériques pour l’Agriculture dont les missions concerneront à la fois la chaire d’entreprises, le Digi-Lab et les enseignements dispensés au sein du département numérique pour l’Agriculture.

 

DESCRIPTION DES MISSIONS

Dans le cadre de la chaire d’entreprises :

  • Participer à l’animation de la chaire (forum de discussion, réunions de rencontre des membres)
  • Participer à l’organisation des actions portées par la chaire (séminaires, études d’opportunités technologiques, prospection de projets professionnels ou de contrats de professionnalisation,…)
  • Assurer le reporting auprès des entreprises membres de la chaire

 

Dans le cadre du Digi-Lab :

Dans la phase de lancement du projet :

  • Assurer la prospection des entreprises
  • Suivre et participer à l’ingénierie de montage de projets

En régime de croisière :

  • Assurer la prospection des entreprises
  • Assurer le support pour les actions : de l’acquisition à la valorisation des données collectées
  • Participer à la communication avec les entreprises et les partenaires

Dans le cadre des enseignements :

  • Assurer des enseignements et du tutorat en lien avec les technologies de l’information.

 

COMPETENCES REQUISES

  • Très bonne connaissance des TIC appliquées à l’agriculture (capteurs, réseaux, SIG, bases de données spatialisées, outils statistiques, langages de programmation),
  • Connaissance des normes d’interopérabilité et d’échanges de données informatisées,
  • Très bonne connaissance des services et des acteurs de l’agriculture numérique,
  • Bonnes capacités rédactionnelles, sens du contact et très bonnes capacités relationnelles,
  • Capacité à vulgariser et diffuser un savoir,
  • Etre capable de mettre en oeuvre des méthodes de suivi et de gestion de projet.

 

CONDITIONS REQUISES

  • Diplôme de niveau bac +5 en agronomie avec une 2nde compétence en TIC.
  • Etre titulaire d’un permis B.

 

MODALITES DE RECRUTEMENT

Rémunération : en fonction de l’expérience Durée du contrat : 12 mois (renouvelable), Prise de fonction : Janvier 2017

Le dossier de candidature (CV + lettre de motivation) est à envoyer par courriel avant le 15/11/2016 à :

Jean-Pierre DA COSTA,

Responsable du département « Numérique pour l’Agriculture »

jean-pierre.dacosta@agro-bordeaux.fr

Pour plus d’information :

Nathalie TOULON

nathalie.toulon@agro-bordeaux.fr