Géoséminaire jeudi 2 mars à Montpellier

Les étudiants du Mastère SILAT d’AgroParisTech organisent un géoséminaire le jeudi 2 mars:

La Géomatique pour la synergie entre les acteurs des territoires.

 

Toutes les informations sont sur le site https://geoseminaire.teledetection.fr/

L’infographie pour répondre aux questions d’actualité sur l’Agriculture

Le site http://infographies.agriculture.gouv.fr/ permet d’avoir en un coup d’œil des éclairages sur des questions d’actualité liées à l’agriculture: étiquetage des viandes et produits laitiers, le marché des semence, voire même la filière cheval … et bien sûr quelques chiffres clés sur l’Agriculture Connectée.

Cas concret de mise en place de l’Agriculture de Précision: Arterris témoigne

Ce court reportage explique très bien et par exemples concrets l’accompagnement par la coopérative de l’adoption de l’Agriculture de précision.

Avec en bonus, témoignages d’utilisateurs sur la modulation et l’utilisation des drones de Delair Tech.

 
C’est ici: http://www.pleinchamp.tv/reportages-pleinchamp/l-agriculture-de-precision-face-au-defi-de-l-industrialisation

Journées utilisateurs QGIS 2016 – Merci à tous!

Merci à tous les mécènes et parrains, contributeurs et participants pour cette belle édition du séminaire QGIS 2016!

 

Les supports des présentations sont disponibles

sur la page du séminaire.

20161202_121104_resized

Séminaire QGIS : Description détaillée des présentations

PROGRAMME DÉTAILLÉ – Description des

présentations

 

Matin

  • 9h30-10h: Jean-Marie Arsac –  Présentation de la communauté QGIS

  • 10h-10h30: Yves Jacolin  (Camptocamp) – QGIS joue t ‘il dans la cours des grands?

L’année dernière nous avons présenté un comparatif sur les standards de services OGC des principaux serveurs cartographiques (MapServer, GeoServer et QGIS Server). La conclusion était que ces trois acteurs majeurs des outils open source géraient ces standards à des niveaux de qualité identique. Toutefois, aucun des trois serveurs ne se démarque pour le standard SLD/SE : leur gestion est lacunaire, ce qui n’enlève rien quant à leurs capacités fonctionnelles. Mais ceci n’est pas suffisant dans un contexte métier car le choix d’un outil se base à la fois sur ses fonctionnalités et ses performances.

Cette session a un double objectif :
1/ présenter un framework permettant de comparer facilement les performances de GeoServer, MapServer et QGIS Server en se basant sur des données OpenStreetMap et des configurations similaires (même classifications, même symboles, etc.) ;
2/ illustrer les performances des 3 serveurs cartographiques open source.

Les utilisateurs auront ainsi la possibilité de tester les trois serveurs et de comparer les résultats avec leur propre configuration et leurs données !

Mots-clé : QGIS, performance, WMS, WFS, Standards, MapServer, GeoServer

  • 10h30-11h00: René-Luc D’Hont (3Liz)  – Qgis Processing, votre environnement d’analyse

Qgis Processing est l’environnement de géo-traitements de QGIS permetttant d’exécuter des algorithmes natifs ou d’applications tierces directement. La présentation portera sur les dernières évolutions et la philosophie associée.

  • 11h-11h30 : Régis Haubourg  (Oslandia) – QGIS et POSTGIS pour la gestion de réseaux d’eau

Une des forces motrices essentielles des évolutions récentes de QGIS est le développement d’applications métier communautaires ouvertes des gestion de réseaux d’eau, à travers de projets tels que QWAT (eau potable) ou QGEP (eaux usées)
Ces applications apportent continuellement des fonctionnalités à une plateforme qui permet désormais d’allier le professionnalisme des outils de DAO, la puissance de gestion des bases de données, jusqu’à l’aide à la décision par le
couplage avec des outils de modélisation et de data-visualisation.

  • 11h30 – 12h30: les étudiants AgroTIC présenteront les dernières nouveautés QGIS

 

 

Après midi

Témoignages d’utilisateurs de Qgis dans différents métiers (aménagement du territoire, environnement, agriculture, …)

14h30 – 15h00 : Arnaud Koch (ARK Ingénierie)  – Utilisation de Qgis dans la caractérisation et la cartographie du risque inondation

Présentation de l’utilisation de Qgis et de plugins spécifiques (notamment Crayfish) dans le cadre de le pré et post traitement de données de modélisation numériques pour la caractérisation du risque inondation.

15h00 – 15h30 : Clément Fraigneau (PermAgro)  – Utilisation de QGIS pour la cartographie d’un domaine agricole

Après avoir montré l’année dernière l’utilisation de QGIS pour cartographier précisément une parcelle de vigne, je vais montrer maintenant par un exemple concret ses utilisations à l’échelle d’un domaine agricole en polyculture. Les relevés GPS réalisés à partir d’un smartphone et d’un GPS submétrique relié par Bluetooth permettent d’acquérir des données terrain (parcellaire, irrigation, réseaux) qui seront presque directement intégrés dans QGIS. D’autres données sont digitaliées à partir d’orthophotos, ou directement acquises auprès de tiers. QGIS permet une compilation de toutes ces couches métier pour un rendu client d’une vingtaine de cartes thématiques ainsi que d’atlas riches en informations qui permettront aux responsables techniques de mieux piloter l’exploitation agricole.

15h30 – 16h00 : Clément Arnal (Vi-A-Terra) –  Q-GIS, un outil au service de l’ingénierie territoriale

Consultant indépendant, j’ai créé un bureau d’études, Vi-A-Terra, qui propose des prestations de service (études, conseil, animation) portant sur les relations entre agricultures et territoires, pour des collectivités territoriales et des organisations professionnelles agricoles.

Q-GIS est un outil parfaitement adapté à mon activité : il me permet de représenter des phénomènes spatiaux / territoriaux, et de matérialiser des dynamiques en cours sur les territoires étudiés, sur des échelles allant de la parcelle à la Région.

J’utilise Q-GIS pour des représentations variées :
– cartographie de « localisation », pour situer un phénomène (présence de caveaux de vente, d’exploitations agritouristiques, etc.) ;
– cartographie d’occupation spatiale, pour analyser la place de l’agriculture dans un territoire, et caractériser les types d’agriculture présents – utilisée notamment dans le cadre des procédures d’urbanisme opérationnel, PLU et SCOT ;
– cartographie « quantitative », pour illustrer sur un territoire des données statistiques (population, nombre d’exploitations, etc.) ;
– cartographie thématique, pour identifier et représenter des dynamiques spatiales (artificialisation de l’espace, enfrichement, etc.) ou des évolutions (croissance démographique, réduction de la SAU…) ;
– cartographie de zonage (pour des réglementations d’urbanisme, des zonages ZNIEFF, AOP, etc.).
– mode « plan », pour illustrer un projet d’aménagement à l’échelle de la parcelle ou de l’îlot.

Q-GIS met permet ainsi de construire des cartes (et éventuellement des plans) qui sont autant d’outils d’aide à la décision pour les élus et représentants des OPA, utilisés dans le cadre de rapports ou de présentations.

16h00 –16h30 : Nicolas Karasiak (INP/ENSAT)  – Présentation un plugin QGIS dédié à l’extraction des forêts dans les cartes anciennes

Les cartes anciennes sont des outils précieux pour reconstruire l’évolution des paysages. Néanmoins, la méthode couramment utilisée pour extraire l’information de ces cartes (la digitalisation manuelle) permet difficilement de reproduire des opérations sur de grandes étendues et par conséquent limite la reproductibilité d’études spatiales historiques. Dans cette étude, nous présentons un plugin QGIS dédié à l’extraction automatisée des forêts anciennes dans les minutes de la Carte d’Etat Major du XIXe siècle. Le plugin intègre des fonctions permettant de réaliser les trois grandes étapes de la méthodologie proposée : une étape de filtrage des éléments surchargeant la carte, une procédure de classification des objets d’intérêts, une étape de post-traitements des objets extraits. La méthodologie affiche un haut niveau de performance avec d’avantage de difficultés pour les extraits très surchargés (zone de fortes de pentes). Le plugin offre la possibilité aux utilisateurs de paramétrer chaque étape pour répondre à leurs objectifs de cartographie et aussi à la qualité de l’extrait choisi.

16h30 – 17h00 : Moreau Anne (INRAP – Institut National des Recherches Archéologiques Préventives)  – QGIS et l’archéologie préventive : un outil de travail quotidien des archéologues de l’Inrap

En archéologie, en France, les SIG sont utilisées depuis les années 1990 mais leur généralisation à l’échelle de l’opération archéologique est récente. A l’Inrap, cette généralisation fait l’objet depuis 2011 d’un déploiement à l’échelle nationale qui vise à systématiser l’utilisation des SIG sur les opérations archéologiques de diagnostic et de fouille.
Le projet de déploiement repose sur deux choix stratégiques conditionnant la conduite du projet :
– celui de systématiser le recours aux SIG à l’échelle des opérations archéologiques avec l’objectif d’en faire un outil pour les archéologues au quotidien
– celui de confier la conception, l’alimentation et l’utilisation des SIG « opérations » aux archéologues eux-mêmes.
Ces choix révèlent toute l’ambition du projet :
– le choix de systématiser le recours au SIG implique une restructuration profonde du processus (répartition et enchaînement des tâches du montage de l’opération au rendu du rapport) qui doit nécessairement être accompagnée de réflexions théoriques et d’expérimentations concrètes
– confier les SIG aux archéologues eux-mêmes impliquent qu’ils s’approprient pleinement l’outil et ce, par leur formation préalable et un maximum de mise en pratique encadrée.

Dans ce cadre, QGIS occupe une place essentielle puisque c’est le logiciel que l’Inrap a choisi pour développer l’utilisation des SIG. Il est utilisé dans les trois formations proposées aux archéologues de l’institut qui sont ainsi encouragés et formés à l’utiliser pour leur travail quotidien. Les raisons qui ont conduit à choisir QGIS sont diverses : il répond à 80% des besoins des archéologues et cumule les avantages des logiciels libres. D’abord uniquement utilisateur, l’Inrap s’investit timidement dans la communauté des développeurs en développant ses propres extensions (ArcheoCAD). Outre le fait d’être adapté à l’archéologie préventive (ou de pouvoir s’adapter à), le choix d’un logiciel libre comme QGIS a contribué, d’une certaine manière, à la formation ou la consolidation d’une culture d’établissement autour des SIG et de QGIS.

Partenaires du séminaire utilisateurs Qgis 2016

afficheqgisuser2016frsmall-01

 

Mécènes de l’événement


Logo_rect_coul

 

 

3Liz est une société de services autour des logiciels libres SIG. Nous nous sommes spécialisés dans l’exploitation des logiciels QGIS et QGIS-Server, aux quels nous contribuons. Nous avons aussi développer LizMap, outil de publication de cartes Web dynamiques.

 

oslandia_logo_big_fondblanc

 

Oslandia est une ENL (Entreprise du Numérique Libre) française spécialisée en systèmes d’information géographique (SIG) Open Source, et particulièrement en bases de données spatiales, Web Services OGC et SIG bureautiques. Oslandia, avec deux commiters QGIS, est une des sociétés les plus actives dans le développement de cet outil SIG bureautique. Oslandia propose une offre de service complète : conseil, audit,développement, support, formation.

 
camptocamp
Composée de spécialistes de l’Open Source, Camptocamp est une entreprise innovante dans l’intégration de logiciels servant à la mise en valeur de données géospatiales, à la gestion complète d’entreprise et à la gestion d’infrastructures informatiques. Afin de s’adapter parfaitement à vos besoins, Camptocamp construit des solutions personnalisées en utilisant les meilleures technologies Open Source.Le département Geospatial Solutions développe et configure des applications web (GeoMapFish, geOrchestra) et bureautique (QGIS) qui vous accompagnent dans l’acquisition, le traitement et le stockage des données spatiales.

 

 

Parrains de l’événement

 

website-logo

 

Le réseau des Conservatoires d’espaces naturels. Depuis près de 40 ans, les Conservatoires d’espaces naturels, associations à but non lucratif, contribuent à préserver notre patrimoine naturel et paysager par leur approche concertée et leur ancrage territorial. Les 29 Conservatoires d’espaces naturels gèrent un réseau cohérent et fonctionnel de 2 921 sites naturels couvrant 152 788 ha en métropole et outre-mer. Ils rassemblent 805 salariés, 3 091 bénévoles actifs et 8 649 adhérents. Leur action est fondée sur la maîtrise foncière et d’usage et s’appuie sur une approche concertée, au plus près des enjeux environnementaux, sociaux et économiques des territoires. Leurs interventions s’articulent autour de 4 fondements : la connaissance, la protection, la gestion et la valorisation. 

 

logo-Azimut

Après 20 années d’activité AZIMUT a acquis une expérience reconnue sur tous les services informatiques dans le domaine de l’information géographique. La taille de notre structure garantit à nos clients souplesse et réactivité. Notre capacité à développer des outils sur mesure s’intégrant dans un processus de production/gestion existant est également appréciée de nos clients. Depuis 2014, nous investissons dans les logiciels Open Source en soutenant l’OSGeo-fr, et en intégrant QGIS et PostgreSQL/PostGIS dans nos offres afin de proposer à nos clients les meilleures solutions adaptées à leur organisation.

 

boundless-logo

Boundless is the leader in commercially supported, open source, geospatial software. The Boundless GIS platform enables a feature-rich, enterprise GIS without the high licensing costs associated with proprietary software. The experts at Boundless reduce the cost and time of deploying and managing spatial software with packaging, support, maintenance, professional services and expert training.

Interview: Drones et satellites au service de l’agriculture

Dans La Depeche: Michel Feuga, directeur programmes et services applicatifs chez Airbus Defense & Space, a animé une conférence intitulée «Drones et satellites au service de l’agriculture».

il y explique les grands principes du pilotage de l’agriculture par drone ou satellite et intérêts de l’une ou l’autre des technologies.

 

En savoir plus sur http://www.ladepeche.fr/article/2016/10/25/2446150-des-drones-et-des-satellites-au-service-des-agriculteurs.html#1ss0Y0pWXImS4eDI.99

 

Ça bouge chez les grands acteurs du drone Français

La France Agricole s’intéresse aux mouvements des principaux acteurs du drone en France:

« Delta Drone en partenariat avec Drone Air Fly, Delair-Tech qui rachète Gatewing, Drone agricole qui devient Wanaka et Airinov qui développe une nouvelle offre… Cet automne, le secteur français du drone est en pleine restructuration.

Quasiment tous les poids lourds travaillant sur le drone civil pour l’activité agricole se restructurent. Les services proposés devraient s’en retrouver modifiés. »

Toutes les informations: http://www.lafranceagricole.fr/actualites/drones-les-restructurations-volent-1,0,3154511273.html

Séminaire utilisateurs QGIS 2016 : appel à Contribution

Le Séminaire QGIS du 1 et 2 Décembre se déroulera sur le thème

« QGIS, un outil adapté à mon métier »

Si vous souhaitez intervenir sur ce sujet, nous vous invitons à vous inscrire sur cet appel à contribution.


afficheqgisuser2016frsmall-01

L’Agriculture de Précision au Parlement Européen

La première partie d’un rapport de synthèse sur l’Agriculture de Précision a été remis au parlement Européen en août dernier.

Il donne un état des lieux de l’Agriculture de Précision en Europe sur divers aspects: agronomiques et technologiques mais aussi ses impacts politiques, économiques et environnementaux. L’un des objectifs est d’anticiper les impacts de l’agriculture numérique sur la politique agricole Européenne.

Precision Agriculture and the Future of Farming in Europe

Aperçu des axes principaux:

1. Etat des lieux de l’Agriculture en Europe:

– Résumé et des statistiques instructives sur les différents types de productions européennes, mais aussi sur les différents types d’agricultures , les tendances du marché Européen et la place de l’Europe dans le marché mondial.

2. Les Business Modèles de l’Agriculture Européenne:

– Synthèse sur les business modèles existant en Europe  (types d’exploitations, type de population…) et tendances actuelles.

3. La place de l’Agriculture de Précision en Europe:

– Rappel des objectifs de l’Agriculture de précision et de ce que l’Agriculture de Précision peut apporter aux agriculteurs et industriels, mais aussi à la société et à l’environnement.

– Etat des lieux des techniques existant en Europe et des usages qui en sont faits, analyse de la place de l’Agriculture Européen dans la réglementation Européenne.

Ce rapport met en évidence certaines limites à l’adoption de l’Agriculture de précision: la nécessité d’un haut niveau de qualification, des informations qui restent réservées à la Recherche, des problématiques techniques (installations d’équipements, technologies spécifiques, standardisation) et le manque de visibilité claire sur la valeur ajoutée qu’apporterait l’Agriculture de précision.

4. Les effets de la « Révolution des TIC » sur la gouvernance et sur l’économie de l’agriculture:

Analyse des effets de la numérisation de l’agriculture sur l’organisation et le fonctionnement des marchés:

– Changements dans l’organisation actuelle des exploitations (main d’oeuvre, taille d’exploitations, investissements/investisseurs…), adaptation et diversité des business modèles.

– Impacts Economiques: changement et émergence de nouveaux marchés  (logiciels, machines, plateformes, données, services…), place des agriculteurs dans l’industrie Agro-Alimentaire.

– Impacts Politiques : impacts sur réglementation au sein de l’industrie agro-alimentaire,  sur la PAC et sur les directives Européennes ( ainsi que politiques Environnementales et Régionales). Les TIC mettent également en jeu les politiques d’innovation, numériques et règles sur la concurrence, autour notamment de l’enjeu majeur qu’est la problématiques de l’utilisation des données: propriété des données, stockage et échanges.

5. Les impacts de l’Agriculture de Précision sur l’environnement

Les effets environnementaux de certaines pratiques de l’Agriculture de précision sont synthétisés, mais aussi présentés sous forme d’exemples précis (fertilisation NPK, contrôle des adventices, prévention des maladies mais aussi bien être animal).

6. Main d’oeuvre et Agriculture de précision

Ce rapport conclut sur un état des lieux de la main d’oeuvre agricole et des solutions à envisager pour une agriculture innovante. Parmi celles-ci, la question de la complexité à former des agriculteurs face à la diversité des compétences nécessaires:  agronomie (semences, nourriture animale, fertilisants, protections, matériel, santé …) mais aussi gestion de l’entreprise et économie (clients, fournisseurs, banques, concurrence…) ainsi que veille (forum, journaux, associations…) etc.

 

Cette Etude constitue la première phase du rapport. Deux autres phases sont prévues, l’une sur l’élaboration de scénarri possible d’ici 2050 sur l’évolution des pratiques de l’Agriculture de Précision, l’autre sur les modifications qui seront nécessaires à mettre en place au niveau de la législation Européenne pour y répondre.