Le bulletin de veille de la Chaire AgroTIC est sorti !

Le deuxième bulletin de veille, édité par la Chaire AgroTIC, a été publié aujourd’hui. Même s’il s’appuie très largement sur les billets publiés dans ce blog, n’hésitez pas à le lire et le diffuser autour de vous !

chaire_agrotic

A télécharger ici.
Vous trouverez le précédent ainsi que les suivants sur le site de la Chaire.

Des satellites pour surveiller les invasions de criquets

Des scientifiques de l’Agence spatiale européenne (ESA) et des spécialistes du criquet pèlerin de l’Organisation des nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) ont annoncé, le 14 juin, la création d’une nouvelle imagerie satellitaire pour anticiper les invasions acridiennes, c’est-à-dire les invasions de criquets. Ils ont établi des modèles qui, en fonction des données reçues par les satellites (notamment l’humidité du sol), permettent de prédire un regroupement de criquets jusqu’à deux mois à l’avance.
criquet

Pour en savoir plus, lire l’article

Des drones utilisés pour lutter contre les acariens du fraisier

L’écologiste Elvira Simone de Lange, chercheuse postdoctorale du laboratoire Christian Nansen, va débuter une étude qui consiste à utiliser des drones pour détecter l’infestation précoce des acariens de la fraise, puis à cibler les organismes nuisibles avec des agents de lutte biologique.
Des différences très subtiles dans la réflexion de la canopée de fraises indique le stress induit par les araignées. La détection de ces différences permettra la libération de prédateurs dans les foyers d’araignées ce qui augmentera leur efficacité en tant qu’agents de contrôle biologique, et améliorera la durabilité des pratiques de gestion des acariens de la fraise.

drone_acarien_fraise

Aujourd’hui, les prédateurs sont largement utilisés dans l’industrie des fraises, mais ils peuvent succomber en quelques jours en l’absence de proies.
Avec cette étude, ils pourront démontrer que la télédétection aérienne peut être utilisée pour détecter les foyers d’araignées et donc déterminer où et quand la libération des prédateurs est nécessaire.

Lire l’article

Des micro-serres intelligentes

Et si on ajoutait de l’intelligence aux serres ?
Grâce à l’intelligence artificielle, des chercheurs du MIT Media Lab ont mis au point des micro-serres capable d’établir les conditions climatologiques idéales pour chaque espèce végétale. L’objectif est donc d’utiliser le machine learning afin d’établir des nouvelles « recettes climatiques » optimales et ainsi cultiver des fruits et légumes « parfaits » et le plus savoureux possible.
micro-serre
Cette initiative pourrait s’avérer indispensable au vu des réponses qui doivent être trouvées face au réchauffement climatique et à la baisse de l’utilisation des produits phytosanitaires.

L’article complet est à lire ici.

La ferme ovine du futur se dessine à la ferme du Mourier

A la ferme du Mourier, l’Institut de l’Elevage et le CIIRPO testent des technologies du numérique pour accompagner les éleveurs vers l’agriculture connectée et ainsi diminuer leur charge de travail et améliorer leur revenu.
Plusieurs projets sont en cours : l’identification électronique ultra haute fréquence (UHF), une bascule pour trier automatiquement les animaux, un traitement anti-parasitaire sélectif en fonction du risque d’infestation…
Cette ferme constitue ainsi la première Digiferme ovine : un bon début pour la filière !

Je vous invite à lire le communiqué de presse.

Notons que l’équipe du CIIRPO a remporté le prix de « l’Equipe Innovante » des ITA’Innov 2017. Vous pouvez lire l’article ici

Utiliser une libellule comme drone

Le premier vol de la libellule cyborg du projet DragonflEye a eu lieu. Ce projet consiste à transformer une libellule en drone capable d’être télécommandé. L’insecte embarque une série de capteurs alimenté par des cellules photovoltaïques placée sur ses ailes. Il est ensuite télécommandé par des impulsions lumineuses.
L’innovation se situe au niveau du système de transmission basé sur des « optrodes » qui conduisent le signal lumineux au cœur du cordon nerveux de la libellule. Mais en ce qui concerne la libellule et ses capteurs, on se plait à imaginer une application en agriculture : en utilisant cette technologie sur des abeilles pour faire de la pollinisation contrôlée, par exemple, ou pour la surveillance des changements environnementaux des zones sensibles.

libellule_cyborg

Pour en savoir plus : accéder à l’article

Une application créée par un éleveur, pour tous les éleveurs !

Dans le Maine-et-Loire, un éleveur a déployé un logiciel permettant la gestion des troupeaux. Une entreprise loudéacienne, Vital Concept, le propose désormais aux agriculteurs. L’application Icownect, mise au point par Vincent Guitton, est née de son constat personnel : « J’avais besoin d’un outil informatique pour suivre mes animaux. ». Cet outil très simple qui rassemble toutes les informations utiles à l’éleveur pour s’organiser au quotidien et prendre les bonnes décisions, s’ajoute à la liste des logiciels de gestion existants.

Pour en savoir plus : lire l’article

PUMAgri, un tracteur enjambeur autonome

L’entreprise Sitia a présenté son tracteur PUMAgri lors du salon Innorobot qui avait lieu du 16 au 18 mai à Paris.
Ce robot est un enjambeur capable de travailler le sol dans les vignes de manière autonome grâce à l’intégration des cartes parcellaires. Il s’adapte aux différentes conditions en ajustant sa largeur de roues et sa hauteur sous chassis. Il dispose de plusieurs systèmes de capteurs lui permettant de se guider dans la parcelle : laser, 3D, caméra… Pour l’instant, il est équipé pour le travail du sol mais ne supporte pas les outils nécessitant la prise de force (trop énergivores).
Pumagri
PUMAgri, le robot agricole autonome. – crédit photo : Lucie Marné

La société Sitia prospecte actuellement pour travailler sur l’élaboration d’un pulvérisateur peu énergivore.

Retrouver l’article complet ici.

#DigitAg Challenge, les inscriptions pour les épreuves régionales s’ouvrent

Un billet qui fait suite à celui posté 10 jours avant sur le #DigitAg challenge.

image002

Les inscriptions pour les épreuves régionales de sélection en Occitanie et en Nouvelle-Aquitaine sont ouvertes jusqu’au 6 juin ! Les programmes sont déjà disponibles ici. Ces épreuves auront lieu à Polytech Montpellier et Bordeaux Sciences Agro.

Les participants peuvent être des équipes d’entreprises, start-ups ou non, des co-équipiers étudiants, chercheurs, développeurs… souhaitant mettre à disposition leurs compétences pour la création de nouveaux services numériques pour l’Agriculture.
Critères indispensables : de la motivation et de la bonne humeur !

Retrouvez tous les détails : les conditions, les thèmes, les objectifs et les avantages pour les lauréats sur le site #DigitAg Challenge

Un speed-dating pour les entreprises innovantes

Agri Sud-Ouest Innovation et le Crédit Agricole Aquitaine organisent le 2ème carrefour de l’innovation agricole à l’occasion du salon de l’agriculture Nouvelle-Aquitaine, le 24 mai après-midi.
Cette année, cela prendra la forme effervescente de rendez-vous en mode « speed dating » avec 21 entreprises, dont des startups, proposant un ou des services innovants pour les agriculteurs et le monde agricole en général.

Une occasion rare de faire autant de rencontres en un temps record.

Les 21 entreprises présentes :

  • Plateforme & échange : Comparateuragricole.com , Echangeparcelle.fr , Jestocke.com , Lacharrette.org , MyFarmers.fr , Votremachine.com , WeFarmUp.com
  • Technologies : CAP2020 , CoRHIZE , Nexxtep Technologies , SUNibrain , Weenat , Akinao , John Deere , Vu2drone
  • Agro Fourniture : Entomo Farm
  • Gestion : Ekylibre , Farmleap , Smag
  • Emploi : Stage-agricole.com
  • Financement : Miimosa

Le lieu : mercredi 24 mai après-midi, de 14h à 17h au Parc des Expositions de Bordeaux, dans la « serre » de la Ferme Nouvelle-Aquitaine

Pour vous inscrire c’est ici.

invitation_carrefour_innov_agric_24mai

Pour tout renseignement, n’hésitez pas à contacter Pierre Bougault (Délégué Nouvelle-Aquitaine Agri Sud-Ouest Innovation) : pierre.bougault@agrisudouest.com