Première série multi-temporelle Sentinel 2A

Rappelez-vous, on vous parle du projet Sentinel2 depuis pas mal de temps avec en ligne de mire la capacité via les satellites 2A et 2B d’avoir une revisite des sites au sol de l’ordre de 5 jours, fréquence d’acquisition haute pour ce type de satellites.

Depuis le lancement réussi de Sentinel2B la mise en production commence et on peut voir les premières séries temporelles réalisées avec les acquisitions des deux satellites. Premier exemple officiel sur le delta du Rhône :

– http://www.cesbio.ups-tlse.fr/multitemp/?p=10596

Les plus attentifs auront remarqués :

– que la répétitivité d’acquisition est parfois de 3 jours car sur certaines parties du globe les traces au sol de S2A et S2B se chevauchent…

– la qualité des masques des zones en eau ( détourées en bleu) ou et surtout des nuages (denses ou simples nébulosités ou ombres portées) (détourés en vert)

 

Pour rappel, de nombreuses interfaces existent pour rechercher les images disponibles sur vos zones d’intérêt, Land view par exemple (https://lv.eosda.com/?cb=false&day=true&s=Sentinel2&lat=43.79885&lng=4.39178&z=10)

Amusez-vous bien !

PUMAgri, un tracteur enjambeur autonome

L’entreprise Sitia a présenté son tracteur PUMAgri lors du salon Innorobot qui avait lieu du 16 au 18 mai à Paris.
Ce robot est un enjambeur capable de travailler le sol dans les vignes de manière autonome grâce à l’intégration des cartes parcellaires. Il s’adapte aux différentes conditions en ajustant sa largeur de roues et sa hauteur sous chassis. Il dispose de plusieurs systèmes de capteurs lui permettant de se guider dans la parcelle : laser, 3D, caméra… Pour l’instant, il est équipé pour le travail du sol mais ne supporte pas les outils nécessitant la prise de force (trop énergivores).
Pumagri
PUMAgri, le robot agricole autonome. – crédit photo : Lucie Marné

La société Sitia prospecte actuellement pour travailler sur l’élaboration d’un pulvérisateur peu énergivore.

Retrouver l’article complet ici.

Usages de l’agriculture de précision dans le nord de la France

Un article a été présenté en juillet 2016 au 12ème symposium de l’IFSA (en Angleterre) sur les usages des techniques d’Agriculture de Précision dans le nord de la France.

Méthodologie: 23 entretiens semi-structurés dans des exploitations du nord de la France, utilisant des techniques d’agriculture de précision.

Ces entretiens ont permis d’identifier:

– les techniques d’AP les plus utilisées: le guidage et la coupure de tronçon sont en première ligne, la modulation automatique de dose est encore peu utilisée.

– les applications aux champs: essentiellement les semis par guidage assisté, mais aussi la pulvérisation voire la fertilisation

– les facteurs internes à l’exploitation favorisant l’adoption des techniques d’AP: taille de l’exploitation, environnement (taille des parcelles, pentes, cours d’eau…) , itinéraires techniques spécifiques ou hétérogénéité des sols

– les impacts visés par les agriculteurs:  économies mais aussi (surtout!) sociaux: bien-être au travail, gain de temps.

Les typologies proposées dans le poster sont très intéressantes, et cette étude sur les usages pourra être élargie à d’autres régions et d’autres aspects de l’AP (évolution et adoption, impacts sur les systèmes de cultures à l’échelle de l’exploitation).

Ici: l’article et le poster

En 2017, embauchez un étudiant AgroTIC en alternance

Le cursus AgroTIC peut désormais être suivi en alternance grâce à un contrat de professionnalisation. Les étudiants alternent ainsi les périodes à l’école et en entreprise tous les 2 mois environ.

Decoupage cursus2

La formation AgroTIC en alternance, c’est :

pour l’étudiant :
student-1

– Une formation professionnalisante

– Une véritable expérience professionnelle

– Un salaire pendant ses études

 pour l’entreprise :business_people

- Le suivi d’un étudiant sur un projet au long cours

- L’occasion de former un futur collaborateur

- Un dispositif largement financé par les OPCA

 

 

Les étudiants sont actuellement en recherche d’entreprises pour effectuer leur alternance à la rentrée 2017. Ne tardez donc pas à nous faire parvenir vos propositions de projets ou à nous appeler pour en discuter. Les périodes de cours et en entreprise peuvent être aménagées en fonction des contraintes professionnelles du projet.

 

Pour en savoir plus :

– Consultez la présentation détaillée du dispositif

– Consultez les projets menés l’an dernier par les agroTIC en alternance ou l’année d’avant

– Échangez avec l’équipe pédagogique

– Consultez le simulateur de rémunération d’alternance du ministère

La modulation du travail du sol en agriculture de précision : une option peu étudiée

image_soil_sensors

Il s’agit d’un article de synthèse rédigé par deux chercheurs (université Kemal-Turquie et université de Pensylvany-Etats Unis). L’article est issu d’une conférence, il n’est pas récent mais il vient d’être mis en ligne sur le site research gate. Son intérêt est de faire le point sur une pratique qui est peu abordée dans le domaine de l’agriculture de précision : celle de la modulation du travail du sol. A l’heure où beaucoup d’agronomes remettent en cause le travail du sol traditionnel et où les techniques sans labour sont présentées comme une alternative intéressante pour lutter contre l’érosion ou pour favoriser la vie dans les sols. La modulation du travail du sol pourrait constituer une alternative intéressante là où les techniques sans labour s’appliquent mal ou donnent de mauvais résultats (sols compacts, argileux, etc.). En effet, dans bien des situations, les techniques simplifiées ne présentent pas que des avantages, on pourra citer entre autres des problèmes sanitaires plus importants, une utilisation plus importante d’herbicides, une variabilité importante de la matiére organique dans le sol, etc. Dans ces situations, il est nécessaire d’offrir des solutions aux agriculteurs pour limiter l’impact des techniques de travail du sol classiques. Pour répondre à ce problème, la modulation du travail du sol a beaucoup été étudiée au début des années 2000. Le concept est simple, il consiste à moduler la profondeur de travail ou l’action de l’outil en fonction des propriétés du sol (compaction, force de rupture, texture, etc.). D’après les auteurs cette technique offrirait des avantages tels que : moins d’intrants énergétique fossile consommé et des perturbations du sol moins importantes qui contribueraient à limiter l’érosion, la dilution de la matière organique, etc. L’article fait le point sur les prototypes qui ont été conçus pour mettre en oeuvre cette pratique. Il fait également le point sur les systèmes de mesure qui ont été proposés pour capter en ligne (ou avant le passage de l’outil) les caractéristiques physiques du sol permettant d’adapter le travail de l’outil aux conditions particulières rencontrées. Malheureusement, l’article ne précise pas si des essais à moyen terme ont été réalisés pour effectivement valider l’intérêt de ces approches sur l’érosion des sols, les aspects sanitaires, le contrôle des adventices ou la vie dans les sols.

On pourra télécharger l’article ici ; 2010-Gorucu-Keskin-Advance-tillage-son

#DigitAg Challenge, les inscriptions pour les épreuves régionales s’ouvrent

Un billet qui fait suite à celui posté 10 jours avant sur le #DigitAg challenge.

image002

Les inscriptions pour les épreuves régionales de sélection en Occitanie et en Nouvelle-Aquitaine sont ouvertes jusqu’au 6 juin ! Les programmes sont déjà disponibles ici. Ces épreuves auront lieu à Polytech Montpellier et Bordeaux Sciences Agro.

Les participants peuvent être des équipes d’entreprises, start-ups ou non, des co-équipiers étudiants, chercheurs, développeurs… souhaitant mettre à disposition leurs compétences pour la création de nouveaux services numériques pour l’Agriculture.
Critères indispensables : de la motivation et de la bonne humeur !

Retrouvez tous les détails : les conditions, les thèmes, les objectifs et les avantages pour les lauréats sur le site #DigitAg Challenge

AgroTIC Services – Bilan de l’année 2016

Au printemps, l’heure des bilans: une nouvelle année s’est écoulée pour AgroTIC Services , qui continue à jouer son rôle d’interface entre l’enseignement et la recherche d’une part et les entreprises d’autre part.

nouveau_logo_agrotic_services

Ses actions sont structurées autour de 4 axes principaux :
– L’accompagnement individuel d’entreprises sur des projets de recherche et développement dans le domaine du numérique pour l’agriculture
– La mise en place de séminaires à destination des acteurs de la recherche, des étudiants et des entreprises
– La réalisation de formations continues pour des professionnels du domaine agro
– La réalisation d’actions pédagogiques renforçant le lien entre enseignement et entreprises

Les actions réalisées en 2016 sont synthétisées dans ce document: Bilan activite Agrotic Services 2016

Parmi les faits marquants de l’année:
- pérennisation du rôle d’accompagnement à travers les actions de prestation
- poursuite de l’alternance avec 5 contrats de professionnalisation en 2016: là encore le modèle fonctionne bien grâce aux liens privilégiés créés avec les entreprises
- développement des activités d’enseignement en lien avec les entreprises : projet AgroTIC, challenge, séminaires, etc.
- Structuration du Mas Numérique
- Conclusion de l’année 2016 par le lancement de la Chaire AGROTIC

Un speed-dating pour les entreprises innovantes

Agri Sud-Ouest Innovation et le Crédit Agricole Aquitaine organisent le 2ème carrefour de l’innovation agricole à l’occasion du salon de l’agriculture Nouvelle-Aquitaine, le 24 mai après-midi.
Cette année, cela prendra la forme effervescente de rendez-vous en mode « speed dating » avec 21 entreprises, dont des startups, proposant un ou des services innovants pour les agriculteurs et le monde agricole en général.

Une occasion rare de faire autant de rencontres en un temps record.

Les 21 entreprises présentes :

  • Plateforme & échange : Comparateuragricole.com , Echangeparcelle.fr , Jestocke.com , Lacharrette.org , MyFarmers.fr , Votremachine.com , WeFarmUp.com
  • Technologies : CAP2020 , CoRHIZE , Nexxtep Technologies , SUNibrain , Weenat , Akinao , John Deere , Vu2drone
  • Agro Fourniture : Entomo Farm
  • Gestion : Ekylibre , Farmleap , Smag
  • Emploi : Stage-agricole.com
  • Financement : Miimosa

Le lieu : mercredi 24 mai après-midi, de 14h à 17h au Parc des Expositions de Bordeaux, dans la « serre » de la Ferme Nouvelle-Aquitaine

Pour vous inscrire c’est ici.

invitation_carrefour_innov_agric_24mai

Pour tout renseignement, n’hésitez pas à contacter Pierre Bougault (Délégué Nouvelle-Aquitaine Agri Sud-Ouest Innovation) : pierre.bougault@agrisudouest.com

Un appel à projets « Robotique et capteurs au service de la réduction des pesticides »

Comment concilier la nécessaire réduction des intrants en agriculture et les contraintes et besoins des agriculteurs et des filières ? Dans l’optique d’une réduction de 50% de l’usage de pesticides pour 2025, les ministères chargés de l’Agriculture et de l’Ecologie lanceront, en partenariat avec l’ANR, un appel à projets destiné à susciter la mise au point de solutions technologiques innovantes en agriculture. Baptisé ROSE – Robotique et Capteurs au Service d’Ecophyto – cet appel à projets devrait ouvrir en juin.

Toutes les informations : http://www.agence-nationale-recherche.fr/informations/actualites/detail/agriculture-un-appel-a-projets-prochainement-lance-sur-le-theme-robotique-et-capteurs-au-service-de-la-reduction-des-pesticides/

Eugenius : plusieurs PME s’unissent au niveau Européen pour offrir un bouquet de services

Alors que le programme Copernicus met à disposition des données d’observation de la terre pour le développement de nouveaux services. Ce programme doit s’appuyer sur des acteurs à même de comprendre les besoins des utilisateurs finaux et leur permettre d’accéder à des données « élaborées » pour proposer des services appropriés. Cela nécessite de maîtriser une large gamme d’outils et d’expertise qu’il est souvent difficile de réunir dans une seule entreprise. Afin de palier ce problème, un groupe de PME européennes a fondé le Groupe européen des entreprises pour un réseau d’informations à l’aide de données spatiales (European Group of Enterprises for a Network of Information using Space : EUGENIUS) en 2016. Ce réseau de fournisseurs de services a l’ambition de concevoir, créer et fournir des services et des applications liés à la gestion de l’espace et des ressources naturelles pour des clients régionaux et locaux, principalement les autorités publiques. Les applications seront basées sur la très grande quantité d’informations géospatiales mises à disposition par le programme Copernicus, ainsi que par de nombreuses initiatives locales et régionales. EUGENIUS constitue un modèle intéressant permettant à des entreprises de  partager des données et des méthodes complémentaires afin de répondre collectivement ou individuellement à une plus grande variété de demandes ; en effet, l’adaptabilité à des besoins ou conditions spécifiques est rendue possible par le réseau d’experts ainsi constitué au niveau européen.
EUGENIUS est constitué des entreprises suivantes : Terranis (Toulouse), Planetek (Bari), Spacebel (Liège), Capital Hightech (Bordeaux), Conectus (Strasbourg), Terraspatium (Athens), I-Sea (Bordeaux), Geomer (Heidelberg) and Geoville (Vienna).

EUGENIUS reste ouvert à de nouveaux membres, il est à la fois bénéficiaire du programme Copernicus et contributeur à l’évolution de son écosystème.

Toutes les informations : http://copernicus.eu/news/eugenius-new-association-eo-service-providers-europe-using-copernicus-data