Un capteur frugal et open source pour mesurer la hauteur et la température des couverts végétaux

capteur_open_source

Un article scientifique publié par deux chercheurs de l’USDA Agricultural Research Service (Crop Production Systems Research Unit, Stoneville, USA). Cet article mérite d’être souligné à plusieurs égards :
a) il montre le potentiel des projets comme arduino pour développer des systèmes de mesures sophistiqués embarqués avec un faible coût (260 €),
b) il démontre l’impact que peut avoir le monde de l’open source pour diffuser des innovations de pointe en proposant un ensemble de ressources, de liens, etc. permettant de reconstruire ce système,
c) il démontre qu’il est possible d’accéder à des informations évoluées (hauteur de la végétation, température de la végétation) et de les cartographier avec des solutions à faible coût,
d) il met en évidence la nécessité de développer de nouvelles compétences, de nouvelles organisations pour accompagner les agriculteurs dans la découverte, la fabrication et la co-conception de solutions évoluées de ce type,
e) il montre enfin que les outils d’agriculture de précision sont aussi accessibles pour des petites exploitations (à condition de mettre à disposition les compétences pour les accompagner dans la conception, la fabrication et la mise en oeuvre de cette démarche)
L’article propose une description complète des capteurs, de leur montage, des ressources utilisées, etc. pour reproduire le systéme de mesure présenté.

résumé : Many agricultural applications, including improved crop production, precision agriculture, and phenotyping, rely on detailed field and crop information to detect and react to spatial variabilities. Mobile farm vehicles, such as tractors and sprayers, have the potential to operate as mobile sensing platforms, enabling the collection of large amounts of data while working. Open-source hardware and software components were integrated to develop a mobile plant-canopy sensing and monitoring system. The microcontroller-based system, which incorporated a Bluetooth radio, GPS receiver, infrared temperature and ultrasonic distance sensors, micro SD card storage, and voltage regulation components, was developed at a cost of US$292. The system was installed on an agricultural vehicle and tested in a soybean field. The monitoring system demonstrates an application of open-source hardware to agricultural research and provides a framework for similar or additional sensing applications.

référence : Fisher, D. K., & Huang, Y. (2017). Mobile Open-Source Plant-Canopy Monitoring System. Modern Instrumentation6(01), 1.

En direct de SBIAgro au Brésil

logo_conect@SBIAgro est un congrés organisé par l’Embrapa (INRA brésilien),l’UniCamp (l’université de Campinas située dans l’état de Sao Paulo) et l’association Brésilienne d’AgroInformatique. Il réunit toute la communauté (scientifiques, enseignants, entreprises, professionnels, etc.) du Brésil et plus largement de l’Amérique latine travaillant en lien avec l’agriculture numérique. Il réunit 300 participants qui, pendant 5 jours échangent, donnent des cours, présentent des activités de recherche, etc.

Un événement a particulièrement marqué mon attention. Il s’agit de l’événement conect@ organisé sur toute une après-midi. Cet événement avait pour objectif de réunir :
– les principales entreprises présentes au Brésil,  intéressées ou impliquées dans le développement de services numériques pour l’agriculture,
– les chercheurs, des enseignants et des étudiants,
– les professionnels (exploitations agricoles – de grande taille ici, les institutions publiques d’accompagnement de l’agriculture, etc.).

Conect@ était organisé en trois étapes bien rythmées : étape 1. pitch de présentation des entreprises, étape 2. pitch de présentation des besoins/interrogation des professionnels, étapes 3. création d’atelier de travail et de réflexion autour des problèmes soulevés par les professionnels. L’événement étant en portugais, j’ai malheureusement peu profité des étapes 2 et 3. Mais l’étape 1 était intéressante pour identifier les acteurs déjà présents (ou motivés pour développer des collaborations) dans le domaine de l’agriculture numérique au Brésil.

Ci-après, la liste des entreprises et quelques chiffres clés glanés malgré les difficultés liées à la langue : Rapide synthése Conect@

 

 

 

Comparer les ressources IGN – La résolution spatiale des produits image et l’échelle cartographique des cartes

L’IGN met à disposition une visionneuse de données qui permet sur un seul écran de juxtaposer différents produits image ou cartographiques :

http://mavisionneuse.ign.fr/

Vous pouvez ainsi vous déplacer sur le territoire métropolitain et visualiser en direct l’impact de la résolution spatiale des données sur l’aspect final des différents référentiels image de l’IGN via un affichage juxtaposé.

Vous pourrez visualiser/comparer les produits :

– Ortho HR (Haute résolution – Pixel = 20cm)

– Ortho (Résolution classique – Pixel = 50cm

– Ortho-Sat Pleiade (Issue des acquisitions satellitaires Pleiades – Pixel = 70 cm mais couverture nationale très partielle)

– Ortho-Sat Spot (Issue des acquisitions satellitaires SPOT6/7- Pixel = 1,50 cm mais couverture nationale annualisée)

Une solution comparable est proposée pour les différents fonds cartographiques proposés par l’IGN (Scan25, Scan Express…)

Un exemple avec une vue du campus de SupAgro :

Capture_IGN_visionneuse

 

 

Fonctions ISOBUS : comment lire l’étiquette AEF

fiches_Isobus_AEF

 Terre-net publie un article permettant de mieux comprendre l’ISOBUS et en particulier l’étiquette AEF (Agricultural Industry Electronics Foundation) dont les neufs cases correspondent chacune à une des fonctions de l’ISOBUS. Arrivée depuis 2014 sur les tracteurs et les outils, cette étiquette bleue vise à détailler et expliquer clairement les fonctions permettant de faciliter la communication entre tracteurs et outils. Comme le souligne Rémi Dumery dans une vidéo publiée sur ce blog récemment, l’interopérabilité constitue un enjeu important de l’agriculture numérique. L’étiquette AEF peut constituer un élément d’information déterminant pour le choix du matériel.

Le dernier numéro d’ISO focus est consacré aux normes ISO pour l’agriculture

iso_focus

Des articles qui restent très généraux pour les professionnels de l’information dans le domaine agricole, mais l’intérêt est d’avoir une synthése (à travers divers exemples) des différents champs couverts par les normes ISO (eau, sol, machine, mesure, etc.).

A télécharger à l’adresse suivante : https://www.iso.org/files/live/sites/isoorg/files/news/magazine/ISOfocus%20(2013-NOW)/fr/2017/ISOfocus_122/ISOfocus_122_FR.pdf

Dossier sur l’intelligence artificielle dans les Techniques de l’Ingénieur

image_technique_ingénieur

Source : les techniques de l’ingénieur

Les techniques de l’ingénieur publient un dossier trés pédagogique sur l’intelligence articifielle. Que ce soit pour un usage personnel, un usage professionnel individuel ou un usage professionnel, l’intelligence artificielle (IA) est entrain de changer la donne. Ce dossier est l’occasion de faire un point sur l’IA et les grands enjeux actuels.

Le dossier est consultable à l’adresse suivante : http://www.techniques-ingenieur.fr/actualite/dossier/intelligence-artificielle-particuliers-entreprises/

Pour tout savoir sur le projet Copernicus

Une vidéo pédagogique d’une présentation de Mauro Facchini qui permet d’avoir une vision synthétique du projet Européen Copernicus. La présentation permet en particulier d’avoir un aperçu de l’ensemble des projets satellitaires  (Sentinel 1, 2, 3, 4, 5, 5p, 6) jusqu’en 2020.

l’IGN ouvre un site web dédié à ses Géoservices

L’IGN vient d’ouvrir un nouveau site Web dédié uniquement à l’ensemble de ses Géoservices :

Lancement de geoservices.ign.fr, le site support des Géoservices IGN

geoservices.ign.fr permet d’accéder à toutes les informations utiles pour une bonne prise en main des Géoservices IGN : intégration des ressources dans un SIG ou un site web, utilisation des applications…

On y retrouve en particulier les descriptifs techniques de référence, des tutoriels pour les principaux logiciels du marché, des exemples de bonne intégration des géoservices dans une interface web.

Le site relaye également l’actualité des Géoservices IGN avec son blog et référence les principaux contacts IGN dans la rubrique « assistance ».

Magrit, le SIG en ligne

« Magrit » est une application de cartographie en ligne développée par le pôle géomatique de l’UMS RIATE.

Cette application permet entre autres de pallier à la portabilité des logiciels classiques de SIG qui sont souvent lourds et nécessitent processeur et carte graphique performants. Bien que l’application ne soit pas exactement un SIG à proprement parler, la prise en charge de jeux de données en fait un outil qui vaut le coup d’y jeter d’œil.

Cet outil permet de réaliser des cartes thématiques d’une haute qualité graphique. En plus de proposer à l’utilisateur l’ensemble des représentations cartographiques usuelles, l’application offre la possibilité de réaliser de nombreuses méthodes cartographiques souvent difficiles à mettre en œuvre dans les logiciels du marché : lissages, carroyages, discontinuités, anamorphoses, etc. In fine, Magrit entend couvrir dans un même environnement logiciel, l’ensemble de la chaîne de traitement, de la donnée géographique à la carte d’édition.

Le projet Magrit est entièrement libre et ouvert à la contribution (GitHub), les dernières nouvelles étant disponibles sur un blog dédié. Une documentation fournie est disponible ici, et des tutoriels vidéo .

Je vous invite également à faire un tour sur le blog de Neocarto présentant l’application.

Tout savoir sur le blockchain avec les techniques de l’ingénieur

blockchain

Source : http://www.techniques-ingenieur.fr/actualite/articles/blockchain-cest-quoi-40497/

Si comme moi vous entendez parler du terme « blockchain » en essayant de comprendre en quoi c’est évolution importante dans la maniére d’échanger des données ou des transactions et surtout identifier en quoi cela peut être déterminant dans le domaine de l’agriculture, les Techniques de l’ingénieur ont publié un numéro spécial pour tout savoir sur le Blockchain, traduit en français par, une « chaîne de blocs ». La chaîne de blocs est une base de données ordonnée, décentralisée et infalsifiable grâce à la cryptographie. Chaque utilisateur d’une « Blockchain » devient un tiers de confiance. Aucune organisation centrale ne régit son fonctionnement. De quoi renforcer l’authentification et la traçabilité dans de nombreux domaines. Les ressources sont disponibles en ligne :

La blockchain : révolution bancaire et énergétique ?

La blockchain attendue comme le messie

-> Télécharger le dossier complet en version PDF