l’IGN ouvre un site web dédié à ses Géoservices

L’IGN vient d’ouvrir un nouveau site Web dédié uniquement à l’ensemble de ses Géoservices :

Lancement de geoservices.ign.fr, le site support des Géoservices IGN

geoservices.ign.fr permet d’accéder à toutes les informations utiles pour une bonne prise en main des Géoservices IGN : intégration des ressources dans un SIG ou un site web, utilisation des applications…

On y retrouve en particulier les descriptifs techniques de référence, des tutoriels pour les principaux logiciels du marché, des exemples de bonne intégration des géoservices dans une interface web.

Le site relaye également l’actualité des Géoservices IGN avec son blog et référence les principaux contacts IGN dans la rubrique « assistance ».

Magrit, le SIG en ligne

« Magrit » est une application de cartographie en ligne développée par le pôle géomatique de l’UMS RIATE.

Cette application permet entre autres de pallier à la portabilité des logiciels classiques de SIG qui sont souvent lourds et nécessitent processeur et carte graphique performants. Bien que l’application ne soit pas exactement un SIG à proprement parler, la prise en charge de jeux de données en fait un outil qui vaut le coup d’y jeter d’œil.

Cet outil permet de réaliser des cartes thématiques d’une haute qualité graphique. En plus de proposer à l’utilisateur l’ensemble des représentations cartographiques usuelles, l’application offre la possibilité de réaliser de nombreuses méthodes cartographiques souvent difficiles à mettre en œuvre dans les logiciels du marché : lissages, carroyages, discontinuités, anamorphoses, etc. In fine, Magrit entend couvrir dans un même environnement logiciel, l’ensemble de la chaîne de traitement, de la donnée géographique à la carte d’édition.

Le projet Magrit est entièrement libre et ouvert à la contribution (GitHub), les dernières nouvelles étant disponibles sur un blog dédié. Une documentation fournie est disponible ici, et des tutoriels vidéo .

Je vous invite également à faire un tour sur le blog de Neocarto présentant l’application.

Tout savoir sur le blockchain avec les techniques de l’ingénieur

blockchain

Source : http://www.techniques-ingenieur.fr/actualite/articles/blockchain-cest-quoi-40497/

Si comme moi vous entendez parler du terme « blockchain » en essayant de comprendre en quoi c’est évolution importante dans la maniére d’échanger des données ou des transactions et surtout identifier en quoi cela peut être déterminant dans le domaine de l’agriculture, les Techniques de l’ingénieur ont publié un numéro spécial pour tout savoir sur le Blockchain, traduit en français par, une « chaîne de blocs ». La chaîne de blocs est une base de données ordonnée, décentralisée et infalsifiable grâce à la cryptographie. Chaque utilisateur d’une « Blockchain » devient un tiers de confiance. Aucune organisation centrale ne régit son fonctionnement. De quoi renforcer l’authentification et la traçabilité dans de nombreux domaines. Les ressources sont disponibles en ligne :

La blockchain : révolution bancaire et énergétique ?

La blockchain attendue comme le messie

-> Télécharger le dossier complet en version PDF

Systèmes d’information et hygiène

L’ANSSI (Agence nationale de la sécurité des systèmes d’information) a sorti le mois dernier son nouveau guide d’hygiène informatique « Renforcer la sécurité de son système d’information en 42 mesures ». J’invite les lecteurs de ce blog, qu’ils soient concernés de près ou de loin par les BDD, les systèmes réseaux, les audits… à consulter ce document.

Tous les chapitres abordent des points permettant de relever le niveau de sécurité globale, et j’ai été particulièrement intéressé par les aspects de sécurisation des connexions et postes nomades (notamment les mobiles !), ainsi que par les aspects de mise à jour et de maintenance des systèmes d’information.

Le guide est consultable et téléchargeable ici. Bonne lecture ;)

En 2016-2017, 5 étudiants AgroTIC réalisent leur cursus en alternance

 

Le cursus en alternance pour les étudiants AgroTIC a été lancé en 2013 avec 1 étudiant puis entre 5 et 7 étudiants depuis 3 ans.

Si vous ou votre entreprise êtes intéressés par le profil des étudiants AgroTIC, le contrat de professionnalisation est peut-être la solution. N’hésitez pas à prendre contact dès maintenant avec AgroTIC services qui vous aidera dans l’élaboration de votre projet. A titre d’information, voici les entreprises dans lesquelles les alternants AgroTIC sont salariés cette année :

 Antoine Cairey

Faire évoluer et développer des outils d’aide à la décision : animation, rédaction de cahiers des charges fonctionnels, suivi des développements auprès d’équipe dédiées, tests et reporting des évolutions apportées.

 Syngenta_logo

 Jérémy Labrosse

Développement d’une solution de capteurs connectés pour l’agriculture (suivi clients, analyse de données, conception d’outils)

 hiphen

 Laura Mary

Accompagner le développement des outils de collecte et de gestion participatives des données depuis la définition des besoins jusqu’à leur mise en place.

 logo_telabotanica

 Ines Suayong

Accompagner le positionnement de la SCP sur l’agriculture numérique (analyse du besoin, suivi de développement, veille et choix technologiques, etc…)

 logo_scp_300_dpi

 Anne Vaillant

Chef de projet maîtrise d’ouvrage (recueil des besoins, tests, formation, accompagnement à l’utilisation, animation des rencontres utilisateurs)

 ekylibre-baseline

Livre Blanc sur le #cofarming

WeFarmUp, echangeparcelle.fr, AGRIfind, FarmLEAP, autant de plateformes numériques pour l’agriculture qui ont été lancées récemment et qui seront à l’honneur lors du prochain SIMA.

Ces plateformes sont toutes présentées dans le livre blanc sur le cofarming. D’après ce livre blanc , le « #CoFarming […] consiste à valoriser la puissance d’Internet en matière d’intermédiation pour mettre en relation les agriculteurs au-delà du simple voisinage. »

Vous pouvez télécharger ce livre blanc sur http://cofarming.info/

logo-long-sRGB

Be api publie un livre blanc sur l’agriculture de précision

Be-api, la société qui avait parlé d’elle en fin d’année dernière avec la montée à son capital de 31 coopératives, vient de publier un livre blanc sur l’agriculture de précision.

Un ouvrage bien illustré et synthétique qui donne une vision globale de la question. Il est à consulter sur le site de be api https://beapi.coop/ ou directement ici.

Pour info, la vidéo promotionnelle de be api :

 

 

Drones : quelle est la réglementation en vigueur dans chaque pays ?

Un site simple et efficace qui recense les réglementations en vigueur pour l’usage des drones dans chaque pays. Une interface bien faite qui permet de cliquer sur une carte ou de saisir le nom du pays en question.

https://www.droneregulations.info/France/FR.html#country-search

L’agriculture de précision pour mieux comprendre la minéralisation de l’azote des amendements organiques

Cet article scientifique réalisé par des chercheurs australiens et états-uniens est intéressant car il propose une utilisation originale et nouvelle des outils et méthodes issues de l’agriculture de précision (AP). En effet, en AP, la proxy-détection (ou la télédétection) est habituellement utilisée pour détecter des variations des propriétés radiométriques associées à la chlorophylle et au statut azoté du couvert des cultures. Cette information est ensuite utilisée pour produire une préconisation sur la dose d’azote à apporter ou sur la manière de moduler ces apports au niveau inter ou intra-parcellaire. Dans cet article scientifique, la proxy-détection est utilisée comme un capteur permettant de suivre le statut azoté d’une culture ayant fait l’objet d’un amendement organique. L’objectif est donc de comprendre comment l’azote issu de cet amendement est minéralisé absorbé par la plante qui devient le capteur de la minéralisation de l’azote dans les conditions de l’expérimentation. Cette utilisation est originale puisqu’elle permet de mieux comprendre et de caractériser l’impact d’un itinéraire technique in-situ. L’étude a testé trois indices de végétation classiques mesurés à poste fixe sur une culture de laitue. Elle avait pour objectif de tester, sur deux saisons, différentes stratégies d’amendement associant de l’urée et du fumier de bovins. L’étude montre que l’acquisition in situ des propriétés radiométriques de la culture s’est révélée une technique fiable pour déterminer l’efficacité d’une combinaison optimisée entre Urée et fumier dans les conditions particulières considérées.

Résumé de l’article :
The use of proximal sensed vegetation indices can reduce the uncertainty linked to the N supplied by organic amendments in a horticultural field by detecting in-season crop N status. This research assessed the applicability of the three vegetation indices (VI) of NDVI, NDRE and CCCI to evaluate the in-season long term optimized strategy of applying organic amendments to a horticultural crop (lettuce) over two seasons. A conventional urea application rate (CONV) was compared with raw (Ma) feedlot manure and Ma combined with standard (Ma+CONV) and optimized urea rate (Ma+Op). NDRE most accurately predicted crop N status at the late stage of lettuce development with an R2 of 0.67 (RMSE 0.61), compared to 0.60 (RMSE 0.67) and 0.62 (RMSE 0.66) for NDVI and CCCI respectively. The in-season acquisition of crop reflectance proved to be a valid technique to determine the efficiency of an optimized combination between organic amendments and N-fertilizer.

références : De Rosa, D., Rowlings, D., Biala, J., Scheer, C., Basso, B., Migliorati, M. D. A., & Grace, P. R. (2016). Monitoring the N release from organic amendments using proximal sensing.

http://www.ini2016.com/pdf-papers/INI2016_DeRosa_Daniele.pdf

La révolution numérique de l’agriculture : Alimagri numéro 1565

alimagri

Le numéro 1565 (Octobre/Novembre/Décembre 2016) du magazine du ministére de l’agriculture, de l’agroalimentaire et de la forêt est consacré à la révolution numérique de l’agriculture et de l’agro-alimentaire. A lire à l’adresse suivante :

http://fr.calameo.com/books/0031969791cc19256c16c