La France Agricole : « La lutte des nuisibles devient High-Tech »

La France Agricole a publié en octobre dernier un dossier consacré à la lutte High-Tech des nuisibles. L’article évoque les problèmes environnementaux des solutions utilisées actuellement, ainsi que leur limites d’efficacité (sur le tournesol par exemple).

Le dossier continue avec une liste de 10 innovations technologiques simplifiant le travail de l’agriculteur. De l’effarouchement sonore des pigeons à la détection d’invasion de rats taupiers, en passant par des pièges à gibier connectés ou des prédateurs robotisés : la liste balaye une grande partie des possibilités actuelles.

Le lien vers le dossier pour les abonnés ici.

Une de ces dix innovations mérite une attention particulière, puisqu’elle vient d’être primée médaille d’argent de l’Innovation Award au salon Agritechnica 2017. Il s’agit de SensoSafe, un détecteur de présence d’animal monté à l’avant des faucheuses. Le système soulève la faucheuse en cas de détection d’un animal, permettant la vie sauve du gibier, et évitant ainsi la potentielle contamination de la récolte.

SENSOSAFE

Le bulletin de veille d’octobre 2017 de la Chaire AgroTIC est sorti !

Le dernier bulletin de veille de la Chaire AgroTIC est disponible depuis quelques jours !

N’hésitez pas à le lire et le partager !

Visuel_BulletinVeille_degrade

Notiphy : un objet connecté pour les délais de ré-entrée dans les parcelles

deaverde_alerte

Sources : http://www.tracesecritesnews.fr/actualite/quatre-start-up-a-la-pointe-des-usages-numeriques-dans-les-process-et-la-consommation-alimentaire-s-exposent-a-la-food-use-tech-106727#.WfrYGO9V1uI.linkedin

« Mario Rega n’est pas informaticien mais ingénieur en biologie. La préoccupation de l’environnement et de la santé l’ont conduit à imaginer un témoin de la présence de pesticides dans le milieu agricole. L’exploitant agricole renseigne un logiciel (baptisé Notiphy) sur la nature du traitement par identification des molécules, la date de l’opération et la localisation de la parcelle. Ces informations sont communiquées par bluetooth à une boîte bourrée d’électronique, implantée au sein de la parcelle qui émet un signal lumineux tant que le traitement est actif. Pour ne pas nuire au paysage, la balise – autonome pendant au moins une saison grâce à des piles classiques rechargeables – , prend la forme d’une petite maison en bois dont le design s’identifie au lieu où elle est implantée : un toit qui imitent les tuiles vernissées par exemple dans le vignoble bourguignon. »

Un système d’abonnement par mail ou SMS avertit le voisinage des dates de pulvérisation. L’outil participe aussi à la sécurité au travail des employés agricoles. Trois témoins tests ont été installés dans des vignobles de Bourgogne, du Bordelais et de Champagne pour argumenter la commercialisation qui démarre.

Planet propose un service de télédétection agricole avec une fréquence quotidienne

planet_1

 

Sources : http://www.farmindustrynews.com/technology/satellite-imagery-your-fingertips

Nous avions déjà évoqué le nom de la société Planet sur ce blog à plusieurs reprise. Un article de Farmindustry montre que le service est maintenant pratiquement opérationnel avec 54 nano satellites de plus que l’année dernière (la constellation est passée à 190 nano-satellites en 2017). Planet propose dés à présent des services aux agriculteurs en revendiquant une image quotidienne (lorsque les conditions météorologiques le permettent) avec une résolution de 3 m. en multispectral. L’article met en évidence l’émergence de nouveaux services dans ce domaine.

Un capteur portable pour estimer la teneur en protéine du blé

grainsense_1grainsense_2

GrainSense est un capteur portable (vraisemblablement basé sur la spéctrométrie) qui permet de déterminer la teneur en protéine du blé. Destiné à des acteurs de terrain (agriculteurs, conseillers), il permet d’effectuer des mesures rapidement et de maniére non destructive. Son intérêt est de pouvoir apporter des éléments de réponse de maniére immédiate pour répondre à des questions pratiques du type :

- est-ce la meilleure date pour récolter ?

- est-ce que le concentré que je donne à mes animaux à la teneur en protéine requise ?

- puis-je mélanger ces deux récoltes dans le même silo de stockage ?

On pourra consulter : http://www.grainsense.com/services

VineScout, le robot vigneron qui prend la suite de Vinerobot

Le projet VineScout a pour ambition de proposer un robot fonctionnel et commercialisable pour 2019. Ce projet prend la suite du programme Vinerobot, fini cette année, qui n’a pas pu passer l’étape de pré-industrialisation (stoppé au TRL 6). Ce nouveau robot pourra analyser et cartographier l’état sanitaire des vignes, la maturité des raisins… mais il reste encore à concevoir et tester avant d’atteindre le TRL 9, c’est-à-dire pouvoir être commercialisé.

Crédit photo : VineScout

Lire l’article

TRL : échelle de niveau de maturité technologique

Comparer les ressources IGN – La résolution spatiale des produits image et l’échelle cartographique des cartes

L’IGN met à disposition une visionneuse de données qui permet sur un seul écran de juxtaposer différents produits image ou cartographiques :

http://mavisionneuse.ign.fr/

Vous pouvez ainsi vous déplacer sur le territoire métropolitain et visualiser en direct l’impact de la résolution spatiale des données sur l’aspect final des différents référentiels image de l’IGN via un affichage juxtaposé.

Vous pourrez visualiser/comparer les produits :

– Ortho HR (Haute résolution – Pixel = 20cm)

– Ortho (Résolution classique – Pixel = 50cm

– Ortho-Sat Pleiade (Issue des acquisitions satellitaires Pleiades – Pixel = 70 cm mais couverture nationale très partielle)

– Ortho-Sat Spot (Issue des acquisitions satellitaires SPOT6/7- Pixel = 1,50 cm mais couverture nationale annualisée)

Une solution comparable est proposée pour les différents fonds cartographiques proposés par l’IGN (Scan25, Scan Express…)

Un exemple avec une vue du campus de SupAgro :

Capture_IGN_visionneuse

 

 

L’ère de l’IOT low-cost arrive

Sigfox a profité de son premier Sigfox World IOT qui avait lieu à Prague le 25 et 26 septembre, pour présenter ses nouveaux services liés à l’IOT.

Parmi eux, Admiral Ivory, un service de connectivité simplifié afin de connecter n’importe quel objet à Internet par le biais d’une puce low-cost capable d’envoyer des informations sur le réseau mais pas d’en recevoir. La forte baisse des prix de fabrication -pour cette puce on compte environ 20 centimes de dollars- permet d’imaginer des objets connectés jetables. Il n’y a plus qu’à attendre que les industriels et les développeurs s’en emparent. Pour faciliter cette démarche, Sigfox va rendre les plans de ces puces open-source.

Lisez l’article pour découvrir les autres services.

Quand le GNSS Galileo arrive dans nos mains

Galileo SmartphoneAu risque de répéter, je profite de ce nouvel article paru dans Futura tech pour rebondir sur le billet d’hier. Le fabriquant de puces GNSS Broadcom sort une nouvelle puce compatible avec la grande majorité des constellations de satellites de géolocalisation : GPS (USA), Glonass (Russe), BeiDou (Chinois), QZSS (Japonais), Galileo (Européen).

En conséquence une justesse de positionnement grandement accrue, le constructeur annonce en effet une précision centimétrique (à vérifier dans la réalité) et déclare équiper les prochains smartphones, tablettes, montres connectées qui sortirons en 2018. Après le lancement du projet en 2003, l’apport de la constellation Galileo arrive enfin dans nos mains c’est une « petite révolution » ! Que l’on soit agriculteur, géomètre, technicien agricole, randonneur, constructeur automobile ou de tracteur etc … à nous d’imaginer la vie qui va avec !

 

Utiliser la 3D pour détecter des stress (biotiques et abiotiques) sur la vigne

A partir d’images de drones, des chercheurs chinois et australiens ont généré une reconstitution 3D d’un vignoble et ont montré qu’il était possible d’identifier certains stress biotiques ou abiotiques à partir de ces données. La technologie utilisée, la photogrammétrie par drone, est mature depuis plusieurs années mais l’approche consistant à se concentrer sur le volume en trois dimensions de la végétation pour identifier des stress est plutôt originale et semble prometteuse. Les résultats de ce papier montrent ainsi des résultats intéressants dans l’évaluation automatique de dégâts de gel ou la détection de pieds manquants. L’estimation du volume de végétation pourrait ainsi être une source d’information intéressante et certainement complémentaire de celles déjà existantes (observations terrain, NDVI, etc.) dans le suivi et le pilotage de cultures pérennes comme la vigne.

DSM_viticulture

Retrouvez l’article ici : https://www.researchgate.net/profile/Sigfredo_Fuentes/publication/310606524_Digital_surface_model_applied_to_unmanned_aerial_vehicle_based_photogrammetry_to_assess_potential_biotic_or_abiotic_effects_on_grapevine_canopies/links/5841e6c708ae2d2175614b82.pdf