Pulvérisation de précision – ce qu’il faut savoir

Terre-Net a sorti une série d’articles couvrant les différents aspects de la pulvérisation de précision: taille des gouttes et des buses, coupures de tronçon, hauteur de rampe, modulation. Sans rentrer dans le détail, ces articles compilés et illustrés sont simples et synthétiques.

Article ici.

Video – The Future of Farming & Agriculture

Culture générale: cette vidéo d’une dizaine de minute couvre un bon nombre d’exemples de technologies innovantes pour l’agriculture dans le monde , que ce soit pour les grandes cultures ou l’élevage, en passant par la pisciculture et l’élevage d’insectes:

Les facteurs d’adoption de l’agriculture de précision en Allemagne

Adoption of precision agriculture technologies by German crop farmers

Margit Paustian – Ludwig Theuvsen

 

Quels facteurs opérationnels et socio-démographiques influencent significativement l’adoption de l’Agriculture de Précision chez les agriculteurs Allemands?

Pour y répondre, cette étude a testé certaines hypothèses issues de la littérature sur l’adoption de l’agriculture numérique:

  • 17 facteurs ont ainsi été recensés
  • Une enquête a été menée auprès de 227 agriculteurs: 30% d’entre eux adoptant l’Agriculture de Précision.
  • Des analyses statistiques ont été réalisées pour faire le lien entre adoption et les différents facteurs.

Parmi les facteurs identifiés, des caractéristiques propres à l’exploitation: la taille, mais pas seulement. Le travail à temps plein sur l’exploitation, les caractéristiques des sols (les bénéfices de l’agriculture de précision sont plus grands sur un sol hétérogène, pentu et/ou perméable), ou le recours à des sociétés de conseil sont des facteurs d’adoption de l’agriculture de précision.

D’autres caractéristiques démographiques telles que l’âge, le niveau d’éducation  (général, mais aussi  en formation agricole) ou encore la région ont des impacts sur l’adoption de l’agriculture de précision.

Article d’origine ici.

 

De la fenaison de précision

Le groupe Kverneland propose sous la marque Vicon une faucheuse et un andaineur de grande largeur, pilotés pour diminuer le temps de travail.

(©Vicon)

On connaissait déjà l’autoguidage afin d’éviter les recouvrements et la coupure de tronçon appliqués à la pulvérisation, maintenant ils sont disponibles respectivement pour le fauchage et l’andainage. En effet, le GeoMow optimise le chevauchement entre les faucheuses avant et arrière, pour utiliser la largeur de fauche maximale et ainsi éviter les recouvrements. Le GeoRake, quant à lui, pilote le relèvement des rotors de l’andaineur pour travailler comme en coupure de section. L’agriculteur peut alors se concentrer sur la conduite sans s’inquiéter pour le travail de ses outils.

Retrouvez l’article complet ici.

Etude en Grèce: perception de l’Agriculture de Précision et besoins en formation

Titre original:

Educational needs and perceptions of the sustainability of precision agriculture survey evidence from Greece

Cet article de recherche très intéressant montre les principaux résultats d’une étude réalisée en Grèce, sur un échantillon de 647 jeunes exploitants agricoles (dans le sens où ils ont bénéficié d’aides de la PAC pour l’installation des jeunes agriculteurs).

Les objectifs étaient d’évaluer la perception de l’Agriculture de Précision, notamment sur les aspects durabilité (économique, sociale et environnementale) , les besoins en formation et l’impact de l’éducation. L’échantillon a été divisé en 2 groupes, selon que les agriculteurs connaissaient ou non l’Agriculture de Précision.

Voici quelques résultats parmi les plus intéressants de cette enquête :

– Presque 3/4 des agriculteurs interrogés ne connaissent pas l’Agriculture de précision. Pourtant, presque 60% des agriculteurs interrogés utilisent des méthodes de modulation.

L’Agriculture de Précision (AP) est en général bien perçue sur les thématiques de durabilité: augmentation de la productivité, diminution des coûts (avec toutefois de lourds investissements), augmentation de la qualité des produits. Il y a cependant une différence significative selon que les agriculteurs soient ou non connaisseurs de l’AP: Les agriculteurs qui connaissent l’AP sont en général plus « positifs » sur les aspects économiques. Dans les deux cas, la majorité des agriculteurs (77,8%) pensent que l’adoption de l’AP améliorerait leur position sociale.

– D’après cette enquête, les sources qui ont entraîné l’adoption de méthodes d’AP sont les suivantes (par ordre décroissant d’importance):

1. Opinion des autres agriculteurs

2. Exemples et expériences à succès

3. Les consultants

4. Les aides financières publiques.

Fait intéressant: les agriculteurs connaisseurs de l’AP sont plus sensibles aux argumentaires commerciaux des consultants. Une autre étude est allée dans ce sens: les agriculteurs « innovants » maintiennent en général plus de relation avec des acteurs extérieurs, tels que les chercheurs et les consultants.

L’éducation est le facteur principal favorisant l’adoption de l’AP. L’âge n’est pas un facteur significatif.

– Pour la formation des agriculteurs, les besoins principaux en termes de contenus sont la modulation, les systèmes d’enregistrement et d’analyse des données. Il y a , là aussi , de grosses différences entre les deux catégories d’agriculteurs. En terme de modalités de formation, les séminaires courts, par petit groupes, et les démonstrations sont plébiscités, ainsi que les formations individuelles et la presse (télévision, journaux). Les méthodes numériques de pédagogie ont moins de succès (DVD, E-learning, assistance téléphonique).

 

Plus de détails, chiffres et autres résultats à la source.

Agriculture de précision : Témoignage d’un agriculteur

Une vidéo courte, de 5 minutes, dans laquelle Rémi Dumery nous présente l’utilisation qu’il a au quotidien des outils d’agriculture de précision et comment ils l’aident à piloter son exploitation de manière plus durable. Rémi Dumery soulève notamment l’enjeu de l’interopérabilité qu’il identifie comme l’un des freins à l’adoption.

Une vidéo à regarder :

#ECPA2017 : les trajectoires d’adoption en agriculture de précision

Pour ce papier, présenté lors de la Conférence Européenne d’Agriculture de Précision (ECPA2017) à Édimbourg, des chercheurs de l’université du Kansas ont utilisé une base de données historique pour décrire les trajectoires d’adoption de technologies d’agriculture de précision par des agriculteurs américains.

Pour cela, ils se sont concentrés sur 3 technologies : le capteur de rendement (YM), la cartographie des sols (PSS) et la modulation intra-parcellaire (VR). Ils ont caractérisé les 8 combinaisons possibles sur l’adoption de ces 3 technologies. Par exemple aucune technologie adoptée (None) ou adoption du capteur de rendement et de la modulation intra-parcellaire (YM VR) ou encore adoption des 3 technologies (YM PSS VR). Ils ont ensuite construit une matrice de transition pour décrire la probabilité qu’un agriculteur se retrouve à un niveau d’adoption donné sur l’année n en connaissant son niveau d’adoption sur l’année n-1. C’est cette matrice que l’on retrouve ci-dessous.

precision agriculture adoption

Au delà de la méthode qui a le mérite de valoriser des données issues d’une association de producteurs de manière originale, cet article fait ressortir quelques résultats intéressants. Le premier d’entre eux est que le processus d’adoption est globalement lent puisque la probabilité qu’un agriculteur ait le même équipement que l’année passée est d’environ 90% et ce quelque soit son équipement actuel. La dynamique est globalement vers une adoption croissante mais la probabilité que des agriculteurs abandonnent l’utilisation de ces technologies n’est pas nulle. Enfin, ce tableau traduit bien le coté itératif de l’adoption avec une probabilité nulle que des agriculteurs non équipés le soient totalement l’année suivante.

Les auteurs soulignent l’intérêt de ces résultats pour l’orientation des politiques publiques d’accompagnement à l’adoption mais aussi pour les sociétés qui vendent ces technologies et qui ont donc intérêt à comprendre le comportement des agriculteurs.

Ce papier a par ailleurs reçu le prix du « best paper award » de cette 11ième conférence européenne d’agriculture de précision.

precision agriculture adoption

Retrouvez l’article sur : https://www.researchgate.net/publication/317287805_Farmers’_Adoption_Path_of_Precision_Agriculture_Technology

 

En direct d’ECPA : Comment générer des cartes de rendement fiables à grande échelle ?

image_ECPA_GalloC’est la question que s’est posée l’entreprise viti-vinicole Gallo (Californie). L’entreprise a équipé toutes les entreprises de machines à vendanger assurant la récolte sur l’aire d’approvisionnement de la winery, avec des capteurs de rendement. Plus de 50 machines ont ainsi été équipées avec le système ATV (Australie) permettant de peser la vendange qui transite par le convoyeur latéral d’évacuation de la vendange. Les machines sont également équipées de dGPS permettant de localiser toutes les données de pesées. L’ensemble du dispositif couvre une surface de vendangée d’environ 5000 hectares. Les problèmes rencontrés sont multiples (formation et sensibilisation des chauffeurs de machine, collecte des données, etc.). L’un des problèmes majeur reste que le capteur de pesée embarqué doit être étalonné par une pesée de la courroie à vide. Cette procédure contraignante ne peut être demandée aux chauffeurs de machine (en plus des opérations d’entretien et de réglage classiques). Il en résulte de grosses différences entre les données acquises par les machines. Ce problème est clairement visible (cf. figure) lorsque deux machines récoltent la même parcelle; des bandes de rendement artificiellement plus élevé ou plus faible apparaissent alors en fonction des zones récoltées par chacune des machines. Afin de pallier ce problème, l’entreprise a exploré plusieurs approches destinées à effectuer un étalonnage « en ligne » en limitant les opérations de saisie supplémentaires et en profitant de la logistique du chantier de récolte (pesée des bennes en entrée de cave). La communication présentée par un chercheur de l’entreprise Gallo vise à partager l’expérience acquise au cours des 4 années de développement de la méthode. L’enjeu est une démarche de traçabilité automatisée permettant d’associer chaque pesée de benne en cave avec les données de la machine à vendange.

A noter, que l’élaboration systématique des carte de rendement s’inscrit dans une démarche de meilleure maîtrise des volumes de raisin apportés. L’idée est de développer un véritable service de conseil intégré auprès des viticulteurs afin de les aider à mieux maîtriser leurs rendement et la variabilité des parcelles : Quoi de mieux que de visualiser le résultat en fin de cycle (carte de rendement) pour quantifier les changement de pratique et voir leurs effets de manière objective !

Référence : B. Sams, C. Litchfield, L. Sanchez and N. Dokoozlian, 2017. Two methods for processing yield maps from multiple sensors in large vineyards in California. Advances in Animal Biosciences: Precision Agriculture (ECPA) 2017, (2017), p 530–533. doi:10.1017/S2040470017000516

 

En direct de la conférence ECPA : le contrôle de section des charrues arrive !

ECPA (European Conference on Precision Agriculture) réunit tous les deux ans, les scientifiques européens (et du monde entier) sur le théme de l’agriculture de précision. Cette année la conférence se tient à Edimbourg (17-20 Juillet) et réunit environ 450 scientifiques et représentant d’entreprises.

figureECPA

Un petit focus sur une des présentations intéressantes afin de partager certaines avancées dans le domaine de l’agriculture de précision. Cette communication concerne le contrôle de sections des Charrues. Un travail présenté par une équipe de recherche Danoise en relation avec la société AgroIntelli. L’augmentation de la longueur des charrues (et du nombre de corps de charrue associé) entraîne nécessairement une augmentation de la largeur des tourniéres en bout de parcelle. Cet aspec est problématiques puisque les tourniéres doivent faire l’objet d’un passage spécifique consommateur d’énergie et susceptible d’être néfaste pour le sol (double passage, compaction, double retournement de certaines parties des tourniéres avec dilution, remontée de semences de mauvaises herbes, etc.). Afin de limiter ces problèmes, l’université d’Arrhus (en collaboration avec la société AgroIntelli) proposent de contrôler chaque corps de charrue de manière indépendante. Une vidéo de démonstration (cf. figure ci-dessus) montre que le prototype est fonctionnel. Le principe consiste à localiser précisément la charrue et à contrôler hydrauliquement, l’abaissement de chaque corps de charrue de manière indépendante. Le système joue également le rôle d’élément de sécurité en contrôlant le relevage de chaque corps dés que la résistance devient trop importante (présence d’enrochement).

Références :  S.K. Nielsen, L.J. Munkholm, M.H. Aarestrup, M.H. Kristensen and O. Green. 2017. Advances in Animal Biosciences: Precision Agriculture (ECPA), pp 444–449. doi:10.1017/S2040470017000735

 

Le point sur les recherches en capteur d’invertébrés dans les cultures

Un article scientifique qui vient d’être publié dans le journal of precision agriculture par des chercheurs Australiens. Cet article fait le point sur l’état des recherches en matière de système de détection des invertébrés (Limaces, escargots, sauterelles, papillons, etc.) susceptibles de ravager les cultures. L’article est intéressant car il fait un point sur les recherches dans ce domaine en ayant une grille d’analyse « pratique » sur les possibilités d’application sur le terrain. Il considère les technologies susceptibles d’être intégrés dans des réseaux de mesure autonomes. L’article identifie deux axes de recherche prometteurs dans ce domaine :
– l’acoustique (mesure du son, des vibrations, etc.), avec des applications pour la détection des insectes dans le sol, dans les silos, dans le bois, etc.
– la vision artificielle (analyse d’images et reconnaissance de formes), selon les auteurs, la vision artificielle présente beaucoup d’avantages pour la détection des invertébrés in situ, les auteurs notent toutefois qu’il existe beaucoup de recherches menées en laboratoire sur la partie traitement et reconnaissance mais qu’il y a un problème évident de transfert de cette technologie pour des applications/validations en plein champs. Les auteurs proposent une analyse des verrous à lever pour arriver à des système de mesure opérationnels dans les cultures.

Résumé : (Precision agriculture needs integrated pest management (IPM), for which detection and identification of target invertebrate species is a prerequisite. Researchers have been developing various technologies to detect pests more efficiently and accurately. However, these existing sensing technologies still have limitations for effective infield applications. This review paper aims to explore the relative technologies and find a sensing method that has potential to detect and identify common invertebrates on crops, such as butterflies, locusts, snails and slugs. It was found that there are two main research branches for invertebrate detection and identification: acoustic sensing and machine vision system (MVS). Acoustic sensing is suitable for detecting and identifying pests in soil, stored grains and wood, while usually acoustic sensors need to be attached to samples for inspection, which causes difficulties for efficient infield applications. MVS has the potential to provide a more effective and flexible way to detect and identify invertebrates on crops. In recent work with MVS, the technologies of invertebrate identification have been intensively studied, however, infield detection is relatively weak. This review points out the current research gaps and then discusses the potential research directions.

référence : Liu, H., Lee, S. H., & Chahl, J. S. (2016). A review of recent sensing technologies to detect invertebrates on crops. Precision Agriculture, 1-32.