Offre de stage AgroTIC – SCA ARTERRIS

Le Groupe Arterris a publié une offre de stage pour un AgroTIC au sein de la filiale Arterris Innovation :

Pour participer à la définition du nouveau modèle agronomique, ARTERRIS participe au projet national PIXAE fondé sur le partage de bonnes pratiques et les retours d’expériences. Dans ce cadre, la coopérative agricole a créée en Octobre 2015 son Club d’agriculteurs dédié à l’Agronomie et à l’Agriculture de Précision, afin de co-construire des solutions innovantes qui soient les plus adaptées aux besoins des agriculteurs.

Ce « Club PIXAE ARTERRIS » compte 18 adhérents représentatifs du territoire de la coopérative. L’action de la seconde année va consister à expérimenter la « Modulation de la densité de semis en Céréales à Paille ». Dès l’Automne 2016, l’objectif est de mettre en place des essais afin de rechercher la densité de semis optimale en fonction du potentiel de sol.

Dans le cadre de ce Club PIXAE, vous êtes chargé(e) d’accompagner les animateurs dans leurs missions, de veille scientifique et technique, de suivi terrain et d’analyse des résultats :
– Bibliographie sur les densités de semis optimales en Céréales à Paille (CAP) et sur les outils innovants de détermination du potentiel des sols ;
– Caractérisation d’OAD de modulation de la densité de semis en vue de la construction d’un nouveau service d’agriculture de précision ;
– Suivi des essais chez les agriculteurs PIXAE et sur les plateformes de la coopérative (comptage du nombre de talle, notation maladies, mesure rendement et qualité…) ;
– Analyse et synthèse des essais (Synthèse provisoire en Juillet, Synthèse finale en Septembre).

Profil recherché

Vous êtes en dernière année d’école d’Ingénieur Agronome, de préférence avec une spécialité AgroTIC – Technologies de l’information et de la communication. Vous avez le sens du terrain, un esprit de synthèse et d’analyse, une réelle aptitude au travail en équipe. Vous êtes organisé, autonome, rigoureux et motivé et avez un réel intérêt pour le milieu agricole et l’agriculture de précision. Permis B indispensable.

Détails de l’offre
Durée du contrat :

6 mois
Date d’embauche prévue :

Mars à Août ou Avril à Septembre
Rémunération :

Indemnité légale de stage
Adresse :

Basé à Toulouse et suivi terrain sur le territoire ARTERRIS

L’offre est consultable à cette adresse :

http://arterris-recrute.fr/nous-rejoindre/un-stagiaire-ingenieur-agronome-hf-2/

———
PS : Si vous avez des questions sur l’entreprise, n’hésitez pas à me contacter ! (martinez.matthias34@gmail.com)

Le N Tester de Yara utilisé sur 710 000 ha en 2016

D’après le site agrisalon : « Le N Tester de Yara, outil de diagnostic de nutrition azotée développé et validé par Arvalis-Institut du végétal, a connu cette année une campagne record avec 2000 appareils déployés, 710 000 ha pilotés et plus de 87 000 conseils délivrés. Le N Tester est une pince électronique qui évalue l’état de nutrition azotée des feuilles, dans le but de repérer et corriger les situations de sous-fertilisation. Alors que la technique est utilisée sur blé depuis plus de 15 ans, Arvalis-Institut du végétal et Yara proposaient ce printemps, après deux années de test, le N Tester Extra, la version de l’outil dédiée aux orges d’hiver brassicoles et fourragères. »

Pour consulter l’article dans son intégralité :  http://www.agrisalon.com/actualites/2016/07/12/le-n-tester-de-yara-utilise-sur-710-000-ha-en-2016

L’IFV propose un outil de suivi des maladies cartographié.

potentiel_systeme

 

L’IFV met en ligne les résultats cartographiés des des modèles potentiels systèmes à l’échelle régionale. L’outil, simple d’utilisation permet de visualiser, pour les différentes régions viticoles, des cartes actualisée quotidiennement. Il est ainsi possible de visualiser la répartition spatiale des cartes du risque (potentiel) et de fréquences d’attaques pour le midiou, l’oïdium et le black Rot.

A consulter à l’adresse suivante : http://www.vignevin.com/outils-en-ligne/releves-meteo.html

 

Les drones au service de l’agriculture

drone_agriculture

 

source : ICT update

ICT update, le bulletin d’alerte sur l’agriculture, publie un numéro spécial sur les drones au service de l’agriculture. De nombreux billets ont été publiés sur ce théme dans ce blog. Toutefois, ce numéro spécial mérite une attention particulière car il fait un tour du monde des applications possibles du drone avec un focus particulier sur les agricultures asiatiques et africaines, on y découvre des applications potentielles méconnues et particulièrement pertinentes (merci à la lettre de Guy Wakwman pour avoir publié cette ressource).

A consulter à l’adresse : http://ictupdate.cta.int/fr/content/download/37461/293259/file/ICT_Update_Issue_82_FRENCH.pdf

L’outil en ligne de diagnostique agro-écologique

Début octobre 2015, le ministre de l’agriculture Stéphane Le Foll, a officialisé le lancement de la plateforme http://www.diagagroeco.org/ qui va permettre aux agriculteurs de réaliser un  auto-diagnostic sur leur pratique agro-écologique.

Mis en place par le Ministère de l’agriculture et l’ACTA (Association de Coordination technique Agricole), l’outil est destiné à « aider à réfléchir sur les performances d’une exploitation, les pratiques et les démarches d’un agriculteur et à estimer son degré d’engagement dans l’agro-écologie. Il peut également faciliter l’animation d’un groupe autour du concept d’agro-écologie ou nourrir la réflexion dans la construction d’un projet agro-écologique. » Indépendant d’éventuelles aides ou certification, le diagnostic peut nourrir la réflexion d’un agriculteur, d’un groupe d’agriculteur ou d’un conseiller.

Trois modules indépendants sont d’abord accessibles : « pratiques », « performances » et « démarches ». Deux autres modules « synthèse » et « pistes de progrès » sont disponibles dans le cas où les trois précédents ont été complétés.

A découvrir sur : http://www.diagagroeco.org/

Colloque AFIA (Paris, juin 2015) : « Agriculture et réseaux sociaux »

Colloque organisé par l’AFIA Association Francophone d’Informatique en Agriculture) le 19 juin 2015 à Paris. Association créée en 1993 pour développer les échanges sur le développement des usages de l’informatique au service de l’agriculture et de l’industrie agroalimentaire.
Cet évènement vise à faire le point sur l’appropriation des outils du Web 2.0 dans le monde agricole. Wikipedia définissant le Web 2.0 comme suit : « Le Web 2.0 est le Web social, qui s’est généralisé avec le phénomène des blogs, des forums de discussion agrégeant des communautés autour de sites internet et enfin avec les réseaux sociaux »
Format : une journée de présentations et d’échanges avec un public d’entreprises, d’acteurs de la recherche, des médias spécialisés (souvent intervenants), des bloggeurs reconnus dans le monde agricole, des instituts techniques ou d’autres organismes socio-économiques. Audience = 50 personnes.
A retenir :
– Le participatif n’est pas nouveau dans le monde agricole. Les tribunes, les « billets des agriculteurs » existaient avant les réseaux sociaux.
– Il faut voir les réseaux sociaux comme de nouveaux outils permettant de faire plus et mieux dans le domaine du participatif.
– Les grandes tendances de ce qui marche (+) et ce qui ne marche pas (-) :
o Les forums (+) : n’ont rien de nouveau mais marchent encore. Ils sont souvent consultés mais peu alimentés. Ils sont de plus en plus délaissés par les jeunes.
C’est encore un outil participatif considéré comme majeur dans le monde du Web
o Les annuaires participatifs et les mini sites (- – ) : ne marchent pas
o Les blogs (-) : Seules les « stars » de l’agriculture, les « référents » dans leur domaine d’expertise arrivent à attirer une forte audience.
o Les sondages (+) : Les agriculteurs aiment se comparer les uns par rapport aux autres ou se situer au sein de la population française.
o Les clubs (saisonnier +/-) : Leur fréquentation dépend fortement de la conjoncture (prix du lait…)
– Il faut trouver « sa façon » de communiquer sur les réseaux sociaux et s’y tenir.
– Les « agrinautes » suivent une personne et pas une entreprise ou un organisme.
– Les réseaux sociaux permettent avant tout un meilleur ciblage que toutes les autres formes de communication. Par contre, ils nécessitent d’alimenter les « followers » en permanence.
– Le « community manager » a pour mission d’optimiser le nombre de « followers » sur les réseaux sociaux. Il s’agit d’un profil de type journaliste senior (vrai savoir-faire journalistique spécialisé) et surtout pas de stagiaire.
– La technique d’inciter les employés à communiquer ½ h par jour sur les réseaux sociaux pour les alimenter n’est pas la bonne (sauf si ce sont des journalistes professionnels). Toute communication est un risque. Les erreurs de communication sont inévitables sur les réseaux sociaux, il faut donc les maîtriser.
– Le simple « Push » d’infos sur les réseaux sociaux est normalement à proscrire (sauf pour certains sites ou personnes référentes).
– La communication sur Internet demande moins de moyens que pour la télévision. Par contre le rendu doit avoir aujourd’hui le même degré de professionnalisme.
– Comment les agriculteurs procèdent pour rechercher une information agricole ?
o En premier : La Presse (papier)
o Puis vont vers le conseiller agricole
– Quelle démarche suit un « agrinaute » pour rechercher une information professionnelle sur le web ?
o Recherche Google
o Puis site de la firme
o Puis portails agricoles
o … les réseaux sociaux et forums arrivent en dernier
– Les mails, les moteurs de recherche représentent 50% des sources d’information des « agrinautes ». Les réseaux sociaux ne représentent que 2% (source : Blog Ticagri-Enquête BVA,2014)
– Les échanges par mails et les SMS sont les formes de communication les plus utilisés pour les échanges entre agriculteurs. Les réseaux sociaux ne représentent que 9% des échanges entre agriculteurs.
– Les plus de 45 ans utilisent un lien publicitaire avant de poser une question dans un forum ou à un ami. C’est l’inverse pour les moins de 45 ans.
– Les thèmes les plus abordés par les agriculteurs sur le web :
1 – Les techniques culturales
2 – Le machinisme
3 – L’élevage
4 – Thématiques « hors champs », actualités…
5 – La politique agricole
6 – La gestion
7 – La météo
– Les « agrinautes » utilisent surtout les réseaux sociaux pour le « privé » (surtout les plus jeunes)
– Les forums sont surtout lus (55% de l’utilisation)
– Face Book est le réseau social le plus fréquenté par les « agrinautes » et on y trouve essentiellement des éleveurs.
– Si Face Book est souvent utilisé à titre privé par les « agrinautes », ce n’est pas le cas de Twitter qui est plus utilisé à titre personnel. Par contre, les dérives sont fréquentes sur Twitter du fait que le réseau n’est pas modéré (communication instantanée).
– Enfin, on retiendra que la plus grande difficulté est de gérer les flux et la diffusion de l’information sur les réseaux sociaux. C’est pourquoi cette forme de communication ne doit pas être prise à la légère.

Sources : http://www.informatique-agricole.org/http://www.blog-agri.com/ticagri/

Isagri annonce vouloir investir 50 millions d’euros pour élargir son champ d’action

D’après le courier Picard, « le leader européen des logiciels pour l’agriculture a racheté dernièrement Landmark Systems, leader anglais du secteur, pour un montant non communiqué. Également un pied en Espagne, au Canada, depuis peu en Roumanie, et globalement dans douze pays, Isagri songe désormais à la conquête du reste du monde. Et annonce vouloir investir 50 millions d’euros dans les quatre ans pour créer une nouvelle gamme de produits, dans le cadre de son programme « 2018 Tous Connectés », qui prévoit à terme « 50% de ventes en France et 50% dans les fermes étrangères. » Avec une percée sur le gigantesque marché chinois, où le fleuron beauvaisien envisage d’implanter son logiciel unique pour la production porcine. »

« What the French Know About Drones That Americans Don’t »

Voici un article intéressant publié sur le site de Bloomberg Business qui relate l’avance de la France dans l’utilisation des drones, que ce soit d’un point de vue réglementaire ou industriel. Selon les chiffres cités, plus de 1200 sociétés sont déclarées dans l’utilisation commerciale des drones en France, alors qu’aux États-Unis, seules 44 entreprises ont bénéficié d’une dérogation vis-a-vis de la loi interdisant l’utilisation d’un UAV dans un but commercial. L’article prend notamment l’exemple d’Airinov et de l’utilisation des drones en agriculture.

Il conclut: « En France, les entreprises se concentrent actuellement sur le traitement des données. […] Dans les autres pays, ils essaient toujours de comprendre comment faire voler un drone et quelles informations peuvent être acquises. »

A voir ici : http://www.bloomberg.com/news/articles/2015-03-16/what-the-french-know-about-drones-that-americans-don-t

Journées du labex Agro (Agropolis fondation)

Les 5 et 6 février prochains, Agropolis Fondation organise les journées du Labex agro sur le thème produire et nourrir autrement.

Programme des journées ci-après : Programme FINAL

Ces journées ont entre autres pour vocation de Favoriser les interactions entre communauté scientifique et acteurs économiques sur les défis liant la recherche et la compétitivité ; échanger sur les modes de collaboration qui peuvent être déployés.

A noter en particulier l’organisation d’un atelier sur les outils numériques au service de l’agriculture : l’évolution des Technologies de l’Information et de la Communication (TIC) a donné lieu à l’émergence, la diffusion et l’utilisation de nouveaux outils au service de l’agriculture. Ils permettent d’adapter des stratégies face aux évolutions de l’environnement, d’optimiser des interventions sous contraintes, de réagir rapidement à des évènements imprévus. Ces mutations rapides de l’accès à l’information (Big data) et de la prise de décision, conduisent chercheurs et acteurs économiques à repenser l’agriculture et l’accompagnement des acteurs.

Conférence européenne sur les TIC en Agriculture

Résumé de ce que vous pourrez trouver à cette conférence (en anglais) :

« The main objective of the conference is to promote the exchange of experiences among non-profit, research and business professionals, as well as the development of the international relations. The event provides a forum for agriculture involved practical and academic players, to discuss the actual questions of education, research, development and application of Information Technologies in Agriculture and Rural Development with publishing the recent results. The official languages of the conference are English and Hungarian (without translation). »
Topics :
  • Big data
  • Information systems
  • Bioinformatics
  • Cloud computing and services
  • Collaborative working environment
  • Decision Support Systems, Modelling and simulation
  • Ecological modelling
  • Education/Training programs and development
  • E-learning
  • Food safety and traceability
  • Future Internet in the agri-food sector
  • Information and communication technologies for rural areas
  • Information systems
  • IT and innovation in agri-food sector
  • Mobile technology applications
  • Precision agriculture, GIS, RS
  • Web services, portals and Internet applications
  • Wireless sensor networks

 

Cette conférence aura lieu à Debrecen (Hongrie). Plus d’information sur le site : http://nodes.agr.unideb.hu/conferences/index.php/ai2014/ai2014

Si quelqu’un y va, ou sais comment récupérer les supports, une fois de plus je suis intéressé ! Merci par avance.

Découvert sur la newsletter de Guy Waksman.

Edit 02/12 : Les liens des présentations sont désormais disponible à cette adresse : http://nodes.agr.unideb.hu/conferences/index.php/ai2014/ai2014