Conférence en ligne de l’IGN sur l’historique des données disponibles

Jeudi 07 décembre 2017 10h00 – 10h45

L’IGN dispose d’un patrimoine en données historiques. Il est constitué de prises de vue aériennes réalisées depuis 1945, de cartes anciennes (cartes de Cassini du XVIIIe et cartes de l’état-major du XIXe) et de l’ensemble des cartes éditées par l’IGN. L’IGN dématérialise au fur et à mesure ses fonds anciens, pour les mettre plus facilement à disposition des utilisateurs potentiels afin d’observer et d’analyser entre autre l’évolution des territoires.
L’IGN propose une conférence en ligne sur l’accessibilité à ces données, au programme :

• Panorama du patrimoine de l’IGN : données historiques et services associés
• Focus sur les usages et applications
• Témoignage utilisateur : « écologie des forêts et cartographie de l’usage ancien des terres »
• Questions/Réponses

Plus d’informations et s’inscrire : https://events-emea1.adobeconnect.com/content/connect/c1/1083135494/en/events/event/shared/2593993068/event_landing.html

Esaconnect : les start-ups montrent les tendances

Esaconnect a été l’opportunité pour des jeunes pousses de se faire connaitre mais également de montrer quelles sont les tendances à souligner. Cette édition a permis de mettre en lumière : le partage des savoirs, la surveillance des ravageurs, et l’analyse du potentiel des sols au travers des activités de différentes start-up :

  • Agrifind
  • Plateforme Web sur laquelle les agriculteurs partagent leur expérience et pourront signaler une attaque de ravageurs ou de maladie

  • Agrimagine
  • Plateforme pour échanger savoirs, expertise et expériences qui profiteraient à tous

  • Advansee
  • Piège à insectes sous vidéo-surveillance

  • Projet Data4Soil
  • Plateforme pour suivre la fertilité des sols et identifier les itinéraires techniques à la fois productifs et respectueux de l’environnement.

  • Soyl France
  • Cartographie du potentiel réel des sols à partir de la mesure de la conductivité électrique

  • EchoGreen
  • Capteur de signaux électro-physiologiques émis par les plantes en cas de stress pour détecter les maladies avant l’apparition des symptômes

Pour plus de détails lisez l’article ici !

Un capteur frugal et open source pour mesurer la hauteur et la température des couverts végétaux

capteur_open_source

Un article scientifique publié par deux chercheurs de l’USDA Agricultural Research Service (Crop Production Systems Research Unit, Stoneville, USA). Cet article mérite d’être souligné à plusieurs égards :
a) il montre le potentiel des projets comme arduino pour développer des systèmes de mesures sophistiqués embarqués avec un faible coût (260 €),
b) il démontre l’impact que peut avoir le monde de l’open source pour diffuser des innovations de pointe en proposant un ensemble de ressources, de liens, etc. permettant de reconstruire ce système,
c) il démontre qu’il est possible d’accéder à des informations évoluées (hauteur de la végétation, température de la végétation) et de les cartographier avec des solutions à faible coût,
d) il met en évidence la nécessité de développer de nouvelles compétences, de nouvelles organisations pour accompagner les agriculteurs dans la découverte, la fabrication et la co-conception de solutions évoluées de ce type,
e) il montre enfin que les outils d’agriculture de précision sont aussi accessibles pour des petites exploitations (à condition de mettre à disposition les compétences pour les accompagner dans la conception, la fabrication et la mise en oeuvre de cette démarche)
L’article propose une description complète des capteurs, de leur montage, des ressources utilisées, etc. pour reproduire le systéme de mesure présenté.

résumé : Many agricultural applications, including improved crop production, precision agriculture, and phenotyping, rely on detailed field and crop information to detect and react to spatial variabilities. Mobile farm vehicles, such as tractors and sprayers, have the potential to operate as mobile sensing platforms, enabling the collection of large amounts of data while working. Open-source hardware and software components were integrated to develop a mobile plant-canopy sensing and monitoring system. The microcontroller-based system, which incorporated a Bluetooth radio, GPS receiver, infrared temperature and ultrasonic distance sensors, micro SD card storage, and voltage regulation components, was developed at a cost of US$292. The system was installed on an agricultural vehicle and tested in a soybean field. The monitoring system demonstrates an application of open-source hardware to agricultural research and provides a framework for similar or additional sensing applications.

référence : Fisher, D. K., & Huang, Y. (2017). Mobile Open-Source Plant-Canopy Monitoring System. Modern Instrumentation6(01), 1.

Séminaire utilisateurs QGIS 2017

Seminaire3

Sinscrire                       Plusdinfo

Ce que nous apprend la carte de « chocolatine vs pain au chocolat »

chocolatine

 

Sources : The conversation

Cette carte réalisée à l’issue d’une enquête effectuée par des linguistes met naturellement en évidence bien plus de choses qu’une simple bataille entre les tenants de la chocolatine, du pain au chocolat ou encore du petit pain au chocolat voire de la couque au chocolat. Elle met en évidence des régionalismes comme faisant partie de l’identité des francophones, de leur culture, de leur patrimoine et ne devraient pas faire, en cette qualité, l’objet de stigmatisation. Depuis la fin du XVIIe siècle, des spécialistes de la langue (grammairiens, instituteurs, correcteurs, journalistes, etc.) – voire de simples amateurs – ont tenté de répertorier les particularités locales du français des gens qui les entouraient en vue d’en souligner le côté fautif pour mieux les corriger et les faire disparaître. Cette étude nous rappelle qu’il n’y a pas de variante de mot, de prononciation ou de phrase plus correcte qu’une autre. Le linguiste qui a participé à l’étude rappelle « que ce sont les locuteurs qui définissent la norme, et non l’inverse. Dès lors, il existe autant de normes qu’il existe de régions… ou d’usages dominants ! »

L’étude s’est aussi intéressée à nos cousins canadiens francophones. La carte générée à partir des « réponses des participants ayant passé la plus grande partie de leur jeunesse dans l’est du Canada fait état d’une opposition binaire entre deux variantes : chocolatine, qui s’impose de façon écrasante dans toute la province du Québec, et croissant au chocolat dans les provinces environnantes, où l’anglais est la première langue parlée. De quoi faire plaisir aux Gascons ! »

chocolatine_2Sources : The conversation

Les machines à vendanger innovent !

Un article du Figaro reprend les différentes innovations qui concernent les machines à vendanger. Du tri de la vendange à la conduite sans les mains, les vendanges deviennent technologiques !

Offre d’emploi CDI : développeur-géomaticien à Montpellier

L’entreprise

PermAgro est une start-up innovante spécialisée dans l’accompagnement à la création et à la gestion de domaines agricoles. Nous proposons à nos clients un accompagnement vers une agriculture pérenne, respectueuse de l’environnement et créatrice d’emploi. Nos innovations reposent sur l’utilisation de technologies de collecte et de traitement de données, principalement géographiques, qui permettent d’automatiser les conseils auprès de nos clients agriculteurs.

Après un an et demi d’existence, PermAgro est en pleine croissance et va consolider son équipe dans les mois à venir avec des profils d’ingénieurs agronomes, d’experts fonciers, de géomaticiens et de développeurs informatiques. L’entreprise est accompagnée par le BIC, quatrième meilleur incubateur mondial de start-ups, ainsi que par l’incubateur de Montpellier SupAgro. Nous faisons partie également du réseau French Tech notamment sur la thématique Food Tech. Nous sommes enfin lauréats de plusieurs prix et concours : Graines d’Agro en 2016, Jump’in Creation du BIC et Digitag Challenge en 2017.

L’entreprise est également engagée dans un management innovant et respectueux de ses collaborateurs : démarche RSE, travail en méthode Agile, respect des conditions de travail.

 

Définition du poste

Dans le cadre de son développement, PermAgro recherche un(e) ingénieur géomaticien avec des compétences en développement informatique, qui puisse l’accompagner dans la création et la gestion des outils numériques dédiés à l’agriculture :

  • Développement d’algorithmes complexes pour automatiser la récolte et le traitement de données géographiques.
  • Conceptualisation, mise en place, déploiement et gestion de bases de données complexes et géoréférencées.
  • Traitements géostatistiques de données géographiques et datavisualisation.
  • Participation à la création d’applications de cartographies web et mobile (rédaction des cahiers des charges techniques et fonctionnels, développement, maintenance)

 

Compétences et connaissances exigées

Nous recherchons une personne :

  • Maîtrisant la gestion et l’utilisation des bases de données géographiques et maîtrise du langage SQL : MySQL, postgreSQL
  • Maîtrisant le langage de script Python et sa librairie python-gdal
  • Maîtrisant les technologies Web (HTML, CSS, JavaScript, PHP)
  • Maîtrisant les logiciels de cartographie, notamment QGIS
  • Ayant un goût prononcé pour le challenge et l’entrepreneuriat
  • Une connaissance du monde agricole serait un plus

 

Conditions de l’offre

  • Offre en CDI, poste basé à Montpellier
  • Salaire brut annuel de 28 000 à 30 000 € selon expérience
  • Ce poste est ouvert aux personnes en situation de handicap
  • Début du poste : idéalement octobre 2017

 

Pour postuler

Veuillez adresser votre candidature (CV et lettre de motivation indiquant vos réalisations, votre motivation à intégrer l’entreprise et les points forts de votre candidature) à :

recrutement@permagro.fr

20170920-PERM-Offre_emploi_développeur_géomaticien

Une mappemonde plus précise que le Mercator!

Le sujet a déja été abordé plusieurs fois sur le blog : les cartes sont faussées par la projection du globe sur une surface plane, certains continents se retrouvent alors écrasés et donnent une mauvaise perception des distances.

Ces soucis ont été optimisés par l’artiste et architecte Hajime Narukawa en concevant une nouvelle mappemonde du nom d’AuthaGraph, qui se révèle être « la carte la plus précise jamais réalisée »! Sa conception aura pris plusieurs années, et s’est basée sur un globe terrestre découpé en 96 zones, qu’il a ensuite réparti sur un tétraèdre gonflé, avant de l’aplatir tout en gardant le bon ratio des surfaces. Le tétraèdre est ensuite découpé pour obtenir une carte.

Processus de fabrication de la carte

Les différents étapes de conception d’Authagraph

Ce travail a déjà été récompensé par le Grand Prix des Good Design Awards, et par son ajout dans les manuels scolaires au Japon! Et peut-être bientôt un nouveau standard international…?

Un article plus complet ici.

Et si les voies romaines étaient cartographiées comme un plan de métro ?

voies_romaines_metro

C’est ce qu’a réalisé Sasha Trubetskoy, un étudiant en statistiques de l’université de Chicago qui est fan de Géographie. Le résultat est surprenant. Même si, contrairement à ce que dit le dicton, toutes les routes ne mènent pas à Rome, on remarque que la capitale de l’empire romain est la station qui propose le plus de correspondances. La via Claudia, qui relie l’Egypte au Maroc est démesurée comparée à nos via Domitia, Aquitania ou Gallica.  Il est possible de voir une version à haute résolution à l’adresse ci-après. Les fans pourront faire un poster en téléchargeant un pdf moyennant contribution : https://sashat.me/2017/06/03/roman-roads/

 

En direct d’ECPA : Comment générer des cartes de rendement fiables à grande échelle ?

image_ECPA_GalloC’est la question que s’est posée l’entreprise viti-vinicole Gallo (Californie). L’entreprise a équipé toutes les entreprises de machines à vendanger assurant la récolte sur l’aire d’approvisionnement de la winery, avec des capteurs de rendement. Plus de 50 machines ont ainsi été équipées avec le système ATV (Australie) permettant de peser la vendange qui transite par le convoyeur latéral d’évacuation de la vendange. Les machines sont également équipées de dGPS permettant de localiser toutes les données de pesées. L’ensemble du dispositif couvre une surface de vendangée d’environ 5000 hectares. Les problèmes rencontrés sont multiples (formation et sensibilisation des chauffeurs de machine, collecte des données, etc.). L’un des problèmes majeur reste que le capteur de pesée embarqué doit être étalonné par une pesée de la courroie à vide. Cette procédure contraignante ne peut être demandée aux chauffeurs de machine (en plus des opérations d’entretien et de réglage classiques). Il en résulte de grosses différences entre les données acquises par les machines. Ce problème est clairement visible (cf. figure) lorsque deux machines récoltent la même parcelle; des bandes de rendement artificiellement plus élevé ou plus faible apparaissent alors en fonction des zones récoltées par chacune des machines. Afin de pallier ce problème, l’entreprise a exploré plusieurs approches destinées à effectuer un étalonnage « en ligne » en limitant les opérations de saisie supplémentaires et en profitant de la logistique du chantier de récolte (pesée des bennes en entrée de cave). La communication présentée par un chercheur de l’entreprise Gallo vise à partager l’expérience acquise au cours des 4 années de développement de la méthode. L’enjeu est une démarche de traçabilité automatisée permettant d’associer chaque pesée de benne en cave avec les données de la machine à vendange.

A noter, que l’élaboration systématique des carte de rendement s’inscrit dans une démarche de meilleure maîtrise des volumes de raisin apportés. L’idée est de développer un véritable service de conseil intégré auprès des viticulteurs afin de les aider à mieux maîtriser leurs rendement et la variabilité des parcelles : Quoi de mieux que de visualiser le résultat en fin de cycle (carte de rendement) pour quantifier les changement de pratique et voir leurs effets de manière objective !

Référence : B. Sams, C. Litchfield, L. Sanchez and N. Dokoozlian, 2017. Two methods for processing yield maps from multiple sensors in large vineyards in California. Advances in Animal Biosciences: Precision Agriculture (ECPA) 2017, (2017), p 530–533. doi:10.1017/S2040470017000516