Une ferme du « big data » en projet dans le Morbihan

Un article de l’AFP traite du projet de l’entreprise Neovia de construire une « ferme du futur ».

Cette ferme expérimentale est programmée pour 2020. Imaginée comme une « vitrine des technologies les plus innovantes dans l’élevage », selon son PDG Hubert de Roquefeuil, elle aspire ni plus ni moins qu’à améliorer le bien-être de l’éleveur, le confort de l’animal et la productivité de la ferme, tout en réduisant son impact environnemental.

N’hésitez pas à lire l’article pour en savoir plus !

Le poulailler du futur

On entend déjà souvent parler des robots dans les élevages laitiers (robots de traite, robot d’alimentation…) mais cet article de Les Echos mentionne également le poulailler du futur. Celui-ci est un projet de l’ANSES. Un bâtiment, implanté sur le site de Ploufragan (Côtes-d’Armor), sera doté de capteurs pour mesurer la température des animaux, effectuer des pesées en continu, déterminer le taux d’humidité des litières afin de limiter les maladies et les épidémies… Il devrait être opérationnel à la fin de l’année 2018.

N’hésitez pas à lire l’article.

Retrouvez plus d’infos sur ce projet avec ce second article.

Un lycée agricole forme ses élèves sur une ferme robotisée

Quoi de mieux pour sensibiliser les futurs générations à l’agriculture numérique que de les y confronter le plus tôt possible ?
Un lycée agricole de Côtes d’Armor forme ses élèves sur une ferme laitière automatisée. La traite, l’alimentation et le raclage sont désormais effectués par des robots. Ces installations suscite beaucoup d’intérêt chez les jeunes et une émulation chez les enseignants. Elles servent également de base d’essai pour plusieurs start-up et de support de formation pour l’apprentissage et la formation continue.

Retrouvez l’article complet ici !

Innov’Space 2017 : Quelques innovations TIC parmi les 47 innovations du Space 2017

Terre-net a publié un billet qui présente les 47 innovations retenues dans le cadre du Space 2017 (salon de l’élevage qui se tient à Rennes du 12 au 15 septembre prochain. Certaines de ces innovations majeures concernent l’utilisation des TIC pour améliorer le confort de l’éleveur ou mieux maîtriser la qualité de certaines opérations. Les exemples d’innovations marquantes que l’on pourra noter dans ce domaine :

Les Zen’Bots : « une communauté de «bots», c’est-à-dire de robots conversationnels, qui dialoguent avec l’éleveur pour simplifier son quotidien et le rendre plus «zen». Ils combinent intelligence artificielle et intelligence métier et comprennent les intentions de l’éleveur par analyse sémantique. Ils se passent le relais entre eux, pour offrir à l’éleveur diverses fonctions spécialisées en langage naturel, en mobilité, en chat vocal ou écrit. »

Easi-scan go : « une nouvelle génération d’équipements ultrasons pour les animaux de ferme. La technologie mise en oeuvre a permis de concevoir un échographe peu énergivore et à basse puissance. Le Wi-Fi à ultra basse latence permet l’utilisation de périphériques Wi-Fi standards comme un smartphone. »

H2O Alert :  » un système de surveillance de la qualité de l’eau en temps réel avec alarme (utilisation mobile) pour les élevages laitiers, à l’intérieur et à l’extérieur des bâtiments. Les capteurs assurent une surveillance permanente de la qualité de l’eau. Ils sont connectés à une application mobile, avec transmission des données sur la qualité de l’eau en temps réel et émission d’alarme si nécessaire.

Taxi lait 4.0 incl. Smart-ID : un mobile qui identifie les veaux via une identification sans fil. Il permet d’alimenter les veaux en fonction de leur âge et selon une courbe d’alimentation pré-établie individuelle.

vigielent : une application qui signale et partage la présence de véhicules lents sur la route. Cette application vise à limiter les accidents impliquant des tracteurs et matériels agricoles qui ont pour origine leur encombrement sur la route, mais surtout une mauvaise prise en compte leur faible vitesse sur la route.

My.luda.farm : un tableau de bord sur smartphone qui collecte les informations provenant des capteurs et des caméras installés dans toute l’exploitation. L’application permet à l’exploitant agricole de vérifier ses caméras, d’allumer et d’éteindre des appareils, de vérifier les clôtures et le niveau des citernes de diesel, directement sur son smartphone. L’application  alerte aussi l’exploitant grâce aux notifications automatiques d’événements et les alarmes.

Symeter : un capteur optique installé dans les silos qui permet d’optimiser le tassement des fourrages ensilés (maïs ou herbe) stockés en silo couloir. le système permet de contrôler le travail en temps réel. Les informations traitées sont alors transmises instantanément à l’opérateur en cabine sur un support mobile (smartphone, tablette) sous forme de cartographie.

France Agricole – « Je géolocalise mes chèvres »

Ce témoignage est intéressant pour une utilisation concrète de la géolocalisation et du smartphone en élevage:

http://www.lafranceagricole.fr/elevage/je-geolocalise-mes-chevres-1,1,1639270030.html

Certes moins authentique que les cloches, un système de géolocalisation sur le collier d’une chèvre permet de suivre en direct  le parcours du troupeau et facilite le métier de ces éleveurs.

Utilisation pratique du drone en élevage

On en parle peu, mais le drone peut aussi présenter un intérêt dans l’élevage. Une video de web-agri qui présente le témoignage de Didier Mestric, éleveur dans le Morbihan qui fait du drone et de la vidéo en temps réel, une utilisation simple, efficace et agile.


Un drone pour aller chercher les vaches au… par terrenet

Comment la fibre optique vient révolutionner le marché au cadran

C’est un billet publié hier dans wikiagri qui montre comment une connexion très haut débit permet de redynamiser et relocaliser le marché au cadran.visio_vente_au_cadran » A Chénérailles, dans la Creuse, les bovins sont désormais vendus également par internet, en temps réel, avec le marché au cadran d’Ussel, en Corrèze. Une prouesse technologique unique en Europe pour la filière bovine, réalisée grâce à l’arrivée de la fibre optique. Les mardis matins, le foirail de Chénérailles, dans la Creuse, était plutôt habitué au calme. Pourtant, depuis quelques semaines, une nouvelle activité a vu le jour. Les éleveurs de bovins dans un rayon de 30 à 40 kilomètres n’ont plus besoin de transporter leurs animaux à une heure de route en camion. Ils peuvent venir avec leurs bétaillères pour vendre leurs bovins, près de chez eux. Cette évolution a été rendue possible grâce à la fibre optique qui passait à proximité des lieux. Depuis, des installations (caméras, logiciel spécifique, écrans) permettent une visio-vente sur le marché au cadran d’Ussel, en Corrèze. Les acheteurs qui ont fait le déplacement en Corrèze voient les bovins creusois derrière un écran. »

Aller sur wikiagri pour plus d’informations;

Une application pour gérer le tassement de l’ensilage (FRCUMA Ouest)

tassilo

Tassilo est une application proposée par la Frcuma Ouest. Elle est disponible gratuitement sous Androïd et permet de vérifier si le ou les engins qui assurent le tassement d’un silo sont correctement dimensionnés pour assurer un tassement optimal de l’ensilage. L’utilisateur est invité à renseigner le rendement et le débit de chantier de l’ensileuse puis le matériel utilisé pour le tassement. La qualité de tassement est donnée sur une échelle allant de rouge (mauvais tassement) au vert (bon tassement).

L’application est disponible à l’adresse suivante : https://play.google.com/store/apps/details?id=fr.cuma.application.tasssilo&hl=fr

innovations numériques significatives dans l’industrie de l’élevage en Australie

Le site australien, beef central publie un article de James Nason sur l’état des lieux du numérique pour les exploitations animales australiennes.

Il mentionne des innovations déjà adoptée par les exploitations :
– le systéme de tri et de pesée automatique

– les systémes de suivi du troupeau

– les clôtures virtuelles

Pour consulter l’article : http://www.beefcentral.com/news/big-data-what-is-it-and-what-does-it-mean-for-cattle/

By James Nason, 10 June 2016

Claas propose des remorques auto-chargeuses connectées

CARGOS 9600-9400

source : http://www.claas.fr/produits/recolte-fourragere/cargos-9000

La remorque autochargeuse Claas Cargos, peut contenir jusqu’à 50 m3 de fourrage. Elle est équipée du système d’optimisation du chargement de la benne EFS, mais surtout, elle bénéficie des dernières innovations de Telematics (point 11 sur la photo de ce billet), la solution d’agriculture connectée du constructeur. Elle enregistre ainsi de nombreuses informations que le tonnage d’herbe, le nombre d’heures d’utilisation par jour, la sollicitation de la prise de force, les tonnages transportés… « Des données qui facilitent la facturation ou remplacent le carnet quotidien du chauffeur, mais permettent d’aller encore plus loin ».

Plus d’informations : http://www.web-agri.fr/machinisme-batiment/recolte-distribution/article/embarquez-vers-la-fenaison-connectee-1154-119796.html