Quand le GNSS Galileo arrive dans nos mains

Galileo SmartphoneAu risque de répéter, je profite de ce nouvel article paru dans Futura tech pour rebondir sur le billet d’hier. Le fabriquant de puces GNSS Broadcom sort une nouvelle puce compatible avec la grande majorité des constellations de satellites de géolocalisation : GPS (USA), Glonass (Russe), BeiDou (Chinois), QZSS (Japonais), Galileo (Européen).

En conséquence une justesse de positionnement grandement accrue, le constructeur annonce en effet une précision centimétrique (à vérifier dans la réalité) et déclare équiper les prochains smartphones, tablettes, montres connectées qui sortirons en 2018. Après le lancement du projet en 2003, l’apport de la constellation Galileo arrive enfin dans nos mains c’est une « petite révolution » ! Que l’on soit agriculteur, géomètre, technicien agricole, randonneur, constructeur automobile ou de tracteur etc … à nous d’imaginer la vie qui va avec !

 

Des GPS plus précis pour les smartphones ?

Une entreprise américaine a présenté un GPS pouvant déterminer sa position à 30 cm près. Avec le RTK disponible aujourd’hui donnant une précision de 2 à 3 cm, cette nouvelle pourrait ne pas paraître intéressante. Cependant ce composant est sous la forme d’une puce qui lui permet de s’intégrer parfaitement aux smartphones. Une caractéristique qui peut s’avérer utile pour de multiples usages en agriculture. En effet, des applications mobiles de collecte de données terrain utilisent la position GPS. Mais celle-ci n’est actuellement pas assez précise (5 à 10 m) lorsqu’il s’agit de repérer un pied de vigne par exemple. On attend donc avec impatience l’arrivée de cette puce qui devrait équiper certains smartphones dès l’an prochain.

Pour en savoir plus, c’est par ici !

Offre d’emploi CDI : développeur-géomaticien à Montpellier

L’entreprise

PermAgro est une start-up innovante spécialisée dans l’accompagnement à la création et à la gestion de domaines agricoles. Nous proposons à nos clients un accompagnement vers une agriculture pérenne, respectueuse de l’environnement et créatrice d’emploi. Nos innovations reposent sur l’utilisation de technologies de collecte et de traitement de données, principalement géographiques, qui permettent d’automatiser les conseils auprès de nos clients agriculteurs.

Après un an et demi d’existence, PermAgro est en pleine croissance et va consolider son équipe dans les mois à venir avec des profils d’ingénieurs agronomes, d’experts fonciers, de géomaticiens et de développeurs informatiques. L’entreprise est accompagnée par le BIC, quatrième meilleur incubateur mondial de start-ups, ainsi que par l’incubateur de Montpellier SupAgro. Nous faisons partie également du réseau French Tech notamment sur la thématique Food Tech. Nous sommes enfin lauréats de plusieurs prix et concours : Graines d’Agro en 2016, Jump’in Creation du BIC et Digitag Challenge en 2017.

L’entreprise est également engagée dans un management innovant et respectueux de ses collaborateurs : démarche RSE, travail en méthode Agile, respect des conditions de travail.

 

Définition du poste

Dans le cadre de son développement, PermAgro recherche un(e) ingénieur géomaticien avec des compétences en développement informatique, qui puisse l’accompagner dans la création et la gestion des outils numériques dédiés à l’agriculture :

  • Développement d’algorithmes complexes pour automatiser la récolte et le traitement de données géographiques.
  • Conceptualisation, mise en place, déploiement et gestion de bases de données complexes et géoréférencées.
  • Traitements géostatistiques de données géographiques et datavisualisation.
  • Participation à la création d’applications de cartographies web et mobile (rédaction des cahiers des charges techniques et fonctionnels, développement, maintenance)

 

Compétences et connaissances exigées

Nous recherchons une personne :

  • Maîtrisant la gestion et l’utilisation des bases de données géographiques et maîtrise du langage SQL : MySQL, postgreSQL
  • Maîtrisant le langage de script Python et sa librairie python-gdal
  • Maîtrisant les technologies Web (HTML, CSS, JavaScript, PHP)
  • Maîtrisant les logiciels de cartographie, notamment QGIS
  • Ayant un goût prononcé pour le challenge et l’entrepreneuriat
  • Une connaissance du monde agricole serait un plus

 

Conditions de l’offre

  • Offre en CDI, poste basé à Montpellier
  • Salaire brut annuel de 28 000 à 30 000 € selon expérience
  • Ce poste est ouvert aux personnes en situation de handicap
  • Début du poste : idéalement octobre 2017

 

Pour postuler

Veuillez adresser votre candidature (CV et lettre de motivation indiquant vos réalisations, votre motivation à intégrer l’entreprise et les points forts de votre candidature) à :

recrutement@permagro.fr

20170920-PERM-Offre_emploi_développeur_géomaticien

Contrat de 8 nouveaux satellites pour Galileo

L’agence spatiale européenne (ESA) a signé un contrat jeudi 22 juin 2017 pour la mise en place de 8 nouveaux satellites pour Galileo. Cette nouvelle est importante puisque ces 8 satellites sont destinés à finaliser la constellation GNSS Galileo qui deviendra pleinement opérationnelle en 2020. Financé par l’Union européenne, qui est propriétaire de ce système de navigation, Galileo devrait permettre d’améliorer considérablement la qualité du positionnement. Un article complet a été publié dans sciences et avenir à ce sujet.

Je ne résiste pas à la tentation de mettre une vidéo qui montre l’évolution de la couverture de Galileo en fonction du nombre de satellites mis en orbite. Cette video a été publiée par l’ESA sur Youtube.

Utilisation des smartphones pour caractériser la production de café

sensors_smartphone

 

Sources : Giraldo et al., 2017

Un travail de recherche appliqué publié dans la revue scientifique « sensors » par des chercheurs Colombiens du Centro Nacional de Investigaciones de Café. Ce travail est intéressant à plusieurs titres :
– il propose l’utilisation d’un dispositif de mesure « Low Cost » ou frugal adapté aux conditions particuliéres de la Colombie,
– il propose une approche originale basée sur l’utilisation des accéléromètres du smartphone pour détecter les déplacements de l’opérateur et améliorer la précision de localisation (au moins en relatif) des points de mesures. L’originalité est basée sur une « fusion » des informations apportées par le récepteur GPS et les accéléromètres du smartphone avec une précision relative annoncée par les auteurs de plus ou moins 15 cm. Attention, la précision de la localisation en absolue reste fortement impactée par l’imprécision liées au positionnement en mode naturel (env plus ou moins 5 m.),
– il propose à partir d’images vidéo acquises, de sélectionner et stocker les images qui sont le plus informatives (netteté, contraste, etc.).

A noter que le dispositif ne permet pas d’extraire automatiquement des paramètres pertinents à partir des images. L’objectif est de géo référencer des informations brutes de qualité qui pourront faire l’objet d’une expertise ou d’un traitement particulier dans un deuxième temps. La mise en place d’un traitement d’images embarqué n’est pas mentionné dans les perspectives de l’article. Peut-être est-ce lié à des aspects sociaux et organisationnels de la production du café en Colombie qui ne nécessitent pas cette étape.

Résumé de l’artice : Smartphones show potential for controlling and monitoring variables in agriculture. Their processing capacity, instrumentation, connectivity, low cost, and accessibility allow farmers (among other users in rural areas) to operate them easily with applications adjusted to their specific needs. In this investigation, the integration of inertial sensors, a GPS, and a camera are presented for the monitoring of a coffee crop. An Android-based application was developed with two operating modes: (i) Navigation: for georeferencing trees, which can be as close as 0.5 m from each other; and (ii) Acquisition: control of video acquisition, based on the movement of the mobile device over a branch, and measurement of image quality, using clarity indexes to select the most appropriate frames for application in future processes. The integration of inertial sensors in navigation mode, shows a mean relative error of ±0.15 m, and total error ±5.15 m. In acquisition mode, the system correctly identifies the beginning and end of mobile phone movement in 99% of cases, and image quality is determined by means of a sharpness factor which measures blurriness. With the developed system, it will be possible to obtain georeferenced information about coffee trees, such as their production, nutritional state, and presence of plagues or diseases.

références : Giraldo, P. J. R., Aguirre, Á. G., Muñoz, C. M., Prieto, F. A., & Oliveros, C. E. (2017). Sensor Fusion of a Mobile Device to Control and Acquire Videos or Images of Coffee Branches and for Georeferencing Trees. Sensors, 17(4), 786.

France Agricole – « Je géolocalise mes chèvres »

Ce témoignage est intéressant pour une utilisation concrète de la géolocalisation et du smartphone en élevage:

http://www.lafranceagricole.fr/elevage/je-geolocalise-mes-chevres-1,1,1639270030.html

Certes moins authentique que les cloches, un système de géolocalisation sur le collier d’une chèvre permet de suivre en direct  le parcours du troupeau et facilite le métier de ces éleveurs.

Et quatre satellites de plus pour Galiléo !

Jeudi 17 novembre, quatre satellites sont venus compléter la constellation du futur système européen de radionavigation. Ces quatre satellites supplémentaires devraient permettre de rendre le positionnement européen opérationnel  d’ici à la fin de l’année ! En effet, avec quinze satellites opérationnels – sur la trentaine prévue d’ici à 2020 –, Galileo disposera d’une couverture suffisante pour commencer à exister à côté de son grand rival, le Global Positioning System (GPS) américain. Les européens seront ainsi dotés de leur propre système de navigation jusqu’ici dominé par le GPS des Etats-Unis, le Glonass russe et le Beidou chinois.

Galileo est un programme de européen de plus de 10 milliards d’euros. Lancé en 1999, Galileo a pris sept ans de retard sur son calendrier initial.

En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/economie/article/2016/11/15/galileo-le-gps-europeen-pourrait-etre-operationnel-d-ici-la-fin-de-l-annee_5031503_3234.html#0AU4zYew52tMCmHD.99

ENEO compare 5 « GPS » Bluetooth pour smartphone

eneo_gps

ENEO a publié en français, les résultats d’une comparaison de 5 récepteurs GNSS bluetooth submétriques pour smartphone. Ces résultats sont issus d’une étude publiée par http://anatumfieldsolutions.com/2016/03/14/submeter-gnss-field-tested-compared/

La synthèse proposée par ENEO est disponible à l’adresse suivante : http://eneo.fr/fr/comparaison-gps-bluetooth-submetrique-smartphone/

L’Australie va devoir se décaler de 1 mètre vers le nord

Un article intéressant qui met en évidence l’extrême rigueur dans l’élaboration de données de référence que nécessite l’utilisation d’outils de localisation de plus en plus précis et performants. Notons que ces aspects ne posent pas de problème lorsque la localisation est utilisée de manière relative (ce qui est le cas de beaucoup d’applications en agriculture de précision). Ils deviennent toutefois déterminant lorsque la localisation est utilisée en absolu.

Selon un article du monde, « L’Australie se déplace de 7 centimètres vers le nord par an en raison des mouvements tectoniques. Il en résulte que l’Australie est décalée de 1 mètre… du moins ses coordonnées géographiques, selon l’institut scientifique officiel Geoscience Australia. Un petit écart qui risque de provoquer un casse-tête pour les nouvelles technologies fondées sur des données précises de géolocalisation, comme les voitures sans conducteur ou les applications géolocalisées en agriculture. Ce pays géant va donc devoir corriger sa latitude et sa longitude afin de les mettre en ligne avec les données des systèmes de navigation par satellite.  »

« L’Australie se déplace de 7 centimètres vers le nord par an en raison des mouvements tectoniques, une dérive que les coordonnées géographiques doivent prendre en compte, a déclaré Dan Jaksa, de Geoscience Australia, à la chaîne de télévision Australian Broadcasting Corporation. »

Les outils d’agriculture de précision dans les golfs et sur les stades de football

AgleaderSources : Ag Leader

On en parle peu, tout du moins dans ce blog, mais les outils d’agriculture de précision et surtout les systèmes d’aide au guidage ou de guidage automatique sont aussi présents dans le secteur des golf, des terrains de sport, etc. La société Ag Leader, bien connue pour ces équipements dans le monde agricole propose par exemple toute une gamme d’outil d’aide au guidage adapté, en particulier pour aider à l’opération de  tonte.