Le CNES veut accélérer l’innovation

Dans le foisonnement des nouveaux produits et services qui viennent chaque jour bouleverser les usages dans différents secteurs dont l’agriculture, les technologies et solutions spatiales, combinées au Big Data et à l’IoT, jouent un rôle de plus en plus central. Le CNES contribue à cette dynamique en partageant l’expertise et l’important capital technologique et de données acquis au fil des années.

Dans le cadre de l’initiative CONNECT, le CNES rencontre des startups pour les accompagner dans l’intégration du spatial au sein de leur innovation et pour leur proposer des ateliers ou des master-classes sur des thématiques spécifiques. L’offre de services comprend une information sur les applications des satellites, du conseil technologique, la mise à disposition de données, d’outils et de moyens techniques et va jusqu’à l’aide au montage de projet ou à la recherche de financements.

Lisez l’article complet ici !

La FAO encourage l’utilisation de technologies numériques pour le développement agricole

L’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) et Telefónica, l’une des plus grandes entreprises de télécommunication au monde, ont convenu de travailler ensemble afin d’exploiter au mieux les technologies numériques et œuvrer en faveur du développement agricole, de la sécurité alimentaire et de la nutrition.

Selon la FAO, il s’agit surtout de préparer les agriculteurs à faire face aux phénomènes météorologiques extrêmes induits par le changement climatique. L’accord concerne trois domaines principaux :

  • L’extension de l’Internet à des objets ordinaires relatifs au secteur agricole afin d’améliorer les procédures et l’utilisation efficace des ressources naturelles.
  • L’utilisation de ‘Big Data’ – soit la gestion et l’analyse d’un grand nombre de données sur le changement climatique en vue de mettre en place des systèmes d’alerte précoces
  • L’éducation numérique et le renforcement des capacités : une partie du contenu éducatif de la FAO sera intégré aux plateformes de formation ouverte.

Retrouvez l’article ici pour plus d’informations.

Challenge IoT : c’est parti !

IMG_0048IMG_0045

Durant le mois de février, les étudiants de la spécialisation AgroTIC et 7 étudiants en télécommunications de l’ENSEIRB-MATMECA vont collaborer pour imaginer des objets connectés pour la vigne et le vin.

Les étudiants se sont rencontrés pour la première fois aujourd’hui autour d’une pizza et ont composé 4 équipes mixtes (AgroTIC / Enseirb-Matmeca). Ils travailleront en mode défi sur le thème « Internet of Wine ».

Le 2 mars prochain, un jury composé de professionnels de l’innovation en viti-viniculture évaluera  les projets (concept, analyse technique et présentation d’une première preuve de concept). Le projet le plus prometteur sera récompensé par un prix remis par la chaire AgroTIC et sera concrétisé par le développement et la mise en œuvre d’un prototype par les 7 étudiants de l’Enseirb.

Le domaine viticole Luchey Halde, propriété de Bordeaux Sciences Agro, servira de terrain de jeu sur l’ensemble du projet.

Que les idées fusent et se connectent !

Tout savoir sur le réseau SigFox

Objetconnecte.com avait publié l’année dernière un dossier très intéressant sur le réseau LoRa: Tout savoir sur le réseau LoRa de Bouygues. Dans la continuité, un dossier sur le réseau SigFox est paru. Il est regrettable que l’agriculture ne soit pas citée comme domaine d’application. Malgré tout, cet article est clair et permet de bien cerner ce réseau à bas débit.

N’hésitez pas à lire l’article !

Les nouvelles technologies pour l’aviculture

Un article de Poultry World reprend les technologies essentielles présentées par PWC pour voir quelles applications elles pourraient avoir dans le monde avicole. Voici quelques extraits de ce qu’ils ont imaginé :

  • Intelligence artificielle : Reconnaissance de la forme et de la taille des poulets
  • Réalité augmentée : Indication des lieux de coupe du poulet
  • Blockchain : Sécurisation des informations et traçabilité
  • Drones : Surveillance et protection à l’extérieur
  • Internet des objets : Connexion de tous les capteurs
  • Robots : Nettoyage, désinfection, collecte des œufs…
  • Réalité virtuelle : Formation et visite virtuelle
  • Impression 3D : Prothèses pour le bec, les pattes…
  • Capteurs : Mesure, régulation et contrôle des conditions environnementales
  • Big data : Prédiction de la croissance d’un animal

Capteurs et intelligence des objets en industrie agroalimentaire : maintenance prédictive

Le secteur agroalimentaire est particulièrement exigeant et impose à son industrie de fortes contraintes de traçabilité, d’hygiène, de qualité et de sécurité.

Dans un secteur comme celui-ci, qui ne laisse pas de place à l’erreur, le bon déroulement d’un procédé de transformation nécessite un contrôle permanent tout au long du processus. C’est pour cela que l’essor des capteurs à moindre coût et de l’intelligence des objets, dans une optique d’automatisation et de fiabilisation de ce contrôle, représente un enjeu fort pour cette industrie.

Cependant les capteurs en industrie agroalimentaire ne sont pas seulement au service du process, mais de plus en plus destinés à optimiser la production ( en réduisant au maximum les coûts superflus lié au fonctionnement de l’usine) dans un secteur encore en retard dans ce domaine.
Ainsi au CFIA 2017 (Carrefour des Fournisseurs de l’Industrie Agroalimentaire), qui présente chaque année son usine du futur, les sociétés OET, RF Track, EMA, et Acsystème, se sont associées pour présenter un système de maintenance prédictive.

                                                                 

Ils ont ainsi exposé un préhenseur équipé de capteurs, d’une part virtuels, destinés au contrôle de la dégradation d’une connexion d’air comprimé et qui renvoyaient des données relatives au temps de réaction des mouvements d’ouverture et de fermeture du préhenseur, et d’autres part physiques, relevant les vibrations de la machine par radiofréquence.

Ces capteurs étaient liés par un réseau sans fil bas débit (LoRa) à un logiciel de traitement de données qui compare les informations enregistrées en « temps réel » avec des données de références de bon fonctionnement de la machine. Le logiciel en déduit un état de fonctionnement global du robot, évalue les risques de défaillance et les restitue de manière simplifié.

La maintenance prédictive permet donc de :

  • prédire les défaillances avant qu’elles ne surviennent et donc d’empêcher les pannes intempestives
  • diminuer les coûts/temps de maintenance et d’infrastructure
    • en précisant l’origine de la défaillance
    • en évitant  le remplacement systématique des pièces
  • optimiser la durée de vie des équipements
  • planifier les opérations d’entretien et de réparation avec une avance conséquente
    • de s’assurer de la disponibilité des pièces de rechange
    • de réaliser l’arrêt de maintenance au meilleur moment

 

La maintenance prédictive nécessite cependant des données de fonctionnement normal pour chaque paramètre contrôlé de chaque modèle de machine que l’on souhaite équiper. Ces capteurs seront donc sûrement présents directement sur les machines à la vente.

Les économies liés à la maintenance prédictive sont chiffrées à 24,7 milliards d’euro en 2019 d’après ABI Research et devrait concerner une majeure partie de l’ensemble du paysage industrielle et de l’agriculture.

Sources :

 

¹ https://www.oet.fr/fr/maintenance-predictive-et-intelligence-artificielle

² http://www.acsysteme.com/fr/maintenance-predictive

³ http://www.acsysteme.com/uploads/images/files/presse/RIA%20AVRIL%202017%20-%20N%C2%B0788%20-%20OET%20mise%20sur%20la%20maintenance%20pr%C3%A9dictive.pdf

https://www.sicara.com/maintenance-predictive/?gclid=EAIaIQobChMIjtfBlOqC2AIVmoKyCh1NYQRlEAAYASAAEgKQSvD_Bw

http://www.jautomatise.com/articles_de_la_revue/cfia-2017-secteur-agroalimentaire-pointe-des-technologies

http://www.pole-valorial.fr/52/divers/actus-agenda-valorial/article/l-usine-du-futur-sera-predictive

Sociétés :

http://www.acsysteme.com/fr/

https://www.oet.fr/

http://www.rf-track.com/fr/

http://www.ema.bzh/

 

(suite…)

Bientôt la fin des zones blanches ?

La filiale IoT de Bouygues Telecom, Objenious, en partenariat avec la filiale télécom du Réseau de Transport d’Electricité, Arteria, a annoncé vouloir renforcer la couverture du réseau LoRa dans les zones rurales. Arteria déploierais donc 1000 antennes qui s’ajouteraient aux 4300 antennes mises en place par Objenious. Ce réseau, ainsi que ses concurrents (Sigfox notamment) jouent un rôle crucial pour les exploitants qui souhaitent s’équiper de capteurs IoT mais qui se trouvent actuellement en zones blanches.

Retrouvez l’article ici !

Une betterave connectée

La société Tereos vient de mettre au point une betterave connectée pour suivre « les conditions de vie » des vraies betteraves. En étant récolté en même temps que les autres betteraves, cet outil permet en effet d’enregistrer tous les chocs (fréquence et intensité) afin d’améliorer les réglages de la machine.

L’article est à lire ici.

L’ère de l’IOT low-cost arrive

Sigfox a profité de son premier Sigfox World IOT qui avait lieu à Prague le 25 et 26 septembre, pour présenter ses nouveaux services liés à l’IOT.

Parmi eux, Admiral Ivory, un service de connectivité simplifié afin de connecter n’importe quel objet à Internet par le biais d’une puce low-cost capable d’envoyer des informations sur le réseau mais pas d’en recevoir. La forte baisse des prix de fabrication -pour cette puce on compte environ 20 centimes de dollars- permet d’imaginer des objets connectés jetables. Il n’y a plus qu’à attendre que les industriels et les développeurs s’en emparent. Pour faciliter cette démarche, Sigfox va rendre les plans de ces puces open-source.

Lisez l’article pour découvrir les autres services.

Big Data et bande dessinée

Dans_l_ombre_de_la_peur

LeMonde.fr nous offre ce mois ci les premières pages de la BD « Dans l’ombre de la peur » de Michael Keller et Josh Neufeld, qui traite du Big Data dans nos vies quotidiennes, et de ses interactions avec notre vie privée. Y sont traités des sujets tels que l’internet des objets, les liens entre données et assurances, les google cars, les programmes de fidélités, les produits gratuits, l’éthique des entreprises utilisant des données… Bref, en quelques pages, c’est déjà dense !

C’est à retrouver ici : http://www.lemonde.fr/pixels/visuel/2017/03/01/dans-l-ombre-de-la-peur-les-premieres-pages-de-la-bande-dessinee-sur-le-big-data_5087281_4408996.html#/chapters/01/pages/31