Les machines à vendanger innovent !

Un article du Figaro reprend les différentes innovations qui concernent les machines à vendanger. Du tri de la vendange à la conduite sans les mains, les vendanges deviennent technologiques !

Les robots cultivent la salade

Il s’agit, là encore, d’un progrès pour produire plus en utilisant toujours moins d’intrants. Or, il ne s’agit pas seulement d’utiliser moins d’intrants, mais également d’utiliser moins de terres arables et de matériels agricoles puisque l’entreprise Iron Ox souhaite établir tout un réseau de serres autonomes et robotisées. Les robots disposent donc de l’Intelligence Artificielle pour s’occuper des plants, de la plantation à la surveillance des maladies.
Pour l’instant, l’entreprise ne cultive que des salades mais ils espèrent, à terme, pouvoir fournir n’importe quel type de légume ou de fruit. Ils envisagent également de livrer les clients le jour même de leur récolte.

Que cela soit vu comme l’évolution naturelle de l’agriculture ou non, on peut se demander qu’elle est la place du maraîcher dans toute cette technologie.

Vous souhaitez en savoir plus ? Lisez l’article !

Un champ cultivé seulement par drones et tracteurs autonomes

Le projet Hands Free Hectare vient de se terminer après le succès de la récolte. Cette initiative visait à cultiver un champ d’orge sans jamais mettre un pied dans la parcelle. Les travaux et la surveillance de la parcelle ont été assuré par des drones et des tracteurs autonomes de la plantation à la récolte. Les responsables du projet ont volontairement utilisé des machines facilement disponibles pour les agriculteurs, de la technologie Open Source et un pilote automatique à partir d’un drone pour le système de navigation afin de montrer que le matériel est accessible et utilisable relativement facilement.

Ce projet est une première mondiale. Cependant, c’est à se demander si ça ne n’enlève pas le plaisir qu’éprouve un agriculteur de voir sa culture pousser…

Pour plus de détails, lisez le communiqué de presse !
Retrouvez également un article (en français) ici !

VineScout, le robot vigneron qui prend la suite de Vinerobot

Le projet VineScout a pour ambition de proposer un robot fonctionnel et commercialisable pour 2019. Ce projet prend la suite du programme Vinerobot, fini cette année, qui n’a pas pu passer l’étape de pré-industrialisation (stoppé au TRL 6). Ce nouveau robot pourra analyser et cartographier l’état sanitaire des vignes, la maturité des raisins… mais il reste encore à concevoir et tester avant d’atteindre le TRL 9, c’est-à-dire pouvoir être commercialisé.

Crédit photo : VineScout

Lire l’article

TRL : échelle de niveau de maturité technologique

Un prédateur robotisé

Au Japon, les dégâts dus aux sangliers et aux chevreuils dans les cultures sont une réelle problématique. Pour palier ces désagréments, les Japonais ont mis au point un loup robotisé afin de défendre leurs cultures. Le robot loup détecte la présence d’animaux sauvages grâce à des capteurs infrarouges. Dès que l’animal s’approche, le robot se charge de l’intimider en émettant des flashs avec les leds rouges placées dans ses yeux et des sons dissuasifs.
Il ne lui manque plus que des pattes pour se déplacer d’un champ à l’autre ou courir après ces proies.
loup robotisé©Kisarazu-Shi
 
Retrouvez l’article complet ici. Vous pouvez également visionner une vidéo sur cet article.

Un lycée agricole forme ses élèves sur une ferme robotisée

Quoi de mieux pour sensibiliser les futures générations à l’agriculture numérique que de les y confronter le plus tôt possible ?
Un lycée agricole de Côtes d’Armor forme ses élèves sur une ferme laitière automatisée. La traite, l’alimentation et le raclage sont désormais effectués par des robots. Ces installations suscitent beaucoup d’intérêt chez les jeunes et une émulation chez les enseignants. Elles servent également de base d’essai pour plusieurs start-up et de support de formation pour l’apprentissage et la formation continue.

Retrouvez l’article complet ici !

Les premiers pas de la robotique aérienne

robot_aérien

 

Sources : lejournal.cnrs.fr

Dans son journal en ligne (CNRS journal), le CNRS fait un petit état de l’art des prototypes de drones utilisés pour la robotique. Plutôt dédié à de l’inspection et de la réparation d’urgence en milieu difficile. On se prend à rêver de possibles applications en agriculture comme par exemple l’ inspection/manipulation sur des réseaux d’irrigation.

 

La solution « precision makers » pour une robotique agricole incrémentale

fendt-x-pert-2

 

source : precision makers (http://www.precisionmakers.com/x-pert/)

Precision makers est une société des pays bas qui propose un kit permettant de transformer le matériel existant sur l’exploitation en plateforme autonome. L’idée est intéressante puisqu’elle permet de conserver la matériel de l’exploitation et d’y intégrer des fonctions « robotisées ». A tout moment le matériel peut être utilisé de avec un chauffeur. L’intérêt du système est aussi d’intégrer un automate qui permet de piloter l’outil attelé (pulvérisateur, tondeuse, gyro, etc.). Une manière d’intégrer la robotique de manière incrémentale sur l’exploitation agricole. Cette solution a été choisie par John Deere pour la robotisation des outils d’entretien espace vert (particulièrement les golfs : https://www.youtube.com/watch?v=4fw0ciI3lZI ).

Robotisation en agriculture : état des lieux et évolution à l’académie d’agriculture

Robotisation en agriculture : état des lieux et évolution, une séance sera spécifiquement organisée sur ce théme le  25 janvier 2017 après-midi – PARIS – Académie d’agriculture de France

Cette séance fait suite à une première qui avait eu lieu le 17 décembre 2014 (http://academie-agriculture.fr/actualites/academie/seance/academie/tic-robotique-et-teledetection-en-agricultures-les-evolutions?171214), on observait alors le fort développement des robots de traite et d’alimentation en élevage alors que le développement de robots dédiés aux productions végétales semblait balbutiant.

En deux ans le paysage a évolué :
– la robotisation en élevage s’est poursuivie. On voit même aujourd’hui quelques limites aux robots de traite par exemple mais cet aspect ne sera pas évoqué aujourd’hui puisque nous nous concentrons sur la robotisation en agriculture. La robotisation en élevage fera l’objet d’une séance future.
– plusieurs robots sont opérationnels en productions végétales et signent peut-être la relocalisation des fabrications d’agro-équipements
– les véhicules « sans chauffeur » ne sont plus tout à fait un rêve
– l’Internet des objets (Internet of Things ou IoT) paraît constituer la « nouvelle frontière » des développements des technologies de l’information avec le géopositionnement, la reconnaissance de formes et de couleurs, etc.

Organisation de la séance
M. René AUTELLET (AAF IX)
Robotique Agricole : Retour vers le futur !
M. Gilbert GRENIER, Professeur d’Automatique et Génie des Equipements – Bordeaux Sciences Agro
Témoignages
– Gaëtan SEVERAC (Naïo Technologies)
– Cédric TESSIER (Effidence)
– Xavier DAVID BEAULIEU (Vitirover)
– Mme Audrey GUILLET (AGCO, auteur de la thèse de Doctorat médaille d’agent de la section IX en 2015)
– M. Frédéric COLLEDANI (Ingénieur Chercheur, Interactive Robotics Laboratory, CEA-LIST)
>> Robotique Agricole : Des opportunités mais de nombreux challenges à relever
Michel BERDUCAT – Ingénieur de Recherche – Directeur Adjoint de l’Unité de Recherche « Technologies et Systèmes d’Information pour les Agrosystèmes » – IRSTEA – Centre de Clermont-Ferrand
>> Conclusion
Jean-François COLOMER (AAF IX)
Voir : http://academie-agriculture.fr/actualites/academie/seance/academie/robotisation?250117

Le show des robots agricoles Naio

Ce week-end à Toulouse. La Startup Naïo a réuni une partie des spécialistes de la robotique agricole pendant deux jours. Le Fira (forum international de la robotique agricole) organisé par Naio ce vendredi 18 et samedi 19 novembre 2016 a été l’occasion de présenter toute sa gamme de robots agricoles. Elle se constitue de « 4 robots du légumes à la grappe de raisin ». Oz, Dino, Bob et Ted. L’objectif de la société  Naio est de proposer des robots capables de « travailler le sol, récolter et semer » pour les cultures spécialisées (maraîchage, viticulture, etc.).

D’après le site entraid : undescriptif complet de la gamme Naio et de ces caractéristiques :

  • OZ : 70 robots en France et en Europe / 21.000€ / 3 à 8 heures d’autonomie
  • Dino : Robot enjambeur / 75000 € / Maraichage pour les grandes surfaces légumières
  • Robot Bob : pour les vignobles :vignes étroites / 4 robots produits / 35000 euros
  • Ted Robot pour les vignobles : 80000 euros / Entretien du sol / épamprage / application phytosanitaire