RobAgri : une plateforme pour booster la robotique agricole

IRSTEA et Axéma ont initié le projet RobAgri qui réunis des acteurs publics et privés de l’agroéquipement. Il a vocation à « concevoir, identifier et partager des outils, infrastructures et réseaux de connaissances, pour permettre à ses membres de créer, développer, et influer sur l’élaboration des réglementations et standards ».

RobAgri devrait donc permettre d’intensifier la conception, la validation et la dissémination des robots de demain.

Lire l’article ici.

Deux chenillards autonomes en démonstration pour le désherbage mécanique en viticulture

Bob, le chenillard autonome de Naïo pour vignes étroites et pépinières (http://www.pleinchamp.com/machinisme/actualites-machinisme/bob-le-chenillard-autonome-de-naio-pour-vignes-etroites-et-pepinieres)
bob-le-chenillard-autonome-de-naio-pour-vignes-etroites-et-pepinieres_article_paragraph

sources : pleinchamps.com

et Hector, le chenillard animé par un moteur thermique de la société VitiBot

Les robots cultivent la salade

Il s’agit, là encore, d’un progrès pour produire plus en utilisant toujours moins d’intrants. Or, il ne s’agit pas seulement d’utiliser moins d’intrants, mais également d’utiliser moins de terres arables et de matériels agricoles puisque l’entreprise Iron Ox souhaite établir tout un réseau de serres autonomes et robotisées. Les robots disposent donc de l’Intelligence Artificielle pour s’occuper des plants, de la plantation à la surveillance des maladies.
Pour l’instant, l’entreprise ne cultive que des salades mais ils espèrent, à terme, pouvoir fournir n’importe quel type de légume ou de fruit. Ils envisagent également de livrer les clients le jour même de leur récolte.

Que cela soit vu comme l’évolution naturelle de l’agriculture ou non, on peut se demander qu’elle est la place du maraîcher dans toute cette technologie.

Vous souhaitez en savoir plus ? Lisez l’article !

Evénement : Deuxième Forum International de Robotique Agricole

Le deuxième FIRA (Forum International de la Robotique Agricole), organisé à l’initiative de Naïo Technologies, aura lieu le 29 et 30 novembre prochain à Toulouse. Les intervenants de renommée internationale prendront part à des conférences, des pitchs, des tables rondes… La deuxième journée sera principalement dédiée à des barcamps pour partager ses réflexions de manière informelle. L’événement sera également doté d’un espace d’exposition pour les robots agricoles.

Pour vous inscrire, c’est par ici !

Retrouvez l’article ici.

Concours Move your Robot !

Naïo Technologies organise chaque année le grand concours de la robotique professionnelle en environnement extérieur : Move Your Robot.
move_your_robot

Préparez vous à prendre le contrôle d’Oz et venez défier les autres étudiants !

Les inscriptions sont encore ouvertes, et les phases finales auront lieu lors du FIRA 2017 en novembre prochain !

DATE LIMITE D’INSCRIPTION DES ÉQUIPES : SAMEDI 30 SEPTEMBRE À MINUIT.
Pour vous inscrire, c’est par ici !

Pour obtenir plus d’information, visitez le site !

Le Numérique est dans le pré

A l’occasion du Salon de l’Agriculture, Universcience.TV diffuse une vidéo montrant quelques exemples d’application de l’agriculture numérique :

  • L’utilisation du drone pour la fertilisation en grandes cultures
  • Le port de colliers électroniques qui collectent des données sur les vaches (baisse d’alimentation, hypothermie, période de chaleur, période de vélage…) et envoient une alerte en cas de besoin
  • L’application de la robotique pour le désherbage
  • L’usage des réseaux sociaux par les agriculteurs connectés

Retrouver la vidéo sur l’adresse suivante : http://www.universcience.tv/video-le-numerique-est-dans-le-pre-11842.html

Les robots viticoles français

XXI e siècle oblige, la révolution des nouvelles technologies est en marche, elle s’applique à tous les secteurs agricoles et plus particulièrement dans nos vignobles français. Depuis quelques années nous pouvons observer dans le ciel de drôles d’oiseaux survolant nos vignes : les drones. Plus haut encore les satellites se mettent également au service de la viticulture, le tout pour analyser et optimiser l’évolution des parcelles viticoles dans le temps et dans l’espace. Et oui on n’arrête pas le progrès !

Cependant, revenons les pieds sur terre car depuis peu, des robots viennent côtoyer d’un peu plus près Vitis vinifera. En effet, des robots « vignerons » voient le jour afin d’automatiser certaines pratiques viticoles comme le désherbage mécanique ou encore la taille des bois d’hiver…Démonstration !

Un robot enjambeur

Créée en 2011, l’entreprise toulousaine naïo Technologies experte en robotique agricole a très récemment développé un robot enjambeur nommé … Ted ! Du haut de ses 2 m pour une largeur de 1,80 m, la principale fonction de Ted est de désherber mécaniquement sous le rang, c’est-à-dire entre les ceps.

Ted est guidé par GPS, caméra et laser ce qui lui permet de détecter les rangs de vigne, les piquets et autres obstacles. Ted fonctionne à l’énergie électrique pour une autonomie de 8 à 10 h. La vitesse maximale est de 4 km/h et il aura la capacité d’entretenir une surface de 25 ha selon ses créateurs. La commercialisation de Ted est imminente puisqu’elle est prévue au cours de l’année 2017.

D’autres pratiques comme l’épamprage, la tonte et le rognage devraient venir compléter les fonctionnalités de Ted.

Oui mais quels sont les avantages pour l’utilisateur ?

Le désherbage mécanique motorisé n’est pas une nouveauté mais permet de ne pas utiliser d’intrants phytosanitaires. En revanche, c’est un travail peu technique et chronophage pour l’utilisateur d’un enjambeur dit « classique » et nécessite un pilote qui doit être attentif pour diriger sa machine. Ici, l’avantage que présente Ted est l’autonomie, ce qui libère de la main d’œuvre pour d’autres tâches viticoles. De plus, par son faible poids (environ 800 kg) il diminue l’effet tassement du sol ce qui a pour conséquence de moins affecter la portance. On peut également souligner son faible impact sur le bilan carbone car Ted est un robot électrique.

Enfin, on imagine aisément que Ted pourra être équipé à l’avenir de divers capteurs de proxydétection de type GreenSeeker® ou encore Multiplex®, pour analyser en parallèle le feuillage de la vigne.

En revanche, sa faible vitesse ne permet pas encore de parcourir de longue distance dans le cas où un propriétaire possède des parcelles sur un périmètre de plusieurs kilomètres. D’autant plus que le code de la route actuelle n’autorise pas la circulation sur la voie publique des machines agricoles autonomes. Il est donc nécessaire d’utiliser un moyen de transport capable de remorquer Ted.

Pour le moment Ted est adapté aux vignobles du sud-ouest conduits en vignes hautes et larges. Néanmoins, naïo Technologies va proposer des modèles adaptés aux vignobles septentrionaux (Bourgogne et Champagne) pour des vignes basses et étroites.

Au final, Ted a un avenir très prometteur dans nos vignobles de France et du monde, car il possède de nombreux atouts pour devenir un robot multifonctionnel et ultra connecté dans un futur proche.

Pour voir Ted en action : http://www.naio-technologies.com/machines-agricoles/robot-enjambeur-viticole/

Le robot tondeur

Beaucoup plus petit que son grand cousin toulousain Ted, le robot VITIROVER n’a qu’une seule fonction, c’est tondre ! Haut de 28 cm, long de 75 cm et large de 38 cm VITIROVER est né à Saint-Emilion dans le bordelais. Ce robot tondeur a la particularité de se guider par GPS. Pour cela, il suffit de lui programmer un périmètre de travail défini par les coordonnées GPS de la parcelle.

Ensuite, VITIROVER se déplace dans les rangs, dans les zones inter-ceps et vient même tondre jusqu’aux pieds des vignes sans toutefois les abîmer. Il est aussi capable de travailler dans des zones en pente pouvant atteindre 15 %, grâce à ses 4 roues motrices. Poids plume de 20 kg il travaille entre 300 et 500m/h et puise son énergie grâce à ses panneaux photovoltaïques. Ces concepteurs préconisent un ensoleillement moyen pour que les panneaux solaires alimentent les moteurs. Intelligemment, VITIROVER réoriente son surplus d’énergie vers des batteries au Lithium.

VITIROVER peut également être piloté par un smartphone d’où on peut régler la hauteur de tonte de 3 à 10 cm.

Ce robot s’inscrit ici dans une gestion durable de l’enherbement. C’est un moyen alternatif de l’utilisation des intrants phytosanitaires et l’emploi de gyrobroyeurs équipés sur enjambeur classique ou encore de tondeuses thermiques. Il a l’avantage d’être autonome et très léger donc facilement transportable.

En revanche, peu d’informations concernant l’autonomie de sa batterie au Lithium qui est active lorsque l’ensoleillement s’affaiblie. On notera aussi que pour 2 hectares de vigne VITIROVER doit travailler une centaine d’heures.

Pour voir VITIROVER à l’œuvre : https://www.youtube.com/watch?v=TigC3-SUegM

Pour en savoir plus : http://www.vitirover.com/fr/le-produit.html

 Un robot tailleur

Plus ambitieux encore, le robot MYCE développé par l’entreprise WALL-YE, basée dans le sud de la Bourgogne, propose un robot très prometteur capable de tailler les bois de taille de la de vigne.

Rappelons que la taille est une pratique viticole primordiale pour la production de biomasse de l’année suivante. En effet, c’est la taille d’hiver qui va déterminer la charge en bourgeon par cep. C’est une activité essentiellement manuelle qui doit être réfléchie et appliquée rigoureusement. Il existe plusieurs types de tailles ce qui demande une très bonne connaissance technique du personnel pratiquant.

C’est en ayant eu vent d’un manque de main d’œuvre dans le secteur du sud bourguignon que l’un des concepteurs de MYCE, Christophe Millot, a eu l’idée de développer un robot tailleur. Un premier prototype prénommé V.I.N avait vu le jour en 2012 mais ce dernier rencontrait des problèmes techniques pour réaliser différents types de taille.

Depuis V.I.N a été remplacé par MYCE. Capable de tailler 50 pieds par heure pour une autonomie de 12-14 heures, ce robot est équipé d’un ordinateur avec le logiciel GisMapRobot (géographique SIG + reconnaissance IA). Une carte GPS d’une précision métrique (1 à 2m) est également intégrée ainsi que 3 caméras connectées à l’ordinateur pour une navigation autonome complète. Une application GisMapPhone permet également de contrôler le robot à distance depuis un smartphone.

Pour un poids de 160 kg une hauteur de 80 cm, une largeur de 76 cm et une longueur de 150 cm, MYCE est équipé d’un bras au bout duquel se trouve un sécateur. Il fonctionne lui aussi à l’énergie solaire grâce à ses panneaux photovoltaïques.

Est-ce que MYCE est performant ?

Selon les presses spécialisées, l’entreprise WALL-YE a déjà commercialisé une trentaine d’exemplaire à 25 000 € l’unité. Le principe de taille de MYCE se base sur un programme de reconnaissance de forme associé à un algorithme en fonction du type de taille. Pour le moment il est difficile de dire si MYCE tient toute ses promesses car il n’a été que très récemment commercialisé.

Néanmoins les caractéristiques techniques de MYCE font de lui un nouvel outil révolutionnaire concernant la taille de la vigne, qui a cherché pendant de nombreuses années à se mécaniser de façon autonome.

Pour voir V.I.N en action : https://www.youtube.com/watch?v=1mxA0R3TQ2E&t=8s

Pour en savoir plus sur MYCE : http://www.wall-ye.com/MYCE_taille/

Dino, le nouveau robot maraicher de Naïo

Naïo technologies était connu pour son robot Oz qui s’adresse aux petites exploitations maraîchères. Lors du prochain salon Tech&Bio sud ouest, la société toulousaine devrait présenter Dino un robot enjambeur de 1m30 de haut qui permet de biner et désherber sur des surfaces supérieures à 10ha grace à une autonomie de 8h.

Consulter l’article de Plein Champ :

http://www.pleinchamp.com/machinisme/actualites-machinisme/dino-de-naio-le-robot-pour-desherber-10-ha-et-plus-de-legumes

Rowbot un robot d’entretien des inter-rangs de Maïs

Rowbot est un robot conçu par l’université du Minnesota. C’est un très bel exemple où la technologie s’allie à l’agronomie pour mettre en oeuvre des pratiques culturales plus respectueuses du sol et de l’environnement en général. Rowbot est un robot dont l’activité est exclusivement dédiée à l’entretien de l’inter-rang des culturs de Maïs. Localisé par GPS RTK, il assure le semis des couverts entre les rangs, la fertilisation ainsi que le désherbage mécanique lorsqu’il est nécessaire. A terme, Rowbot devrait permettra de mettre en oeuvre, de manière opérationnelle des itinéraires sans travail du sol avec semis sous couvert végétaux.

RowbotSeedingSources : Rowbot (http://rowbot.com/blog/)